La Sécurité routière annonce le déploiement de 26 nouveaux « radars mobiles de nouvelle génération »

30 mai 2013

Depuis le 14 mars 2013, les « radars mobiles de nouvelle génération » équipent les forces de police et de gendarmerie.


Il s'agit d'un radar embarqué à bord d'une voiture banalisée qui se mêle à la circulation. Conduite par un représentant des forces de l'ordre en uniforme, sa mission est de lutter contre les grands excès de vitesse en photographiant, sans flash et en roulant, tous les véhicules (voitures et motos) en infraction qui le dépassent par la gauche.

Depuis le 14 mars dernier, 20 véhicules de ce type ont été déployés sur le territoire français : 10 en zone gendarmerie et 10 en zone police [1].

L'annonce puis la mise en place de ce nouveau dispositif a contribué à la baisse exceptionnelle de la mortalité routière enregistrée en mars et avril derniers [2]. La vitesse excessive est en effet une cause majeure de la mortalité routière, responsable de 26% des accidents mortels en 2012 (près de 1 000 décès).

En deux mois de fonctionnement, ces nouveaux radars ont déjà enregistré plus de 10 000 infractions d'usagers dont la vitesse était supérieure à la limite autorisée, après abattement de la marge technique [3].

La Sécurité routière, comme elle l'avait annoncé, poursuit le déploiement de ces équipements. C'est ainsi que 26 « radars mobiles de nouvelle génération » supplémentaires seront mis en service au mois de juin 2013 (20 en zone gendarmerie et 6 en zone police) pour être opérationnels au moment des grands départs estivaux.

Ces 26 nouveaux équipements seront mis en service à Paris et dans les départements suivants : l'Aisne (02), l'Aube (10), le Cantal (15), la Charente-Maritime (17), la Corse du Sud (2A), le Doubs (25), l'Eure (27), la Haute-Garonne (31), la Gironde (33), l'Hérault (34), l'Isère (38), le Morbihan (56), la Moselle (57) (deux dispositifs en service), le Nord (59), le Pas-de-Calais (62) (deux dispositifs en service), Bas-Rhin (67) (deux dispositifs en service), le Haut-Rhin (68), la Saône-et-Loire (71), la Haute-Savoie (74), la Seine-et-Marne (77), Haute-Vienne (87), et les Vosges (88).

Le « radar mobile de nouvelle génération » est destiné à remplacer les radars mobiles ancienne génération ou premiers radars mobiles déployés entre 2004 et 2005. D'ici à 2016,300 radars mobiles d'ancienne génération seront remplacés, à raison de100 par an.

À l'approche des premiers grands départs en vacances, la baisse de la vitesse est une priorité pour la Sécurité routière. On estime que les radars, tous types confondus, sont à l'origine de 75% des 36 000 vies épargnées depuis leur mise en service en 2002.

[1] Les 20 premiers « radars mobiles de nouvelle génération » ont été mis en service dans Paris et les départements suivants : Somme, Oise, Loiret, Ille-et-Vilaine (deux dispositifs en service), Bouches-du-Rhône (deux dispositifs en service), Haute-Garonne, Rhône, Nord, Moselle, Loire-atlantique, Gironde, Calvados, Pyrénées-orientales, Vaucluse, Loir-et-Cher, Alpes-maritimes et Essonne.

[2] En mars 2013, la mortalité routière a baissé de 26,8% et en avril 2013 de 15,4% (source ONISR).

[3] La marge technique qui est retranchée à la vitesse mesurée avant de calculer la vitesse retenue est de -10 km/h pour les véhicules photographiés à moins de 100 km/h et de –10% pour les véhicules photographiés à plus de 100 km/h.

Source : Sécurité routière


Partagez :

Partager et favoriser
Suivez nous sur :