COVID

Le CRA du Mesnil-Amelot encensé par un retenu via Twitter

14 mars 2012

Depuis plusieurs jours, un jeune gabonais narre en direct, via Twitter, sa rétention au centre du Mesnil-Amelot en Seine-et-Marne : "Centre quasi neuf. Confort spartiate mais appréciable. Trois repas par jour. Deux par chambre. Infirmerie. Distributeur pour tabac, chocolats, sodas". Il note cependant que "le baby foot est mal graissé".


En situation irrégulière sur le territoire français, il avait été interpellé lors d'un contrôle de gendarmerie alors qu'il faisait du covoiturage entre Paris et Reims. Placé au centre de rétention administrative (CRA) de Seine-et-Marne, il a eu accès à son téléphone portable deux heures par jour.

Il en profita pour envoyer ses premiers Tweets et préciser : "Les policiers ici sont exemplaires, à l'écoute, souriants, très souvent amicaux, loin des clichés de la TV". Il précisera qu'il est en "rétention administrative et non détention. L'accent est mis en permanence sur cette différence ici. Nous ne sommes pas prisonniers ici".

Pour l'association la Cimade, présente au CRA du Mesnil-Amelot, ce témoignage est sans précédent. "C'est une très bonne chose parce que les centres de rétention sont des lieux cachés au public et où la société civile n'a qu'un accès très restreint", a expliqué une porte-parole. Sur décision du tribunal administratif, le jeune homme a été remis en liberté le 9 mars.