Réponse de Brice Hortefeux à une question du député Folliot lors de la séance de questions d'actualité au gouvernement du mardi 4 mai 2010

5 mai 2010

Brice Hortefeux, ministre de l'intérieur, de l'outre-mer et des collectivités territoriales, a répondu à une question du député Philippe Folliot sur "les moyens mis à disposition pour maintenir les brigades de gendarmerie dans les cantons", à l'occasion de la séance de questions d'actualité au gouvernement à l'Assemblée nationale, mardi 4 mai 2010.


Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs les députés, Monsieur le député Philippe Folliot.

Réponse de Brice HORTEFEUX à une question du député FOLLIOT lors de la séance de questions d'actualité au gouvernement du mardi 4 mai 2010

Vous avez raison de souligner la mort brutale et injuste d'un client dans un petit commerce de votre département a particulièrement choqué, mais en même temps, vous avez raison de souligner l'action exemplaire de la gendarmerie qui, la nuit même, a pu interpeller et déférer 4 malfaiteurs et il appartient désormais à l'autorité judiciaire de sanctionner durement ces malfaiteurs.

Cela me permet aussi, comme vous, de souligner l'action exemplaire de la Gendarmerie, son professionnalisme ; professionnalisme de ces militaires qui sont placés depuis l'été dernier, sous l'autorité du ministère de l'intérieur. Je vous le rappelle, je voudrais rendre hommage, comme vous, aux 100 000 gendarmes, aux côtés de 150 000 policiers qui assurent la sécurité de nos concitoyens et rappeler qu'ils le font parfois au péril de leur vie. Ainsi, depuis le 1er janvier, ce sont 5 gendarmes qui sont décédés dans l'exercice de leur mission et j'ai une pensée, bien évidemment, plus particulière pour l'adjudant Nicolas Joos qui, dimanche dernier, est décédé en mission lors des motonautiques de Rouen.

La Gendarmerie, c'est 95 % du territoire qui est couvert par cette autorité. Comme il a été créé la Police d'agglomération, confiée à la Police nationale, sera mise en place cette année la Police des territoires, qui tiendra compte davantage des bassins de délinquance, des bassins de vie, plutôt que des simples frontières administratives.

Donc vous avez raison, Monsieur le député Folliot, il est temps de leur rendre hommage, de reconnaître leur action, de reconnaître la nécessité de l'attachement du gouvernement au rôle de la Gendarmerie et c'est d'ailleurs très précisément ce que le chef de l'Etat a fait, la semaine dernière, en recevant en ma présence le directeur général de la Gendarmerie, ainsi que des représentants des officiers et des sous-officiers.

Je vous remercie.