Claude Guéant au circuit Carole : "en matière de sécurité routière, le comportement de chacun fait la sécurité de tous"

Claude GUÉANT au circuit Carole
13 mai 2011

Le 11 mai 2011, Claude Guéant, ministre de l'intérieur, de l'outre-mer des collectivités territoriales et de l'immigration, a participé à l'opération "Sauve ta vie !" organisée au circuit Carole.


La responsabilisation des usagers au cœur de la politique française de sécurité routière.

Après avoir remis plusieurs permis piéton et cycliste à des élèves du primaire, Claude Guéant a rappelé l'engagement de l'Etat à offrir à tous les usagers de la route une formation complète et adaptée à leur âge afin que chacun acquière, avant même la formation au permis, un comportement responsable sur les routes.

En effet, comme l'a souligné le ministre, au volant d'un deux-roues ou d'une voiture, la plus petite imprudence peut avoir des conséquences dramatiques. Un dépassement de la vitesse autorisée d'un seul kilomètre/heure, par exemple, augmente déjà de 4% le risque d'avoir un accident mortel.

Une politique volontariste qui porte ses fruits...

Beaucoup de chemin a déjà été parcouru pour rendre nos routes plus sûres :

  • en 1972, nous déplorions plus de 18 000 morts sur les routes par an ;
  • trente ans plus tard, en 2002, nous étions parvenus à ramener ces chiffres à moins de 8000 tués (7742), soit une baisse de près de 60 % ;
  • en 2010, nous avons franchi, pour la première fois depuis plus d'un demi-siècle, le seuil des 4000 tués sur les routes. Nous avons donc, de nouveau, pratiquement divisé par deux le nombre de morts en moins de neuf ans. Très concrètement, depuis 2002, ce sont 23 000 vies qui ont été épargnées et 300 000 hospitalisations qui ont été évitées.

Comme l'a rappelé Claude Guéant, ces résultats prouvent que la mortalité routière n'est pas une fatalité.

...mais qui doit faire l'objet d'une vigilance constante.

Depuis le début de l'année, le relâchement du comportement de certains conducteurs entraîne une remontée de l'insécurité routière. Au mois d'avril, la mortalité routière a ainsi augmenté de 20% alors même que le nombre d'accidents diminuait par rapport à la même période en 2010. Comme l'a souligné Claude Guéant, le Gouvernement ne laissera pas quelques conducteurs irresponsables mettre en danger la vie de tous les usagers de la route.
Face à cette situation, le ministre a demandé aux préfets et aux forces de sécurité de renforcer leur action contre les comportements dangereux en s'appuyant, notamment, sur les nouveaux outils mis à leur disposition par la LOPPSI : immobilisation immédiate du véhicule pour l'auteur d'un délit routier grave, développement des éthylotests anti-démarrages ou expérimentation de radars embarqués permettant de relever les excès de vitesse à partir de voitures de police et de gendarmerie elles-mêmes en mouvement.

En outre, dans le cadre du Comité interministériel de la sécurité routière (CISR) réuni le 11 mai par le Premier ministre, le Gouvernement a décidé d'aller encore plus loin en supprimant toute signalisation des radars fixes ou mobiles (retrait des panneaux annonçant la présence d'un radar fixe et interdiction des avertisseurs de radars). Ambitieuse, cette mesure est surtout :

  • cohérente, puisqu'il s'agit seulement de faire appliquer la loi et, en l'espèce, les limitations de vitesse, sur l'ensemble du territoire et pas seulement à proximité immédiate d'un radar ;
  • équitable, puisqu'il s'agit de faire appliquer la loi par tous et pas seulement par ceux qui n'ont pas les moyens de s'offrir un avertisseur de radars ;
  • équilibrée, puisque cette mesure s'accompagne d'une grande campagne d'harmonisation et de renforcement de la signalisation des limitations de vitesse sur l'ensemble du territoire.

Par sa venue au circuit Carole, Claude Guéant a voulu mettre en valeur le lancement d'une nouvelle phase de la politique de sécurité routière :

  • au niveau international, avec le lancement de la décennie mondiale pour la sécurité routière ;
  • au niveau du Gouvernement, avec la mise en œuvre de le LOPPSI et des décisions du CISR ;
  • au niveau de chaque citoyen, en incitant les usagers de la route à un comportement responsable.