Trottinette électrique et EDPM : prudence sur la route !

Trottinette électrique et EDPM  : prudence sur la route !
24 septembre 2021

Vous utilisez des engins de déplacement personnel motorisés pour vous déplacer ? Très pratiques, notamment en ville, les trottinettes électriques, gyropodes, hoverboards et autres EDPM sont de plus en plus utilisés. Pour assurer votre sécurité et celle des autres, respectez le code de la route lors de vos déplacements !

Engin de déplacement personnel motorisé : qu’est-ce que c’est ?

Couramment appelés EDPM, les engins de déplacement motorisés sont reconnus comme une nouvelle catégorie de véhicules depuis 2019. Il s’agit des trottinettes électriques, gyropodes, hoverboards et monoroues.

Le décret du 23 octobre 2019 fixe une réglementation dédiée aux EDPM pour lutter contre les comportements parfois dangereux de ces nouveaux types d’engins de déplacement personnel motorisés comme les trottinettes électriques, gyropodes, hoverboards et monoroues.

Trottinettes électriques et autres EDPM : les règles à respecter

  • La conduite d’une trottinette électrique, d’un hoverboard ou d’un gyropode est interdite à toute personne de moins de 12 ans
  • Il est interdit de conduire après avoir été sous l’influence de l’alcool ou après usage de stupéfiants
  • Le transport de passagers est interdit
  • L’usage d’écouteurs ou d’un téléphone est interdit
  • L’assurance d’un engin de déplacement personnel motorisé est obligatoire. Les services de location d’EDPM en libre-service (free-floating) doivent souscrire une assurance pour couvrir leurs usagers.
  • Les engins de déplacement personnel motorisés ne peuvent pas circuler sur le trottoir sauf s’ils sont tenus à la main.
  • En agglomération, les usagers d’engins de déplacement personnel motorisés doivent circuler sur les pistes et bandes cyclables lorsqu’il y en a. Si ce n’est pas le cas, les usagers peuvent circuler sur les routes dont la vitesse maximale autorisée est inférieure ou égale à 50km/h.
  • Hors agglomération, les EDPM peuvent circuler uniquement sur les voies vertes et les pistes cyclables.
  • Les EDPM peuvent être garés sur le trottoir sans gêner la circulation des piétons ou nuire à leur sécurité.

Toutes les règles de circulation des engins de déplacement personnel motorisés sont disponibles sur le site de la sécurité routière et le site du ministère de la Transition écologique .

EDPM : quelles sanctions en cas de non-respect de la réglementation ?

Comme une voiture ou un deux roues, un engin de déplacement personnel motorisé est soumis à différentes réglementations :

  • Si vous ne respectez pas les règles de circulation ou si vous transportez un passager : 35 euros d’amende (2e classe)
  • Si la visibilité est insuffisante, de jour comme de nuit et que vous ne portez pas un gilet ou un équipement rétroréfléchissant : 35 euros d’amende (2e classe)
  • Si vous poussez ou tractez une charge avec votre engin de déplacement personnel motorisé ou si vous vous faites remorquer : 35 euros d’amende (2e classe)
  • Si vous débridez l’engin ou si vous circulez sur un trottoir sans y être autorisé : 135 euros d’amende (4e classe)
  • Si vous circulez avec un engin dont la vitesse maximale par construction est supérieure à 25 km/h : 1 500 euros d’amende (5e classe)

EDPM et trottinettes électriques : quels sont les équipements obligatoires ?

Trottinettes électriques, gyropodes, hoverboards, monoroues, quel que soit le type d’engin de déplacement personnel motorisés, ils doivent obligatoirement être équipés :

L’usager d’EDPM doit être lui aussi équipé :

  • Selon l’arrêté du 24 juin 2020, par visibilité insuffisante, de nuit comme de jour, y compris en agglomération, les usagers doivent porter un vêtement ou équipement rétroréfléchissant (brassard, gilet…)
  • Le port du casque n’est pas obligatoire mais reste fortement recommandé