COVID

Actes de cruauté sur les chevaux : enquête avec la gendarmerie du Morbihan

Actes de cruauté sur les chevaux : enquête avec la gendarmerie du Morbihan
16 septembre 2020

Surveillance, renseignement et enquête judiciaire : les unités territoriales et nationales de la gendarmerie sont mobilisées face aux actes de mutilation envers les chevaux. Enquête avec la gendarmerie du Morbihan, aux cotés de la population.


Dérives sectaires, sataniques, mimétisme, vengeance… le colonel Pascal Estève, commandant du groupement de gendarmerie du Morbihan, s’interroge sur les motivations criminelles face aux actes de barbaries opérées sur les équidés. Dans le Morbihan, une dizaine de faits sont judiciarisés à ce jour. Le phénomène avait commencé en février mais connaît une augmentation depuis août, et le 1er septembre dernier, une jument a été tuée et mutilée à Saint-Tugdual, au nord-ouest du département. « Je l’ai retrouvé un matin, morte, au fond du champ, avec une partie de ses organes prélevés, témoigne Eric Abrassard, directeur sportif de l’école d’attelage et propriétaire de 21 chevaux. La gendarmerie est venue tout de suite. Ils ont traité cela comme une scène de crime. » « Nous avons engagé notre cellule d’identification criminelle, gelé les lieux, effectué des prélèvements », explique le colonel Estève, comparant ces agressions aux actes de serials killers.

Un dispositif d’enquête exceptionnel

Surveillance, renseignement et judiciaire sont les trois mots d’ordre de la ‟Task force″ baptisée Epona, mise en place par la gendarmerie du Morbihan pour répondre à ces phénomènes. « Nous engageons 24h/24 des brigades territoriales avec des capacités de réaction immédiate, mais aussi des unités de recherches, plus discrètes, pour essayer d’avoir un flagrant délit », décrit le colonel Estève. L’hélicoptère de la section aérienne de la gendarmerie est aussi employé, ainsi que des drones. La cellule d’enquête travaille avec la section de recherche de Rennes, qui transmet ses remontées à l’Office central de lutte contre les atteintes à l'environnement et à la santé publique (OCLAESP) au niveau national. Les signalements au 17 sur des faits suspects (personnes, véhicules, drones) sont quotidiens, et la gendarmerie y répond immédiatement : « cette nuit, plus de 35 patrouilles ont été engagées suite à des signalements. »

Du côté des propriétaires de chevaux, la solidarité se crée et la tension est palpable .« Il y a une angoisse et même une psychose, que l’on comprend aisément », raconte le colonel Estève. Chiens de garde, nuits dans les pâtures, rondes… les éleveurs s’organisent pour surveiller les forêts broussailleuses et marécageuses, et les champs de maïs dont la hauteur peut cacher tout individu. Dans une atmosphère déjà tendue, chaque faits et gestes devient suspect :«  Ne restez pas là, ce n’est pas bon de s’approcher des chevaux en ce moment… », peuvent entendre de simple passants.

« Ne faites pas justice vous-même »

Face à ces organisations autonomes, la gendarmerie prévient : « Ils peuvent mettre en place des rondes, mais nous souhaitons être alertés, et si possible faire encadrer leur patrouille par la police municipale, ce qui se fait dans certaines communes », explique la référente sûreté du groupement de gendarmerie. Nous voulons éviter le drame : un propriétaire qui va, pour se défendre, s’en prendre à un promeneur, réagir de façon disproportionnée, ou se retrouver face à un agresseur sans avoir la possibilité de se défendre. Nous insistons sur le fait de ne pas se mettre en danger et de ne pas faire justice soi-même. »

Pour faire passer ce message, les gendarmes multiplient les prises de contact avec les éleveurs, les centres équestres et les écuries. « Nous leur conseillons par exemple de regrouper les chevaux pour faciliter les surveillances, explique un gendarme de la brigade de Languidic. Ils recueillent aussi tout renseignement : « prenez les immatriculations, alertez-nous, figez la situation avec des photos ou des vidéos », et émettent des préconisations, comme l’installation de caméras de chasse (qui déclenchent une photographie quand il y a un mouvement), de grelots sur des fils, ou encore l’usage de chaines ou de bottes de foin pour limiter les accès aux écuries. « C’est le système D, tout ce qui peut retarder l’entrée d’un malfaiteur », ajoute la référente sureté, admettant que « la présence humaine ne remplacera aucune autre technologie ». Kevin Butin, voltigeur et débourreur, dont une jument a été mutilée en pleine journée la semaine dernière, suit les conseils des gendarmes tout en relevant la difficulté de l’enquête :« C’est courir après un fantôme… »

Les gendarmes proposent également d’inscrire les propriétaires dans un registre de « professions menacées », afin qu’ils soient identifiés dès qu’ils composent le 17. Des réunions publiques, organisées grâce aux élus, ont aussi permis à la gendarmerie d’expliquer ses actions, d’apaiser le dialogue et de partager le renseignement.

Surveillance nocturne

Aux alentours de la commune de Langoelant, une femme, son mari et son fils, se relaient depuis deux semaines pour passer la nuit dehors : « On a peur, car on ne sait pas de quoi ils sont capables. Aujourd’hui, ce sont les chevaux, et demain ? ». La majore Duwez, de la brigade de Pontivy, tente de les rassurer : « Nous patrouillons, et derrière, des équipes enquêtent. Ne prenez pas de risque, si vous êtes face à un individu, faites le 17. » Un peu plus loin dans la forêt, des chasseurs planquent en solidarité avec les propriétaires de chevaux, oubliant quelque temps leurs hostilités. Et toute la nuit, les gendarment veilleront sur les 7000 chevaux du Morbihan, et enquêteront, renforcés pour l’occasion de gendarmes mobiles et de réservistes.

Dispositif de surveillance chevaux mutilés Morbihan
Dispositif de surveillance de la gendarmerie - chevaux mutilés Morbihan

Floriane Boillot