Premières rencontres "tourisme et sécurité"

Premières rencontres "tourisme et sécurité"
23 mars 2017

Le plan de relance décidé par le Gouvernement en 2016 contient une série de «nouveaux engagements» pris pour renforcer la sécurité des touristes accueillis sur le sol français.


Ce plan prévoit plusieurs grandes mesures qui forment le « Programme tourisme et sécurité » et qui seront, en majorité, mises en œuvre avant la prochaine période estivale.

Renforcement de l’offre de sécurisation dans les zones touristiques

Le plan prévoit le  renforcement des patrouilles embarquées dans les trains transfrontaliers et le déploiement de patrouilles mixtes garde nationale / opérateurs dans les gares et lignes portant des flux touristiques majeurs.

Il prévoit également le renforcement des brigades européennes et des commissariats européens afin de favoriser le détachement de policiers étrangers en période de pic de fréquentation touristique.

Le dispositif sera effectif à l’été dans le cadre du dispositif estival de protection des populations pour la Gendarmerie nationale et des plans sécuritaires spécifiques pour la Police nationale.

Renforcement des investissements de sécurité pour les lieux et sites touristiques et culturels

Le plan de relance prévoit le déploiement de nouvelles caméras à Paris et en Île-de-France ainsi que de nouveaux investissements de sécurité dans 30 établissements culturels jugés prioritaires par le ministère de la Culture et de la Communication.

Par ailleurs, le ministère de la Culture et de la Communication a mobilisé 4 millions d'euros de crédits pour renforcer la sécurité des touristes assistant aux spectacles vivants tels que les festivals.

Amélioration de la prise en charge et de l’accompagnement des touristes dans leurs démarches

Le plan prévoit également l’uniformisation et la généralisation de l’outil d’aide à la prise de plaintes développé en 30 langues à toutes les forces de la sécurité intérieure et son intégration aux tablettes de la police et de la gendarmerie nationales.

La lettre plainte sera également généralisée dans les territoires les plus touristiques. Il s’agit d’un PV de plainte, utilisé à Paris, homologué par le Parquet, traduit en 8 langues et rempli directement par le touriste sans devoir se déplacer au commissariat.

Création d’une structure de coordination sécurité tourisme dans chaque département

Le dispositif envisagé repose sur trois piliers :

  • une charte «tourisme et sécurité» nationale, énonçant les grands principes de sécurité sera co-signée par les acteurs concernés, notamment les grandes fédérations professionnelles.
  • les conventions de site : si la charte nationale constitue la référence de principe, les « conventions de site » déterminent au cas par cas les mesures de sûreté propres à assurer la sécurité des touristes sur les sites le nécessitant. La convention est signée par le préfet de département, l’exploitant du site, le maire de la commune et, le cas échéant, le procureur de la République.
  • une structure de coordination : un conseil départemental « tourisme-sécurité » placé sous l’autorité du préfet sera mis en place dans chaque département avant l’été. Dans un esprit de simplification, ce conseil sera adossé à l’actuel « état-major de sécurité départemental », qui associe le procureur de la République.

Mise en place d’un label de sécurité des sites touristiques : «SÉCURI-SITE»

Marqueur visuel, facilement identifiable par les touristes, le label témoigne du respect de la convention de site par ses signataires ; il n’a pas d’effet juridique mais exprime l’engagement de tous les acteurs dans un esprit de partenariat responsable.

Le label est délivré par le préfet du département. Tous les sites touristiques ont vocation à être labellisés, les conventions de site permettant d’adapter la réponse sécuritaire au cas par cas pour chacun des sites sensibles.

Retrouvez plus d'information dans le dossier de presse des rencontres tourisme et sécurité .

infographie-tourisme-securite