Question du député de la Verpillière sur la sécurité dans les zones rurales

25 octobre 2011

Claude Guéant, ministre de l'intérieur, de l'outre-mer, des collectivités territoriales et de l'immigration a répondu à une question du député Charles de la Verpillière, sur la sécurité dans les zones rurales, lors de la séance de questions d'actualité au gouvernement du mardi 25 octobre 2011, à l'Assemblée nationale.


Charles de la Verpillière, député UMP de l'Ain

Merci Monsieur le président. Ma question s'adresse à Claude Guéant, ministre de l'Intérieur. Monsieur le Ministre, vous êtes venu vendredi dernier dans le département de l'Ain pour rappeler que la sécurité est un droit pour tous et un devoir de l'État partout sur notre territoire. La baisse constante de la délinquance observée depuis 2002 est un vrai succès de notre majorité. Cinq cent mille victimes de moins en 2010 qu'en 2002, c'est évidemment une très bonne nouvelle et la preuve qu'une politique volontariste porte ses fruits, même si ce constat gêne nos collègues de gauche, je l'entends au bruit qu'ils font. Mais il y a toujours trop de victimes et il est naturel que les Français restent exigeants vis-à-vis du gouvernement et de sa majorité.

Je dois vous dire que votre déplacement dans l'Ain, Monsieur le Ministre, a été très apprécié par les forces de l'ordre et par la population. En effet, même si la délinquance est plus diffuse et moins médiatisée en zone rurale, elle existe. Je pense notamment aux atteintes portées aux biens des agriculteurs. Elle se nourrit de la proximité de grandes agglomérations comme Lyon et Genève. Monsieur le ministre, à Ambérieu-en-Bugey et à Lagnieu, vous vous êtes fait présenter les résultats mais également les outils de la gendarmerie et de la police. Des conventions ont été signées respectivement avec l'Association d'aide aux victimes et de médiation, la Fédération du bâtiment et des travaux publics et enfin la Chambre de commerce et d'industrie. Pouvez-vous, Monsieur le Ministre, nous détailler ces dispositifs et les enseignements que vous en tirez pour améliorer toujours la sécurité de nos concitoyens en milieu rural ?

Claude Guéant, ministre de l'Intérieur

Monsieur le président, Mesdames et Messieurs les députés, je vous remercie, Monsieur le député Charles de la Verpillière, d'avoir évoqué cette très importante question de la sécurité en milieu rural. À la différence de certains groupes politiques qui ne mettent l'accent que sur la sécurité dans les quartiers sensibles, le gouvernement développe une politique de sécurité au profit de tous les Français où qu'ils habitent, qu'ils habitent dans les quartiers sensibles ou dans des quartiers moins sensibles, dans des petites villes ou dans des grandes villes, qu'ils habitent à la ville ou qu'ils habitent en milieu rural. Tous les Français ont droit à la sécurité.

Ce que j'ai vu dans le département de l'Ain illustre une démarche tout à fait exemplaire en matière de sécurité en milieu rural tout simplement parce que tous les acteurs joignent leurs efforts. Ce que j'ai observé, c'est d'abord une détermination et une compétence tout à fait considérables de la part de la gendarmerie nationale, c'est la densification de la présence de la gendarmerie sur la voie publique. C'est la politique que je conduis sous l'autorité du Premier ministre pour faire en sorte que la présence des policiers en ville et des gendarmes en milieu rural soit plus forte, soit plus perceptible et que leur présence rassure nos concitoyens.

Ce que j'ai vu, ce sont aussi des moyens techniques qui sont adaptés à l'évolution de la délinquance et qui renforcent la capacité de travail de nos gendarmes. Je pense, par exemple, à tout ce qui est fait en matière de police technique et scientifique. Je pense à ce qui est fait en matière de vols de véhicules par la lecture automatisée des plaques d'immatriculation. Ce que j'ai noté, c'est aussi - vous y insistiez - le développement de partenariats qui sont extrêmement actifs. Partenariat avec la Chambre de commerce et d'industrie pour éviter les vols chez les commerçants ou bien l'utilisation de moyens de paiement frauduleux. Partenariat avec les secteurs du bâtiment pour éviter les vols de matériaux. Partenariat avec les associations de victimes. Et vous me permettrez de relever un autre ingrédient qui est celui de l'engagement des élus, le vôtre, celui de votre collègue Xavier Breton dans la circonscription voisine que j'ai visitée. Le résultat est là.

Il y a eu, dans l'Ain, 17 % de baisse de la délinquance depuis huit ans et cette année encore, la délinquance baisse. La délinquance de proximité a baissé de 20 % depuis le début de l'année.