COVID

Gare du Nord : Brice Hortefeux annonce une baisse de 20% de la délinquance depuis le début de l'année

14 juin 2010

Mardi 14 juin 2010, Brice Hortefeux, ministre de l'intérieur, de l'outre-mer et des collectivités territoriales, s'est rendu à la gare du Nord (Paris 10°) afin de faire le point sur la sécurité dans les transports.


Le ministre a choisi cette gare, car elle est la plus fréquentée d'Europe avec près de 500 000 voyageurs par jour et, avec une galerie marchande de plusieurs dizaines de boutiques, elle concentre inévitablement des risques de délinquances. Ces risques se définissent par des vols avec violences, des vols à la tire, des agressions physiques et des trafics de stupéfiants "opérés par des voyous qui ont tendance à se croire maîtres des lieux, considérant la gare comme leur territoire".

Depuis quelques mois, grâce à la prise en compte du problème de l'insécurité avec tous les acteurs concernés, la gare du Nord est "redevenue fréquentable".

Ce résultat a été rendu possible grâce à l'anticipation, les opérations "coup de poing" et la coordination :

  • L'anticipation grâce à la vidéo-protection. D'ici à la fin de l'année, la gare du Nord sera équipée de 504 caméras (actuellement 350).
  • La multiplication des opérations "coup de poing", opérations qui sont organisées de façon aléatoire et qui consiste à boucler un périmètre par les policiers qui effectuent un contrôle complet avec filtrage, contrôles d'identité, et, interpellations si nécessaire.
  • La coordination sur le terrain. L'unité d'accueil et de sécurisation en gare du Nord, qui dépend de la sous-direction régionale de la police des transports, agit en collaboration avec les autres unités de police et de gendarmerie et avec les opérateurs comme la RATP et la SNCF.

Brice Hortefeux a expliqué les trois objectifs qui ont été fixés pour sécuriser la gare du Nord : la lutte contre le phénomène de bandes, la lutte contre les vols avec violences et vols à la tire, et enfin, la lutte contre les dégradations matérielles.

Grâce à cette méthode et à une mobilisation totale, le ministre a annoncé que des résultats ont été obtenus, avec  147 opérations de bouclage et de sécurisation et près de 1 000 interpellations sur les quatre premiers mois de l'année, le nombre d'infractions a baissé à la gare du Nord de 20 %. Ces actions menées dans cette gare sont reproduites à l'échelle de l'Ile-de-France et au niveau national, comme annoncé le 14 avril dernier dans le plan national de sécurisation des transports en commun.

Enfin, le ministre a annoncé qu'il reviendra autant que nécessaire afin de poursuivre ce combat contre l'insécurité et qu'

"

il n'y a pas d'avenir pour les délinquants, puisque la puissance publique finit toujours par l'emporter. Les honnêtes gens doivent être rassurés, les délinquants doivent être inquiétés.

"