Réponse de Brice Hortefeux à une question du député Myard lors de la séance de questions d'actualité au gouvernement du mardi 4 mai 2010

5 mai 2010

Brice Hortefeux, ministre de l'intérieur, de l'outre-mer et des collectivités territoriales, a répondu à une question du député Jacques Myard sur les mesures à prendre pour mettre un terme aux "agressions scandaleuses" dans les transports à l'occasion de la séance de questions d'actualité au gouvernement à l'Assemblée nationale, mardi 4 mai 2010.


Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs les députés, Monsieur le député Jacques Myard.

Vous évoquez plusieurs faits récents, notamment celui de Tremblay en France. Je vous rappelle simplement la chronologie.

Samedi à 16h40, une perquisition a lieu ; à 17h30 un caillassage est organisé. Une CRS a été immédiatement déployée sur place et comme François Asensi, le député-maire de Tremblay le sait, nous maintiendrons ces opérations de sécurisation tout le temps qu'il sera nécessaire. La réalité, c'est très simple : c'est que nos opérations de démantèlement de trafiquants, de stupéfiants dérangent ; elles bousculent le business tranquille de ces petits voyous.

Je vous le dis, Monsieur le député Myard, non seulement nous n'allons pas nous arrêter, mais nous allons les amplifier. Plus largement, concernant la sécurité dans les transports, ce sont aujourd'hui 2.547 policiers et gendarmes qui assurent quotidiennement la protection des transports. Nous voulons aller effectivement plus loin et en votre présence, dans votre département à Houilles, j'ai annoncé un plan de sécurisation nationale des transports.

Ce plan repose sur plusieurs volets et je vous en rappelle deux. C'est le développement de la vidéo protection, la vidéo protection permet non seulement d'identifier mais d'éviter des affrontements, comme cela a été le cas le 03 avril, alors que deux bandes rivales avaient prévu de se retrouver sur le parvis de la Défense pour se battre.

Deuxième élément, c'est ce que j'ai demandé aux Préfets, c'est-à-dire l'établissement précis des situations à risques, avec la liste des bus, des tramways, des gares et des lieux sensibles.

Je vous le dis simplement, Monsieur le député Myard, l'objectif du gouvernement est très simple, très clair et très ferme : nous voulons que chacun, quel que soit son lieu d'habitation, puisse circuler librement et sereinement.