COVID

Brice Hortefeux à Lyon : "La France n'appartient pas aux casseurs, elle n'appartient pas aux pilleurs, ni aux caillasseurs"

20 octobre 2010

Vingt-quatre heures après les violents incidents intervenus en marge de la mobilisation syndicale, Brice Hortefeux, ministre de l'intérieur, de l'outre-mer et des collectivités territoriales s'est rendu mercredi 20 octobre 2010 à Lyon pour rassurer les Lyonnais, soutenir les forces de sécurité et avertir les casseurs que leurs actes ne resteront pas impunis.


Déplacement Lyon casseurs

Le ministre est, tout d'abord, revenu sur les événements survenus au cours des deux derniers jours. Il a indiqué que 1 300 casseurs, dont environ la moitié de mineurs, avaient par petits groupes très mobiles profité du mouvement social pour semer le désordre et la désolation dans le centre-ville, en pillant une dizaine de magasins, détruisant des abribus et brûlant plusieurs voitures.

Brice Hortefeux a mis en garde ceux qui ont fait le "choix délibéré de la violence la plus extrême et la plus gratuite" : "le droit de manifester, ce n'est pas le droit de casser le droit d'incendier, le droit d'agresser, le droit de piller !'

Face à ces violences, les forces de sécurité ont immédiatement réagi avec efficacité, mesure et courage, a souligné le ministre :

  • efficacité, d'abord, avec la mobilisation extrêmement rapide de 549 policiers et gendarmes qui a permis un retour au calme, mardi soir, vers 19h30 et ce, même si certains individus ont continué à en découdre dans la matinée de mercredi ;
  • mesure, ensuite, car dans un contexte particulièrement délicat et face à des groupes très mobiles et très jeunes mêlés à la foule, les policiers et gendarmes ont su faire preuve de discernement et ont réussi à limiter les dégâts à quelques blessés légers et des dommages matériels même si ceux-ci sont totalement inacceptables ;
  • courage, enfin, car face à ces comportements extrêmement violents et alors même qu'ils étaient pris pour cible de projectiles divers, les policiers et gendarmes ont accompli leur mission avec beaucoup de professionnalisme, de retenue et de sang-froid avec le souci permanent de protéger les collégiens et lycéens.
"

Les policiers et les gendarmes sont aussi des mères et des pères de famille. Ils doivent pouvoir rentrer chez eux le soir sans blessure. Au nom du président de la République et du gouvernement, je les remercie de leur action et les assure de mon soutien total 

"

ainsisté le ministre de l'intérieur.

Au passage, Brice Hortefeux a rappelé aux forces de l'ordre qu'elles doivent n'utiliser que la force strictement nécessaire. Si le ministre a bien souligné que le flash-ball n'a pas été proscrit, il a déclaré que ses conditions d'emploi ont été rappelées et qu'elles doivent être strictement respectées.

S'adressant aux Lyonnais, le ministre de l'intérieur a promis que les violences commises ces derniers jours ne resteraient pas impunies. « La police et la justice sont mobilisées. Nous ne laisserons jamais les voyous transformer des parcelles de notre territoire en champ de bataille » a martelé Brice Hortefeux.

Tous les moyens à disposition ont été mobilisés pour identifier et arrêter des casseurs, comme par exemple :

  • un hélicoptère de la gendarmerie qui offre la possibilité de procéder à des interpellations grâce à la transmission précise et en temps réel de renseignements ;
  • l'exploitation en direct des images enregistrées par le système de vidéoprotection, qui a conduit à de nombreuses interpellations, dont celle de 10 personnes après le pillage de 3 magasins place Bellecour.

C'est ainsi que 79 casseurs ont ainsi pu être interpellés mardi 19 octobre. Parmi eux 59 étaient mineurs, 65 ont été placés en garde à vue et d'ores et déjà trois ont été déférés. Le ministre a confirmé la décrue des violences par rapport aux jours précédents, à Lyon comme dans l'ensemble du pays. Mercredi, à 13h00, 112 personnes avaient été interpellées en France, dont 20 à Lyon, contre 190 mardi à la même heure, dont 79 à Lyon.

Le ministre de l'intérieur a indiqué que ces individus "ont et auront à répondre de leurs actes devant l'autorité judiciaire", car "le président de la République et le gouvernement entendent que la justice soit à la fois rapide, effective et exemplaire".

Parallèlement, Brice Hortefeux a informé les victimes, et notamment les commerçants pillés, qu'elles seraient très rapidement dédommagées grâce à la mise en place immédiate d'une cellule de suivi des indemnisations par le préfet du Rhône. Il s'agit de coordonner l'effort de tous les acteurs, notamment des assureurs, en vue d'une indemnisation la plus rapide possible. Le ministre a demandé au préfet de lui adresser un rapport dans les 15 jours. Il a ajouté que si une victime n'était pas couverte par les assurances, la solidarité nationale s'exprimerait.

Brice Hortefeux a conclu son propos par :"la France n'appartient pas aux casseurs, elle n'appartient pas aux pilleurs, ni aux caillasseurs ; la France appartient aux honnêtes gens qui travaillent dignement. Contre les voyous, nous n'avons qu'une seule réponse : l'autorité de l'État et l'exemplarité de la justice. Les lois sont faites pour être appliquées. L'État de droit sera protégé".