COVID

À Lézardrieux, enquêtes sur et sous les eaux...

© C.Dubois
13 mai 2011

Alliant missions de police judiciaire, protection de l'environnement et surveillance maritime, les gendarmes de la brigade nautique côtière de Lézardrieux sont réactifs et opérationnels sur tous les fronts.


La France compte 8 501 km de voies navigables, auxquels s'ajoutent 5 500 km de côtes, sans compter les territoires d'outre-mer et les réserves maritimes. Un vaste domaine où la gendarmerie départementale est compétente à travers ses unités nautiques (quarante-deux en métropole et onze outre-mer), renforcées au besoin par des unités territoriales dotées d'une embarcation en fonction de leur implantation. Armées par des militaires spécialement formés (pilotage, plongée, police technique et scientifique subaquatique, police des pêches maritimes, de la navigation, etc.), les unités nautiques offrent un maillage, tant en façade maritime que sur les eaux intérieures, permettant à la gendarmerie d'exercer pleinement ses missions préventives et répressives dans un milieu géographique et professionnel particulier.
Le dispositif littoral participe ainsi activement à l'action de l'État en mer, en étroite coordination avec les unités de la gendarmerie maritime, de la Marine, des douanes, des affaires maritimes et autres administrations. Agissant dans la bande des cinq milles nautiques, les brigades nautiques côtières (BNC) assurent des missions de police générale en mer, que ce soit en police judiciaire, police de la navigation de plaisance et des pêches, police de la salubrité publique, lutte contre les trafics, le braconnage, le travail dissimulé, l'immigration irrégulière ou bien encore pour l'assistance aux personnes en danger. Le dispositif fluvial, quant à lui, s'inscrit dans une dynamique du contrôle de ce milieu spécifique en synergie avec nos partenaires européens.
Dans le département des Côtes-d'Armor, la présence de plongeurs et de pilotes de vedette de la gendarmerie remonte aux années 1970. La BNC de Lézardrieux, créée en 2004, compte aujourd'hui cinq militaires, tous plongeurs, pilotes de vedette et techniciens en investigation subaquatique, qui s'appuient sur trois moyens nautiques.
Après de nombreuses années passées à Paimpol, cette unité s'est installée l'an dernier à Lézardrieux dans une nouvelle caserne, inaugurée le 5 novembre dernier, sous la présidence de Rémi Thuau, préfet des Côtes d'Armor, et du général de division Serge Caillet, commandant la région de gendarmerie de Bretagne et la gendarmerie pour la zone de défense et de sécurité ouest.

© C.Dubois

La BNC de Lézardrieux présente une activité diversifiée et très différenciée entre la période estivale et la période hivernale. L'été, les missions des gendarmes sont davantage orientées vers l'activité plaisance (voile, sport nautique, plongée, navigation), le contrôle des clubs à activités physiques et sportives et la surveillance générale nocturne portuaire dans le cadre de la campagne annuelle de sécurité des loisirs nautiques. Les personnels de la brigade nautique, tous secouristes, participent également au renfort estival d'un détachement hélicoptère à Lannion. Durant cette période, un plongeur fait d'ailleurs partie intégrante de l'équipage. L'hiver, la BNC concentre ses efforts sur la campagne de pêche de la coquille Saint-Jacques et la surveillance maritime côtière. L'unité est également sollicitée pour assurer la police des plans d'eau lors d'événements maritimes régionaux, tels que la Route du Rhum, la course du Figaro, le tour de France à la voile, le festival du chant de marin, la prestation de la patrouille de France à Perros-Guirec, etc.
Au niveau national, cette action en surface se prolonge par la capacité de la gendarmerie à mettre en œuvre des « enquêteurs subaquatiques ». Quelque 230 plongeurs, répartis sur l'ensemble du territoire, sont ainsi en mesure de conduire une enquête sous l'eau avec la même rigueur que sur terre. Ils y appliquent les techniques d'investigation judiciaire telles qu'elles sont conduites sur les scènes de crime terrestres : prélèvements ADN, tissulaires, relevés digitaux, peinture, prises de vues sous-marines, vidéos sous-marines. Ces constatations judiciaires subaquatiques constituent la mission principale des plongeurs enquêteurs de la gendarmerie départementale. En moyenne, les gendarmes de la BNC de Lézardrieux, tous plongeurs, effectuent entre 100 et 150 plongées d'intervention par an au profit des unités territoriales, de la section de recherches de Rennes, des brigades de recherches des départements des Côtes d'Armor et d'Ille-et-Vilaine, de la Police nationale ou encore des magistrats lors de reconstitution.