"L'eau est montée en 1/2 heure et a surpris les habitants": un plongeur de la Brigade Nautique de Saint Cyprien

"L'eau est montée en 1/2 heure et a surpris les habitants": un plongeur de la Brigade Nautique de Saint Cyprien
23 janvier 2020

Ce matin, dans un lotissement du village de Claira, l’eau est montée rapidement et a atteint 60 centimètres dans les rues. Les gendarmes et les sapeurs-pompiers du SDIS 66, avec leurs barques et leurs 4x4, ont procédé à des évacuations. Témoignage d’Eric, gendarme de la brigade nautique de Saint Cyprien.

photo_2020-01-23 17.41.50

« À 7h30 ce matin, les rues étaient sèches, mais au moment de partir travailler, les gens se sont retrouvés avec 60 centimètres d’eau devant leur porte. Ce n’est pas l’Agly qui a débordé ici, mais un petit cours d’eau, le niveau est monté en une demi-heure et c’est cela qui a surpris les habitants. La plupart des voitures ne peuvent plus circuler, car il faut une hauteur de garde suffisante. Certains pensent pouvoir passer parce qu’ils vont juste à côté, mais c’est là que les problèmes arrivent !

photo_2020-01-23 17.57.12

Ça n’engendre pas un drame, mais à certains endroits, comme sur des passages à gué, des automobilistes forcent le barrage et l’issue peut être plus dramatique… Depuis le début des inondations, on travaille avec des pompiers du SDIS 66, et des spécialistes des secours en eaux vives. C’est leur cœur de métier et on a l’habitude de travailler avec eux. On a fait une sorte de porte à porte, on a vérifié les maisons qui étaient en rez-de-chaussée, et on a évacué les gens qui le demandaient. Nous avons récupéré une femme avec un bébé de 15 mois, que l’on a ramené à la salle polyvalente, par sécurité, car l’eau monte. Nous sommes aussi allés chercher un couple avec quatre chiens, et un homme seul avec ses trois chiens, dans un campement sur les berges de l’Agly.

gendarmerie-police-municipale

Ils étaient isolés entre la rivière et un cours d’eau qui avait débordé et qui les empêchaient de partir. Le courant était fort, et l’eau atteignait un mètre au bord des vignes. Ils n’avaient pas d’obligation de partir mais il était temps qu’ils évacuent ! Pour nous, ces interventions ne sont pas surprenantes, on est tous formés au secourisme et ça fait partie des missions que l’on remplit en plus des enquêtes judiciaires. Les gens sont très contents que l’on viennent les aider, et c’est agréable car on n’a pas toujours forcément cette approche.»