Schéma national d'intervention des forces de sécurité

Schéma national d'intervention des forces de sécurité
19 avril 2016

Pour répondre aux besoins d’urgence et d’efficacité engendrés par une menace terroriste protéiforme, le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, a demandé la mise au point d’un schéma national d’intervention qu'il a présenté le 19 avril 2016.


En cas d’attaque terroriste, le facteur temps est devenu l’élément déterminant pour limiter au maximum le nombre des victimes.
Les forces d’intervention doivent pouvoir faire face, avec leurs moyens propres, à tous les types d’actions terroristes à la portée des groupes djihadistes et disposer à cet effet d’un haut niveau de préparation et de coordination pour intervenir.
Faire cesser le plus rapidement possible une attaque terroriste est une exigence de sûreté majeure, que doit garantir l’État en tous points du territoire national, en métropole et outre-mer, y compris en cas d’actions terroristes simultanées.
Pour répondre aux besoins d’urgence et d’efficacité engendrés par une menace terroriste protéiforme, le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, a demandé à l’Unité de coordination des forces d’intervention (UCoFI) d’établir, en lien avec les directions générales et les principales unités d’intervention spécialisée (le GIGN pour la gendarmerie nationale, le RAID pour la police nationale et la BRI pour la préfecture de police de Paris), la mise au point d’un schéma national d’intervention.
Ce schéma a été présenté le 18 avril 2016 et sa mise en oeuvre est immédiate.

Le Schéma national d’intervention en bref :

  • 22 unités d’intervention spécialisée, renforcées prochainement par 7 nouvelles unités (4 unités de la gendarmerie et 3 unités de la police nationales), et les unités d’intervention intermédiaire (plus de 750 unités) réparties sur l’ensemble du territoire national et promptes à réagir immédiatement à une situation de crise terroriste majeure ;
  • La liste des capacités des unités d’intervention qui peuvent être partagées pour optimiser la réponse immédiate à une crise terroriste majeure ;
  • La procédure de concours capacitaire (modularité et complémentarité) d’une unité au profit d’une autre par la mise à disposition d’un officier de liaison de l’unité concourante auprès du chef de l’unité menante à sa demande, ou systématiquement en cas de crise terroriste majeure ;
  • La création de la fonction de commandant et de coordinateur des opérations d’intervention spécialisée lors d’une crise terroriste à mettre en œuvre, notamment en cas de pluralité de forces d’intervention ;
  • L’instauration de la procédure d’urgence absolue (P.U.A.) qui permet à toutes les unités d’intervenir en urgence sur tous les points du territoire sans critère de compétence autre que la proximité et la disponibilité immédiate, en cas de crise majeure ou de crises multiples ;
  • La définition du rôle de l’UCoFI dans la vérification concrète des capacités détenues par les unités d’intervention et l’organisation d’exercices permettant l’évaluation de ces capacités et des différentes procédures (concours capacitaire, urgence absolue) pour optimiser de façon continue le dispositif.

Pour en savoir plus vous pouvez consulter :


Schéma national d'intervention des forces de... par Ministere_interieur

Partagez :

Partager et favoriser