COVID

« Partager des expériences, des valeurs »

Abdelkader Haroune © MI/DICOM/J. Groisard

Lancée en juin 2013, l’opération « l’État en partage » vise à instaurer des relations de confiance entre des gendarmes, policiers, sapeurs-pompiers ou membres du corps préfectoral, et des jeunes issus pour leur grande majorité de milieux populaires.
130 binômes ont ainsi été constitués. Témoignages.


Abdelkader Haroune, directeur départemental de la sécurité publique de l’Aisne et président de l’association « Les chemins de la réussite »

« Notre association, qui organise ce genre de parrainages depuis cinq ans, a servi d’intermédiaire entre le ministère de l’Intérieur et les jeunes de quartiers défavorisés qui recherchaient quelqu’un pour être orientés dans la vie. C’est une belle marque de solidarité. Les 130 binômes au sein du ministère fonctionnent très bien, les jeunes trouvant des professionnels qui les épaulent. Quand vous n’avez aucun référent, vous pensez que tout est inaccessible, mais dès lors que l’on vous accompagne, on vous donne de l’espoir, de l’envie, tout devient alors possible. »

Fabrice Trotrot et Umit Kaya © MI/DICOM/J. Groisard

Fabrice Trotrot, gendarme à la brigade de proximité de Nouzonville (Ardennes)

« Mon filleul m’a fait part de sa volonté de devenir gendarme, je me suis donc attaché à lui faire découvrir mon métier, notamment en lui faisant rencontrer le commandant de ma compagnie et les officiers. Nous avons ensuite visité le centre d’appel et de nombreux autres services. C’est une très belle collaboration, car Umit est réceptif et demandeur. Je l’aide dans sa préparation au concours de sous-officier et de gendarme adjoint volontaire. Nous nous voyons très régulièrement. Je lui transmets mon expérience pour lui montrer qu’avec de la volonté et du travail, on peut atteindre ses objectifs. »

Umit Kaya, 20 ans, filleul de Fabrice Trotrot

« Après avoir effectué un service civique au sein de ma mairie, mon chef d’alors m’a parlé de cette opération de parrainage. J’ai immédiatement été très intéressé car j’ai le projet depuis tout petit de devenir gendarme. Fabrice connaît les choses, m’oriente, m’aide, m’accompagne dès que j’ai besoin de son soutien. Il m’a permis d’avoir un pied dans l’univers de la gendarmerie. J’ai pris conscience de la réalité de ce métier et je lui en suis reconnaissant. C’est un parrain qui me transmet sa vision des choses et me motive pour réussir. »

Martin Roger et Lia Blanc © MI/DICOM/J. Groisard

Martin Roger, adjudant sapeur-pompier à la caserne d’Échirolles

« Les pompiers m’ont permis de trouver ma voie, il est donc naturel pour moi d’aider les autres. Cette expérience nous permet avec ma filleule de partager nos vies, de mettre en commun des choses personnelles, de partager des valeurs. Je lui parle d’honnêteté, de l’importance du travail, du respect des institutions. Ces échanges me permettent également de constater la vision des jeunes sur l’uniforme, sur l’État… Je conseille vivement cette expérience à tous mes collègues. »

Lia Blanc, filleule de Martin Roger

« Arrivant à la finde mon cursus scolaire, je n’avais pas trop d’idée quant à mon avenir. Avoir un parrain me permet d’avoir un soutien, une personne expérimentée qui me transmet son expérience et sa vision des choses. On discute de tout, de mon travail actuel d’assistante de vie scolaire, nos difficultés et joies respectives. Il me propose un autre regard sur la vie, différent de celui de mes parents ou de mes amis. Cela permet aussi d’avoir un autre regard sur les fonctionnaires de l’État »

Maxime Deschaeck et Corentin Tison © MI/DICOM/J. Groisard

Maxime Deschaeck, brigadier à la CRS 12

« J’ai été immédiatement intéressé par cette initiative, car la notion de service public est très importante dans notre métier de policier. C’est un moyen de montrer aux jeunes que nous ne sommes pas là uniquement pour faire de la répression. Nous nous voyons régulièrement et il sait très bien qu’en cas de besoin il peut compter sur moi. Je lui ai raconté mon parcours, expliqué les obstacles auxquels j’ai été confronté. Ce rapport est très intéressant car il permet de créer un autre lien entre les jeunes et les représentants des services de l’État. »

Corentin Tison, 23 ans, filleul de Maxime Deschaeck

« Je suis en troisième année de licence de droit à Lille et cette opération est l’occasion pour moi d’avoir un contact privilégié avec un policier. Il me parle de son quotidien, de la réalité de son métier. En me rendant au ministère, il y a quelques mois, j’ai même pu échanger avec le directeur central des CRS ! Ce métier m’attire énormément. Depuis que je connais Maxime, je fais la promotion de l’État en partage auprès de tous mes amis de la fac de Lille. »

Thomas Lavielle et Marine Feuillarade © MI/DICOM/J. Groisard

Thomas Lavielle, sous-préfet, directeur de cabinet du préfet de la Somme
(Thomas Lavielle a été nommé directeur de cabinet adjoint du secrétaire général du ministère de l'Intérieur)

« J’ai souhaité m’engager, aux côtés du préfet de région, dans l’opération « l’État en partage » car je crois profondément à la transmission et au partage d’expériences. J’ai rencontré à plusieurs occasions ma filleule et je lui ai dit combien l’engagement au service de l’État était exigeant mais aussi source d’intenses satisfactions. J’espère que le stage qu’elle a effectué au groupement de gendarmerie de la Somme grâce à cette opération conforte son attrait pour le service de l’intérêt général. »
*Thomas Lavielle a été nommé directeur de cabinet adjoint du secrétaire général du ministère de l'Intérieur

Marine Feuillarade, 18 ans, filleule de Thomas Lavielle

« Actuellement en terminale, j’ai le projet d’intégrer la gendarmerie. Un professeur de mon lycée m’a parlé de cette opération et j’ai souhaité y participer pour savoir comment devenir gendarme. J’ai eu la surprise d’être parrainée par le directeur de cabinet du préfet, qui m’a notamment permis d’obtenir un stage au sein d’un groupement de gendarmerie. Sans lui, je n’aurais pas été au courant du parcours que je dois suivre. Je lui suis reconnaissante pour son écoute et son aide qui me confortent dans mon choix professionnel. »

Richard Wawrzyniak