COVID

J-10 avant les élections départementales ! Vote blanc, vote nul : ça change quoi ?

logo des élections départementales 2015
12 mars 2015

Le vote blanc ou le vote nul ne doit pas être confondu avec l'abstention. Cette dernière consiste à ne pas participer à une élection ou à des opérations de référendum alors que voter blanc ou nul implique de se rendre aux urnes.


Le vote blanc

Il consiste à déposer dans l’urne une enveloppe vide ou contenant un bulletin dépourvu de tout nom de candidat (ou de toute indication dans le cas d’un référendum).

Le vote nul

Il correspond à des bulletins déchirés ou annotés qui ne sont pas pris en compte dans les résultats de l’élection. Il est parfois difficile d’interpréter le sens d’un vote nul. L’électeur n’a pas forcément souhaité que son vote soit nul (il a cru, par exemple, qu’une mention manuscrite ajoutée n’aurait aucune incidence). Mais il arrive également que l’électeur ait volontairement déposé un bulletin nul pour manifester son opposition aux différents candidats et programmes présentés.

Bulletins blancs et bulletins nuls décomptés séparément depuis février 2014

Depuis la loi du 21 février 2014 visant à reconnaître le vote blanc aux élections les bulletins blancs seront, à compter du 1er avril 2014, décomptés séparément des votes nuls et annexés en tant que tel au procès verbal dressé par les responsables du bureau de vote. Mais, comme auparavant, ils ne seront pas pris en compte dans le nombre des suffrages exprimés (ensemble des bulletins moins les votes blancs et nuls).

Mis en œuvre pour la première fois à l'occasion des élections européennes le 25 mai 2014 les bulletins blancs ont représentés 2,77% du nombre total de votants (546 601 sur 19 747 893 votants) alors que 245 531 bulletins nuls, soit 1,24% du nombre de votants, ont été comptabilisés.

A titre de comparaison, aux élections européennes de 2009, les bulletins nuls, au sein desquels étaient également comptés les bulletins blancs, représentaient 4,30% du nombre de votants.