COVID

Bilan du premier semestre 2013 de l'accidentalité routière

Bilan du premier semestre 2013 de l'accidentalité routière - © Mi/Sg/Dicom/J.L.Ziegler
11 juillet 2013

Manuel Valls, ministre de l'intérieur, a tenu une conférence de presse jeudi 11 juillet 2013, à l'Hôtel de Beauvau, pour présenter les chiffres de la sécurité routière du premier semestre 2013.


Une baisse du nombre de tués sur les routes de 15,1% par rapport au premier semestre 2012

Sur les six derniers mois, 257 vies ont été épargnées, ce qui représente une baisse deux fois plus importante que celle constatée l'an dernier à la même période, et 11 860 personnes ont été admises à l'hôpital à la suite d'un accident de la route, soit une baisse de plus de 6%. Soulignant que ce bilan était encourageant, Manuel Valls a salué l'action déterminée menée sur les routes par les policiers, les gendarmes et l'ensemble des acteurs de la sécurité routière.

Le ministre a exprimé le souhait que la sécurité routière soit une composante essentielle « de la réflexion sur le partage harmonieux de l'espace public » après avoir présenté les différentes catégories d'usagers victimes de la route.

En matière de lutte contre la vitesse excessive, cause majeure d'accidents mortels, le ministre est revenu sur le déploiement des radars mobiles de nouvelle génération engagé depuis le mois d'avril 2013, dont 46 ont été livrés. Destinés à cibler plus particulièrement les excès de vitesse importants, ces nouveaux équipements remplaceront progressivement les radars embarqués, au rythme moyen de cent par an sur les trois prochaines années.

Concernant les actions de prévention, le ministre a salué la nouvelle campagne de communication de la Sécurité routière adressée aux jeunes, et il a annoncé que le personnage « Sam » fera la tournée des plages à partir du 19 juillet dans 17 villes de France.

Un renforcement des dispositifs pour l'été

En raison des grands départs, Manuel Valls a annoncé la mobilisation de 13 000 policiers et gendarmes chaque week-end, sur le réseau routier principal et les axes secondaires, pour des missions de contrôle et de prévention. Ces actions porteront notamment sur les infractions les plus graves, telles que la vitesse excessive, l'usage du téléphone tenu en main, ou le non port de la ceinture de sécurité à l'avant et à l'arrière.