Une police et une gendarmerie sur mesure

Une police et une gendarmerie sur mesure
10 février 2018

Chaque territoire rencontre des problématiques de sécurité différentes. La police de sécurité du quotidien propose des solutions adaptées à l'environnement pour plus d'efficacité.


Les policiers le disent eux-mêmes : les missions sont différentes selon qu'ils exercent en banlieue parisienne ou dans une ville moyenne. Les forces doivent pouvoir s'adapter à la réalité du terrain.

Les quartiers de reconquête républicaine

En zone police, 60 « quartiers de reconquête républicaine » seront mis en place d’ici fin 2020 selon le calendrier suivant : 15 en septembre 2018, 15 en janvier 2019 et enfin 30 quartiers supplémentaires d’ici la fin de l’année 2020. Ces quartiers prioritaires ont été sélectionnés, en raison notamment de l'importance des trafics et des incivilités qui s'y déroulent et de leur augmentation constante.

Dans ces quartiers, 15 à 30 effectifs supplémentaires, dont les profils seront sélectionnés par les chefs de service, seront déployés. Cela représente un effort de 600 effectifs dédiés à ces missions pour les années 2018 et 2019, et 1 300 effectifs d’ici 2020. Dans ces quartiers, l'action sera renforcée selon six axes d’intervention :

  • Une présence renforcée des forces de sécurité ;
  • Un contact accru avec la population, avec la nomination d’un délégué cohésion police/population par quartier ;
  • Une action judiciaire territorialisée ;
  • Une lutte accentuée contre la délinquance organisée et les trafics de stupéfiants ;
  • Une action conjointe des ministères ;
  • Une contractualisation avec les partenaires locaux.

Les brigades territoriales de contact

En zone gendarmerie, 20 départements choisis pour leur croissance démographique élevée et de leur urbanisation importante seront mieux accompagnés et 500 effectifs supplémentaires y seront affectés. Par ailleurs, 250 brigades et groupes de contact seront maintenus ou créés. Leur rôle sera de favoriser au quotidien le renforcement du lien avec la population, mais aussi les commerçants ou encore les élus.

L'objectif des quartiers de reconquête républicaine comme des brigades et groupes de contact est vraiment de nouer le dialogue, d'écouter, de développer des expérimentations pour répondre aux besoins locaux de sécurité.

Plus de latitude accordée au terrain

Sur le terrain, les chefs de service auront également plus d’autonomie, notamment dans l’élaboration des stratégies de lutte contre la délinquance et dans l’organisation interne de leur service. Cette autonomie se matérialisera également au niveau budgétaire et logistique avec la déconcentration d’une partie des crédits dédiés à l’entretien des commissariats, le choix et le suivi des achats de véhicules (au niveau départemental) et la création d’un budget « cohésion de groupe ».

Enfin, l’accent sera également mis sur l’amélioration de l’accueil dans les commissariats et brigades de gendarmerie. Pour cela, les horaires d’ouverture pourront être adaptés aux besoins de la population. Les formations à l’accueil des victimes seront renforcées et les espaces aménagés pour mieux les accueillir.