COVID

Brice Hortefeux en maraude avec la BAPSA : "Assurer la protection de la population, c'est aussi veiller sur nos concitoyens les plus vulnérables et les plus isolés"

28 décembre 2010

Lundi 27 décembre 2010, Brice Hortefeux, ministre de l'intérieur, de l'outre-mer, des collectivités territoriales et de l'immigration a effectué une maraude avec la brigade d'assistance aux personnes sans-abri (BAPSA) de la préfecture de police de Paris.


"Assurer la protection de la population est une mission aux multiples facettes puisqu’il s’agit autant de mettre hors d’état de nuire les délinquants que de veiller sur nos concitoyens les plus vulnérables et les plus isolés" a souligné le ministre de l'intérieur, en rappelant que parmi les multiples métiers de la police, "plusieurs relèvent de l’aide et de l’assistance aux personnes les plus fragiles" :

  • dans les commissariats de police et les brigades de gendarmerie, 350 postes sont dédiés à l’accueil des victimes  ;
  • dans le cadre du plan tranquilité seniors, des contacts réguliers sont établis par les forces de sécurité avec les aînés;
  • des actions sont menées en direction des personnes sans-abri.
Officiel_HORTEFEUX_600x800

C'est ce travail "parfois moins connu du grand public" que le ministre a voulu mettre en valeur, car "il n’en est pas moins essentiel" et "mérite d’être soutenu autant que valorisé".
Accompagné du secrétaire d'Etat au logement Benoist Apparu et du préfet de police de Paris Michel Gaudin, Brice Hortefeux  a ainsi rendu hommage aux 72 membres de la  brigade d’assistance aux sans-abri (BAPSA) de la préfecture de police qui participent à la prise en charge en lien avec les associations des sans domicile fixe de la capitale. Evoquant "l'idéal d'entraide et de solidarité" qui a présidé à la création de cette unité en 1955, dans la foulée du terrible hiver 1954 et du fameux appel de l’abbé Pierre, le ministre a vanté les trois mots d'ordre des agents de la BAPSA :

  • humanité, puisque toute personne en situation de détresse peut profiter inconditionnellement de votre aide ;
  • continuité, puisque les agents de la BAPSA parcourent les rues de Paris tout au long de l’année, de 6h30 à 23h, tout en constituant un maillon clef de la mise en œuvre des plans "urgence hivernale" et "canicule" ;
  • dignité, puisque l'assistance est proposée à tous les sans-abri rencontré, mais jamais imposer. "J’imagine sans peine combien il doit être dur, parfois, de respecter la liberté de ceux qui veulent rester dans la rue en dépit du froid ou de leur mauvais état de santé et je rends hommage à votre dévouement et à votre sens éthique" a insisté le ministre.

Grâce aux maraudes quotidiennes de la BAPSA dans les rues de la capitale, l'Etat est en mesure, par exemple :

  • de proposer un hébergement aux SDF volontaires. Grâce aux deux bus de grande capacité dont l'unité dispose, il est possible de les conduire, chaque soir, au centre d’hébergement et d’accueil des personnes sans-abri (CHAPSA) de Nanterre et les ramener, chaque matin, dans la capitale ;
  • de faire le lien entre les personnes sans-abri rencontrés et les associations ou les structures spécialisées pour leur proposer un placement en accueil de jour, un accompagnement social ou un accès à des soins médicaux.

Depuis le 1er janvier 2010, c’est près de 46 000 personnes qui ont ainsi bénéficié du secours de la BAPSA.

"

En cette période de vacances et de fêtes de fin d’année, l'action de la BAPSA nous rappelle que l’État fonctionne sans interruption. À tout moment de l’année, de jour comme de nuit, les forces de sécurité veillent sur l’ensemble de nos concitoyens

"

a souligné Brice Hortefeux, évoquant sa patrouille de la veille aux côtés avec la BAC en Seine-Saint-Denis.

"

Je sais combien il est difficile, en cette période de fêtes et alors que beaucoup de Français sont en vacances, de rester fidèle au poste.  Je sais quels sacrifices cela demande, notamment en termes de vie de famille. Mais je vous le dis, que ce soit en protégeant nos concitoyens contre les délinquants ou en vous mettant au service des plus vulnérables, vous remplissez une mission essentielle, celle d’assurer la paix et la cohésion de notre société 

"

a conclu le ministre de l'intérieur.