COVID

25e anniversaire du RAID, Brice Hortefeux salue "des hommes et femmes portés par un destin hors du commun"

12 juin 2010

Brice Hortefeux, ministre de l'intérieur, de l'outre-mer et des collectivités territoriales a assisté, le samedi 12 juin 2010 à Bièvres, au 25ème anniversaire du RAID.


logo du RAID

A cette occasion, le ministre a rappelé que le RAID (Recherche, Assistance, Intervention, Dissuasion) a toujours honoré la confiance qui avait présidé à sa création.

Née dans un contexte de tension, marqué par de nombreux attentats terroristes à travers le monde, cette unité d'élite de la police française s'est bâtie au fil des années une renommée, au travers d'opérations souvent spectaculaires et, pour certaines, largement médiatisées : la prise d'otages du palais de justice de Nantes le 19 décembre 1985, l'arrestation des terroristes d'"Action Directe" à Vitry aux Loges le 19 février 1987, la prise d'otages à l'école maternelle CHARCOT de Neuilly, l'arrestation d'Yvan Colonna, en Corse, le 4 juillet 2003 ou plus récemment, l'arrestation de Jean-Pierre Treiber, le 20 novembre dernier.

Cette maîtrise exemplaire a permis de placer le RAID au cœur de la Force d'intervention de la police nationale, créée l'an dernier. Les unités d'intervention de la police nationale sont, en effet depuis décembre 2009, regroupées au sein d'une même structure opérationnelle, dont le RAID constitue l'échelon central et en héberge l'état-major. La police nationale dispose, ainsi, d'un dispositif d'intervention fort de 500 policiers répartis sur l'ensemble du territoire national, et capables de réagir, sans délai, aux attaques terroristes.

Le ministre a également insisté sur le fait que le RAID n'est pas simplement une force policière d'intervention ou une unité de haute technicité mais avant tout une communauté de 170 hommes et de femmes unis par le même esprit de service et animés par le même sens du devoir.

En effet, chacun de ses membres est passé par une sélection des plus rigoureuses, éprouvant ses qualités physiques et morales. Une présélection nationale, deux semaines de tests, 12 semaines de formation et 3 mois d'observation au sein d'un groupe sont nécessaires pour être accepté au sein de cette unité d'élite.

Depuis 25 ans, 8 000 policiers se sont ainsi présentés aux tests. Seuls 708 d'entre eux ont été brevetés, soit moins de 10%.

Enfin le ministre a rappelé que durant ces 25 années cette famille avait également connu le deuil.

En se montrant dignes de leur devise "servir sans faillir", certains d'entre eux ont été jusqu'au sacrifice.

Cette journée a donc été aussi l'occasion d'honorer leur souvenir au cours d'une semaine marquée par le deuil au sein des unités d'élites du ministère de l'intérieur.