Réponse de Brice Hortefeux à la question du député François Asensi relative aux événements du début du mois d'avril à Tremblay-en-France

7 avril 2010

Mardi 6 avril 2010, Brice Hortefeux, ministre de l'intérieur, de l'outre-mer et des collectivités territoriales, a répondu à une question de François Asensi, député de Seine-Saint-Denis, concernant la dégradation des conditions de vie dans les grands ensembles sociaux du département.


Assemblée nationale

Brice Hortefeux a tout d'abord indiqué qu'il "luttait avec acharnement" contre le trafic de stupéfiants et que son action obtenait des résultats.

En effet, sur les deux premiers mois de 2010, les services de police et de gendarmerie ont saisi deux fois plus de drogues que sur la même période en 2009. En guise d'illustration, le ministre est ensuite revenu sur la très belle opération des policiers du commissariat de Villepinte et sur le caillassage de deux bus, qui s'en est suivi, sur la ligne 619 à Tremblay-en-France. Voyant dans cet acte de délinquance le signal que les opérations des forces de l'ordre "dérangent" les délinquants, Brice Hortefeux a martelé que "l'État ne se laissera pas impressionner par des petits voyous qui se lèvent à midi, qui vivent de leurs trafics et qui empoisonnent la vie des honnêtes gens".

Sur le plan des effectifs, le ministre a rappelé, d'une part, que le nombre de policiers présents en Seine-Saint-Denis était passé de 4 527 en l'an 2000 à près de 5 000 aujourd'hui et, d'autre part, que 1 500 ADS allaient être recrutés, dont 385 seront affectés à l'Ile-de-France et, pour l'essentiel à la Seine-Saint-Denis.

Enfin, Brice Hortefeux a insisté sur le côté permanent, difficile et surtout collectif du combat qu'il mène contre les nouvelles formes de délinquance.