COVID

Une compagnie de gendarmerie fluviale franco-allemande

© A.Roche

Le 9 mars a été inaugurée la compagnie de gendarmerie fluviale franco-allemande sur le Rhin.


L'inauguration de la compagnie de gendarmerie fluviale franco-allemande (CGFFA) sur le Rhin le 9 mars est révélatrice des liens forts qui unissent la France et l'Allemagne et du dynamisme de leur coopération. Réalisation forte en matière de sécurité intérieure, cette unité est l'aboutissement d'une coopération réussie et le point de départ d'une aventure commune en matière de sécurité sur le Rhin.

Le jour de l'inauguration, les deux parties ont insisté sur la réussite de la coopération entre les deux forces. Pour Reinhold Gall, ministre de l'Intérieur du land de Bade-Wurtemberg, "Nous venons d'effectuer une nouvelle et importante avancée vers un réel partenariat en matière de sécurité, où les deux parties travaillent ensemble de façon rapide, directe et simple". Côté français, on estime que "ces policiers [allemands] et ces gendarmes nous disent que notre intérêt, la défense de l'État de droit comme celle de l'environnement, passe par une coopération renforcée." Avec la CGFFA, il ne s'agit pas de faire travailler en concertation deux unités différentes par bien des aspects, mais de n'en créer qu'une avec les moyens humains et matériels des deux forces pour gagner en présence opérationnelle. "Tout se fait conjointement, explique le chef d'escadron Nicolas Künkel, commandant la compagnie. Il y a une réelle volonté commune d'aller de l'avant et cela se passe vraiment très bien avec nos homologues allemands. […] Cette coopération nous a permis de rationaliser et d'optimiser nos moyens, tout en augmentant considérablement notre potentiel d'action."  L'autre clé de la réussite de cette coopération est que la compagnie a une unité de territoire et de réglementation [Créée en 1816 à l'issue du congrès de Vienne, la commission centrale pour la navigation sur le Rhin basée à Strasbourg, chargée de produire la réglementation sur le fl euve, est l'organisation internationale la plus ancienne au monde]. Cette compétence géographique commune permet une véritable souplesse lors de l'emploi des personnels et améliore la capacité opérationnelle de l'unité.

Dans les faits, le commandement est devenu bicéphale, à parité, et installé à Kehl, siège de la compagnie et de l'une des trois brigades fluviales. La programmation des services est désormais commune, sur un logiciel spécialement dédié. Cette dernière est réalisée en harmonie entre les deux chefs de la CGFFA et les commandants des brigades fluviales. Les patrouilles sont mixtes, ainsi que les moyens et les locaux.

Depuis le début de l'expérimentation, la présence policière sur le Rhin a doublé. Le nombre de services communs de surveillance fluviale est ainsi passé de 49 à 238 en moins de cinq mois.
Les Missions
La mission principale de cette unité est d'assurer le contrôle de la navigation de commerce et de plaisance sur le Rhin conformément à la convention de Mannheim de 1868 qui consacre la libre circulation et le statut international du fleuve.
Les personnels effectuent de nombreuses autres missions :

  • constatations et enquêtes à l'occasion des accidents fluviaux, incidents et événements divers (manifestations festives, cambriolages) intervenant sur des bateaux ;
  • contrôle des établissements de loisirs aquatiques (associations et clubs de plongée, de voile, kayak, bases de loisirs aménagées) ;
  • constatations des atteintes à la santé publique et à l'environnement (pollutions, police de la pêche, respect des prescriptions relatives aux réserves naturelles) ;
  • contrôle des trafics illicites en développement (travail illégal, consommation et trafic de stupéfiants, contrôle du transfert transfrontalier des déchets) ;
  • constatations judiciaires subaquatiques par son noyau de plongeurs ;
  • engagement des plongeurs sur les autres voies et plans d'eau dans la zone de défense et sécurité Est.