Mise en place du plan BAC-PSIG dans l'agglomération parisienne

Mise en place du plan BAC-PSIG
29 février 2016

Le 29 février 2016, Bernard Cazeneuve, ministre de l'Intérieur, est allé à la rencontre des forces de sécurité du commissariat du 20e arrondissement de Paris, à l'occasion de la mise en œuvre du plan BAC-PSIG en région parisienne.


Les brigades anti-criminalité (BAC) de la police nationale et les pelotons de surveillance et d'intervention de la gendarmerie nationale (PSIG) seront dotés de moyens supplémentaires et de personnels mieux formés pour lutter contre le crime organisé, la délinquance, et s'opposer à la menace terroriste qui est plus élevée que jamais. 

Les renforts en effectifs 

Plus de 1400 emplois sont créés au titre du Plan anti-terroriste, 900 autres au titre du Plan de lutte contre l'immigration clandestine et 5000 au titre du Pacte de sécurité. Au total, 9000 emplois auront été créés dans la police et la gendarmerie d'ici la fin du quinquennat. 

La formation initiale et continue des effectifs des BAC et des PSIG sera renforcée. 

Les renforts en moyens matériels. 

Afin que les BAC et les PSIG puissent accomplir leurs missions dans les meilleures conditions, le ministre a présenté les armements, les moyens de protection et les véhicules supplémentaires qui leur seront très prochainement livrés. 

Les armements 

Un nouveau pistolet mitrailleur de type "HK G 36" équipera chaque équipage de Bac à Paris et sur l'ensemble du territoire et sera mis à disposition une fois les formations effectuées.  
134 lanceurs de balles de défense 40 mm et 116 pistolets à impulsion électromagnétique ont déjà été livrés. 

Les équipements de protection 

Chaque policier de BAC sera équipé, d'ici la mi-mars, d'un casque balistique avec visière pare-balle et d'un gilet pare-balles porte-plaques afin de faire face aux criminels utilisant des armes lourdes. Cet équipement sera complété par deux grenades de désencerclement, un bâton télescopique de défense, des protège-tibias et protège-épaules, ainsi que d'une paire de gants de palpation.
De plus, 241 boucliers balistiques souples vont prochainement être livrés. 

Un parc automobile modernisé 

Bernard Cazeneuve a rappelé la nécessité pour les policiers et les gendarmes de disposer de véhicules récents et performants pour accomplir leurs missions.
C'est pourquoi, 65 nouveaux véhicules équipés d'un coffre sécurisé susceptible de contenir un pistolet mitrailleur G 36 seront mis à disposition des services parisiens d'ici la fin du mois de mai. 

Ce sont, au total, 17 millions d'euros qui seront consacrés à l'optimisation des équipements des BAC et des PSIG. 

Une doctrine partagée 

Bernard Cazeneuve a demandé en décembre dernier au Préfet de Police et aux directeurs généraux de la police et de la gendarmerie de travailler à "une doctrine partagée qui définirait avec précision le rôle joué par les primo-intervenants, ainsi que la façon dont ces derniers se coordonnent avec les forces d’intervention spécialisées." 

De plus, un schéma national de coordination des forces d'intervention GIGN, RAID et BRI sera élaboré pour que "chaque service puisse gagner en efficacité dans sa zone de compétence ou dans son domaine d’excellence" afin d'assurer la protection des Français en renforçant la couverture de l'ensemble du territoire. 

Enfin, le ministre de l'Intérieur a affirmé le soutien et la confiance qu'il porte aux hommes et femmes dont il connaît l'engagement et l'amour du métier, et a rappelé qu'il continuera à œuvrer pour obtenir les avancées nécessaires à l'amélioration de leurs conditions de travail.

Lire le discours de Bernard Cazeneuve


Partagez :

Partager et favoriser