Délégué Interministériel à la Lutte contre le Racisme et l'Antisémitisme

7 avril 2014

Par décret n°2012-221 du 16 février 2012 , a été institué auprès du Ministre de l’Intérieur, un délégué interministériel à la lutte contre le racisme et l'antisémitisme, fonction confiée au Préfet Régis GUYOT à l’occasion du Conseil des Ministres du 29 février 2012.


Au titre de ses attributions, le délégué interministériel :

Assure le secrétariat du comité interministériel de lutte contre le racisme et l’antisémitisme

(préparation des travaux et délibération, suivi de l’exécution de ces derniers aux niveaux national et territorial, rédaction du rapport annuel d’activité) ;

Les orientations de la politique de lutte contre le racisme et l’antisémitisme sont définies au sein du comité interministériel de lutte contre le racisme et l’antisémitisme (CILRA), qui veille à la cohérence et à l’efficacité des actions engagées par les différents ministères.

Assure la mise en œuvre de la politique nationale de lutte contre le racisme et l'antisémitisme

en œuvrant notamment au renforcement des partenariats entre l’État, les associations , les collectivités territoriales et les partenaires économiques, sociaux et universitaires .

A l'occasion de la réunion du comité interministériel de lutte contre le racisme et l'antisémitisme le 26 février 2013, le délégué interministériel a présenté le rapport d'application pour 2012 du  plan national d'action contre le racisme et l'antisémitisme 2012 – 2014 (adopté par le Gouvernement le 15 février 2012). Les actions qu'il reste à exécuter ont été intégrées dans un nouveau programme adopté par le comité interministériel , sous la présidence du Premier ministre, pour la période 2013-2017.

Participe aux travaux relatifs aux questions relevant de sa compétence que conduit, en matière européenne et internationale, le ministre des affaires étrangères.

Le délégué interministériel faisait partie de la délégation interministérielle conduite par l'Ambassadeur des Droits de l'Homme à Genève à l'occasion de l'audition de la France par le Conseil des Droits de l'Homme des Nations-Unies dans le cadre de son second Examen Périodique Universel le 21 janvier 2013.

Pour l'exercice de ses missions, le délégué interministériel peut faire appel, en tant que de besoin, aux administrations centrales, aux corps d'inspection et, dans le respect des pouvoirs confiés aux ambassadeurs et aux préfets, aux services déconcentrés relevant des ministres intéressés, notamment des ministres membres du comité interministériel de lutte contre le racisme et l'antisémitisme. Il peut enfin réunir des représentants de ces administrations ainsi que de tout organisme public intéressé par la lutte contre le racisme et l'antisémitisme.

Entouré d'une équipe de quatre collaborateurs, le délégué interministériel rend compte de ses travaux au Premier ministre et au ministre de l'Intérieur .


Partagez :

Partager et favoriser
Suivez nous sur :