L'Etat autorisé à procéder à la mise à l'abri de migrants à Calais

Mise à l'abri de migrants installés à Calais
26 février 2016

Le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, s'est félicité du jugement du tribunal administratif de Lille qui conforte en tout point la démarche de mise à l'abri des migrants de Calais et de résorption du campement de la lande engagé par l’État.


Cette décision conforte l'action du gouvernement à Calais qui a pour objectif la mise à l'abri de tous ceux qui sont en zone sud du campement, y compris les mineurs isolés.
Cette mise à l'abri se fera notamment dans les centres d'accueil et d'orientation ouverts sur tout le territoire. Depuis octobre 2015, 2 700 migrants ont été dirigé vers l'un de ces 102 CAO. Il reste actuellement 500 places disponibles dans ces centres. 500 nouvelles places seront créées d'ici le mois de mars et le ministre de l'intérieur a affirmé qu'autant de places que nécessaire seraient ouvertes.

Bernard Cazeneuve a insisté sur l'attention particulière qui sera portée aux mineurs isolés. Tout sera mis en œuvre pour que ces derniers puisse accéder au système d'éducation de la République et à la langue française, pour leur permettre de se construire un avenir.

De nombreuses associations ont fait part de leur souhait de s'impliquer davantage auprès des migrants. Le ministre de l'Intérieur a rappelé qu'il était hautement souhaitable d'unir les forces et les énergies pour tous ceux qui ont besoin qu'on leur tende la main dans un contexte humanitaire particulièrement difficile.
Il a annoncé qu'il réunirait dans les prochaines heures, avec la ministre du logement et de l'habitat durable, les associations qui ont souhaité s'engager dans une gestion plus fine des centres d'accueil et d'orientation au côté de l’État, de manière à garantir la transparence de l'action de l’État et de pouvoir, en très étroite liaisons avec elles, offrir les solutions les plus humaines à ceux qui ont besoin de la protection de la France.

Le ministre a rappelé le combat déterminé que mène la France à l'égard des passeurs. Le travail porte ses fruits puisque ce sont 28 filières qui ont été démantelées en 2015, représentant quelque 700 passeurs.  2 nouvelles filières ont également été mises hors d'état de nuire au début du mois de février dernier.

Par ailleurs, la France poursuivra sa politique de reconduite à la frontière de tous les migrants qui ne relèvent pas du statut de réfugiés afin de pouvoir accueillir dignement ceux qui en ont besoin.

Le ministre de l'Intérieur a enfin tenu à remercier les agents de l’État et les associations qui travaillent depuis de nombreux mois à la mise à l'abri des migrants avec un seul objectif : « réussir l'accueil de tous ceux qui ont quitté leur pays pour échapper aux persécutions ».


Partagez :

Partager et favoriser