Contre les vols de voitures et d'accessoires, les bons réflexes !

Contre les vols de voitures et d'accessoires, les bons réflexes !
12 mai 2015

Afin de combattre efficacement la délinquance liée aux véhicules, un plan national de lutte contre les vols et les trafics de véhicules et de pièces détachées a été lancé par le ministre de l'Intérieur en octobre 2014. Les conseils de cette page font partie de ce plan.
Je suis vigilant, j'applique ces conseils au quotidien !


Prévenir les risques de vols

  • En quittant ma voiture, je vérifie que les portes sont bien fermées. A l’arrêt, je ferme systématiquement mon véhicule à clé et je ne baisse pas les vitres.
  • À l'arrêt, je ne laisse pas le moteur tourner, même si je m'absente pour une course rapide.
  • Je ne laisse pas les clés sur le contact, même dans un lieu fermé (garage, cour, jardin).
  • J’équipe ma voiture d’un système antivol électrique (anti-démarrage, alarme) ou bien mécanique (par exemple, une canne antivol). De nuit, j’évite de garer ma voiture dans les secteurs non éclairés.
  • Je ne laisse jamais les papiers dans ma voiture : certificat d’immatriculation (carte grise), permis de conduire.
  • Face au vol à la roulotte (vol en l'absence du conducteur)
    • j'appose sur les vitres les autocollants fournis avec l'alarme
    • je ne laisse aucun objet tentant qui puisse être vu de l'extérieur
    • je ne cache pas d'objet sous un siège, l'astuce est connue des voleurs
    • je conserve sur moi mes papiers, chéquiers, double de clefs, objets de valeur, je ne les laisse pas dans mon véhicule.
  • Face au car-jacking (détournement de voiture en présence du conducteur)
    • je suis vigilant en cas d’accrochage suspect (lorsque les circonstances ne se prêtent pas à un accident).
    • je ne tente pas de résister à tout prix à l’agresseur.
  • Face au vol à la portière (vol d'objets en présence du conducteur, par la vitre ou la portière)
    • en ville, je roule toujours portes fermées et vitres closes.
    • je cache mes objets de valeurs et place mes sacs, sacoches et vestes dans le coffre fermé.
    • je ne résiste pas en cas d'agression.

Dans tous les cas, j'alerte immédiatement la police ou la gendarmerie.

Lutter contre les pratiques malhonnêtes

Des particuliers, des bandes organisées ou certains professionnels cherchent à écouler auprès du public des accessoires provenant de vols et de trafics.
Pour lutter contre ce phénomène, chacun peut agir !

  • Je me méfie des pièces vendues à un prix nettement inférieur au prix du marché ; les acheter m’expose à des poursuites pénales, au titre du recel.
  • Je privilégie un vendeur situé en France, ce qui garantit, en cas de litige, d’escroquerie ou d’abus de confiance, des voies de recours en justice et des investigations plus faciles.
  • Je demande au vendeur des garanties sur l’origine des pièces ou sur l’origine de la voiture (demande de facture ou de certificat d’immatriculation de la voiture).
  • Sur les sites de petites annonces sur Internet, je me méfie d’un vendeur qui propose un trop grand nombre de pièces détachées ; cela peut indiquer un risque de trafic.
  • Je suis vigilant vis-à-vis des pièces dont le numéro a été effacé, limé ou modifié, ainsi que des pièces dont l’étiquette d’identification a été retirée, arrachée, coupée ou falsifiée.
  • Avant d’acheter une voiture, je demande les deux jeux de clé et vérifie leur fonctionnement.
  • Je m’assure avant l’achat que le véhicule n’est pas gagé (certificat de non-gage disponible auprès de la préfecture).
  • Si je vends ma voiture :
    • je ne donne pas rendez-vous aux acheteurs potentiels à l'endroit où je la gare habituellement : cela empêche tout repérage préparatoire à un vol ;
    • si l'acheteur règle par chèque ou par chèque de banque, je me rends au guichet de ma banque pour l'encaisser en présence de l'acheteur : cela évite d'être victime d'une escroquerie.

Le recel est le fait de dissimuler, de détenir ou de transmettre une chose, ou de faire office d'intermédiaire afin de la transmettre, en sachant que cette chose provient d'un crime ou d'un délit. Le recel est passible de 5 ans d'emprisonnement et de 375 000 euros d'amende (article 321-1 du code pénal).

Réagir face à un vol

1. Je suis victime d’un vol, je facilite l’action des forces de l’ordre.

AVANT

Je garde une photocopie des documents concernant mon véhicule à mon domicile afin de permettre aux forces de l’ordre de renseigner rapidement le fichier national des véhicules volés.

APRÈS

  • Lorsque je constate le vol de mon véhicule ou le vol d’accessoires, j’en informe rapidement le commissariat ou la brigade de gendarmerie la plus proche. Je dépose plainte dès que possible.
  • Si je retrouve le véhicule volé ou si j’identifie des pièces détachées dérobées, je contacte immédiatement la police ou la gendarmerie et ne tente rien par moi-même pour récupérer ce qui m’appartient.

2. Je suis victime ou témoin d’un vol ou d’une tentative en cours, j’appelle le 17.

Pour gagner du temps, vous pouvez déposer une pré-plainte en ligne. Ce service vous permet de remplir vous-même les éléments relatifs à votre identité, aux faits et au préjudice matériel subi. C'est également vous qui fixez le jour et l'heure de la finalisation de la plainte sur place (au commissariat ou à la brigade de gendarmerie).
https://www.pre-plainte-en-ligne.gouv.fr

Vols de véhicules et de pièces détachées

Quiz Avez-vous les bons réflexes ?

Testez vos connaissances

Avez-vous les bons réflexes ?




Partagez :

Partager et favoriser