08.12.2004 - 60ème anniversaire de la création des Compagnies Républicaines de Sécurité

8 décembre 2004

Allocution de Dominique de Villepin, Ministre de l'Interieur, de la Sécurité Intérieure et des Libertés Locales - 60ème anniversaire de la création des Compagnies Républicaines de Sécurité.


Messieurs les Préfets,
Monsieur le Directeur général,
Monsieur le Directeur central,
Mesdames, Messieurs,

Je voudrais tout d'abord vous dire le plaisir et l'honneur que j'ai de rencontrer chez eux les policiers des Compagnies de Sécurité Républicaine.

Permettez-moi aussi de vous féliciter pour la magnifique démonstration motocycliste que vous venez d'accomplir sous l'autorité du commandant de la CRS 1 Charles LAURENT et du capitaine Frank FEUCHER. Elle témoigne de votre grande virtuosité.

Je veux également remercier le contrôleur général Christian MILLE, Directeur Zonal des CRS d'Ile-de-France et le commandant Jean-François PIRET, chef de la Compagnie 61 qui nous accueille aujourd'hui à Vélizy.

Vélizy, c'est le symbole du renouveau des Compagnies Républicaines de Sécurité. Si leurs fonctions fondatrices restent toujours d'actualité, les méthodes et l'emploi doivent aujourd'hui évoluer, comme évolue notre société. En tant que ministre de l'Intérieur, je veux vous accompagner dans cette évolution : en vous donnant les moyens d'accomplir votre mission et en reconnaissant pleinement les difficultés de votre tâche.

Il y a soixante ans, le 8 décembre 1944, le gouvernement provisoire dirigé par le Général de Gaulle, créait les compagnies républicaines de sécurité. Dans cette période qui suit immédiatement la Libération, il y a l'espoir pour une jeunesse, qui a subi la guerre et l'Occupation, de reconstruire la Nation sur ses fondements républicains. Il y a aussi le besoin de consolider les institutions et même de restaurer la légalité républicaine sur tout le territoire.

L'ordre public, cœur de métier des Compagnies Républicaines de Sécurité, vos prédécesseurs ont su le rétablir en toute circonstance, que ce soit face aux mouvements quasi insurrectionnels de 1947, ou dans les circonstances difficiles de Mai 68.

Célébrer un anniversaire, c'est à la fois rendre hommage aux qualités pérennes d'une institution comme la vôtre, mais aussi mesurer le chemin parcouru et tracer les évolutions et les perspectives pour le futur.

Cette vision de l'ordre public fait partie du génie français. Elle s'incarne dans une idée simple : force doit toujours rester à la loi, y compris dans la rue, en mettant en œuvre les moyens adaptés. Cette force légitime, vous l'exercez avec maîtrise et responsabilité. Grâce à vous, de grands évènements se sont déroulés dans notre pays sans victime, tout en assurant la mission protectrice de nos institutions républicaines. Cette conception de l'ordre public, de nombreuses démocraties nous l'envient qui envoient leurs cadres se former chez nous.

C'est en ce 60ème anniversaire, le premier message que je voulais vous adresser : celui de mes remerciements pour le travail que vous accomplissez, celui aussi du maintien des exigences qui sont les miennes pour votre professionnalisme.

Ce professionnalisme, vous l'adaptez en permanence. Dans notre société qui ne cesse d'évoluer, garantir l'ordre public fait appel à votre capacité de changement. Tout récemment vous avez participé au bon déroulement des grands évènements internationaux comme le G8 d'Evian, le 60ème anniversaire du Débarquement ou encore la venue du Pape Jean Paul II. Face à des rassemblements de plusieurs milliers de personnes, vous savez, dans les conditions les plus difficiles, agir avec courage comme il y a quelques jours à Rennes, où vingt d'entre vous ont été blessés.

Vous avez sans cesse à renouveler vos défis, car ce sont ceux de notre pays tout entier face à la violence. Pour cela, vous disposez de deux atouts essentiels :
· d'abord, votre réactivité. Au sortir de vos cars lorsque vous prenez vos instructions du Préfet, vous devez en quelques minutes comprendre la situation, définir un positionnement tactique et affronter une crise grave.
· ensuite, vous êtes les porteurs d'une éthique républicaine, qui s'exprime dans votre déontologie. Cette éthique, c'est le service de l'Etat, la défense sans faiblesse du bien public et de loi.

Les compagnies républicaines de sécurité ont su prendre un nouvel élan sous l'impulsion de votre directeur central monsieur Jacques LAMOTTE et de ses collaborateurs. Je voudrais les féliciter pour la part qui a été prise dans les résultats obtenus sur le front de la sécurité.

Mais je suis venu aussi pour vous demander d'amplifier votre action. Vous le savez, le président de la République nous a demandé de franchir une nouvelle étape dans la lutte contre toutes les insécurités. Nous devons mieux protéger les Français.

Je veux enfin vous assurer du soutien de l'Etat dans vos missions : il vous continuera de vous donner les moyens de les conduire avec toujours plus d'efficacité.

1. Vous demeurez un pilier essentiel de notre dispositif global de sécurité.

Vous êtes engagés sur tous les fronts : le maintien de l'ordre qui reste votre vocation première, la lutte contre les violences urbaines, mais aussi la sécurisation préventive dans les zones sensibles et le soutien à la police des frontières, à Roissy, à Nice ou dans le Calaisis. Cet été, vous avez également participé à la mobilisation exceptionnelle pour assurer la sécurité des Français sur leurs lieux de vacances :
· Près d'un millier de fonctionnaires des Compagnies Républicaines de Sécurité et plus d'une centaine de motocyclistes ont prêté main forte aux circonscriptions de police connaissant une forte affluence touristique estivale.
· Plus de 600 nageurs sauveteurs présents sur les plages, ainsi que 70 gradés et gardiens de la paix dans les 14 postes de police et de sécurité des plages implantées sur les départements côtiers.
· Vous avez également été présents en montagne, dans les Alpes et les Pyrénées, avec 200 spécialistes issus de vos unités.

La réserve nationale que constituent les CRS présente aussi une souplesse irremplaçable : elle nous permet d'ajuster nos forces sur l'ensemble du territoire pour faire face à tout type de mouvements. En cela, vous représentez une garantie essentielle du principe d'égalité des Français devant la sécurité. Cet équilibre est parfaitement compatible avec la décision de mon prédécesseur que j'approuve, de zonaliser l'emploi d'une partie importante de votre potentiel. Deux avantages en découlent : d'une part, les déplacements routiers de vos unités sont limités ; d'autre part, vos capacités d'action s'en trouvent augmentées. Avec cette zonalisation, ce sont 4500 policiers qui sont déployés chaque jour sur le territoire dont 2500 pour des missions de sécurisation.

Grâce à de nouvelles tactiques d'intervention et à des équipements adaptés, vous avez aussi gagné en mobilité et en polyvalence, quelles que soient vos missions. L'ensemble du personnel s'engage, la chaîne hiérarchique s'investit sous l'impulsion des directeurs zonaux, et les modes d'action s'harmonisent.

Cet engagement, comme celui de l'ensemble des forces de l'ordre, porte ses fruits.
· Depuis le début de l'année la délinquance générale a diminué de 4,2% : c'est la plus forte baisse de la délinquance depuis dix ans ;
· Cette amélioration est encore plus nette pour les crimes et délits de voie publique qui reculent de plus de 8,8%.

Vous avez pris toute votre part dans ces résultats comme en témoignent vos indicateurs d'activité :
· Depuis le début de l'année vous avez établi plus de 165.000 procédures
· Vous avez mis à disposition près de 20.000 personnes.
Vous êtes également engagés pour la sécurité routière, où là-encore, le bilan est éloquent : le nombre des tués a diminué de près de 20 %, grâce notamment à une augmentation de 43 % du nombre d'actions de dépistage d'alcoolémie.

Vous avez su accompagner cet effort d'un contrôle de gestion exemplaire, qui a permis d'importantes économies budgétaires.
· Les coûts de fonctionnement ont été réduits par rapport à 2003 : moins 20% sur les dépenses en hébergement, moins 2% sur les coûts de transport, et moins 10% sur les dépenses du régime indemnitaire.
· Cela représente une diminution de plus de 6,7 millions d'euros depuis le début de l'année, ce qui m'a permis de vous payer les heures supplémentaires pour un montant de 14,7 millions d'Euros. Vous savez qu'en outre nous avons racheté 8 jours d'ARTT pour l'ensemble des policiers affectés en CRS.

Plus présents, plus efficaces et plus rigoureux dans leur gestion ; les C.R.S. sont désormais totalement engagés dans une culture de l'exigence. C'est d'ailleurs pourquoi votre direction centrale a été retenue pour expérimenter en 2005 l'application de la nouvelle loi organique relative aux Lois de finances.

2. Forts de ces acquis, nous devons amplifier nos efforts.

D'abord, nous pouvons aller plus loin dans la rationalisation de l'organisation territoriale. Dans le cadre de la zonalisation nous avons trouvé un nouvel équilibre : il vous permet de mieux vous mobiliser sur vos deux cœurs de métier, le maintien de l'ordre et la sécurisation, dans votre Zone de Défense d'affectation, comme sur l'ensemble du territoire national.

Les Préfets de Zone sont les garants de cet équilibre. C'est pourquoi je leur demande d'être attentifs à l'emploi de leur réserve, pour en faire une véritable force de soutien. Le ministre de l'Intérieur doit pouvoir faire appel aux compagnies républicaines de sécurité pour faire face à toute crise d'envergure.

Pour améliorer encore la répartition territoriale, vous devez pouvoir travailler plus étroitement avec la gendarmerie mobile. Même dans le domaine de la sécurisation, c'est au Préfet de département, sous l'autorité des Préfets de Zone de Défense, de déterminer les missions et de décider de l'emploi des forces qui leurs sont affectées.

Ensuite, vous devez exploiter toutes les marges de progrès qui vous permettront d'être plus efficaces.
· C'est vrai dans le domaine du maintien de l'ordre, où chacun reconnaît votre expertise et votre expérience.
· C'est vrai aussi pour la sécurisation, un domaine nouveau que vous avez investi avec détermination. Ne nous y trompons pas, vous n'êtes les supplétifs de personne. Votre vocation, ce n'est pas de pallier les carences des services de police locaux. Chaque fois que vous intervenez en tant que réserve zonale en sécurisation, c'est sur des critères clairs et selon des règles d'emploi précises. Cela implique que vous travailliez en liaison étroite avec les services de police dont vous soutenez l'action sur le terrain. Il leur appartient de donner les orientations opérationnelles rendre encore plus efficace votre action.

Enfin, je vous demande de maintenir le cap dans le domaine de la sécurité routière, où, vous le savez, rien n'est jamais acquis. Dans ce combat national, votre contribution est déterminante. Comme je l'ai rappelé aux Directeurs Départementaux de Sécurité Publique et aux Gendarmes il y a quelques jours, nous devons passer sous la barre des 1000 morts à la fin de l'année en zone police.

Nous devons sauver des vies, non pas faire du chiffre. Pour ne pas disperser votre action, vous devez la cibler sur trois priorités : la vitesse, l'alcoolémie et les stupéfiants, les infractions graves. Vous devez également concentrer vos efforts sur les secteurs particulièrement accidentogènes.

Pour atteindre cet objectif, vous disposez désormais de 9 Compagnies Républicaines de Sécurité Autoroutières. Sachez tirer parti de ces nouvelles structures ainsi que des unités motocyclistes pour accroître votre efficacité.

3. Pour relever ces défis, j'entends vous donner les moyens de travailler.

Les moyens, c'est d'abord le budget que j'ai obtenu pour le Ministère de l'Intérieur. Les crédits du Ministère et le budget de fonctionnement de la police nationale vont ainsi progresser de plus de 4%.

C'est un budget de respect des engagements, d'abord en ce qui concerne le financement de la réforme des corps et carrières de la police nationale. Cette dernière se traduira par des avancées pour l'ensemble du personnel : d'ici à la fin de l'année 2005, cette réforme aura permis à 32.000 gardiens de la paix d'obtenir des avancées indiciaires et des responsabilités en rapport avec leur compétence. Les policiers affectés en CRS prendront toute leur part dans ces promotions.

Ce budget me permettra également de poursuivre le renforcement de vos effectifs, au fur et à mesure des sorties d'école : l'objectif à terme est de constituer deux sections supplémentaires à Rennes, Metz et Nice par un complément d'une centaine de fonctionnaires.

Au-delà de ces renforts, j'ai souhaité dégager des moyens sans précédent pour l'équipement et la protection des fonctionnaires.
· Vous avez été les premiers à percevoir les pistolets automatiques Sig Sauer. Dans moins de deux mois, les 13.000 policiers des compagnies républicaines seront formés et munis de cette arme plus moderne et plus fiable.
· Pour vous permettre d'être encore plus efficaces en sécurisation, 195 véhicules de reconnaissance de 6 places, parfaitement adaptés aux nouvelles tactiques d'emploi, vous seront livrés en 2005.
· Dès la fin de l'année, la totalité des unités aura été formée à l'usage de la tenue NBC. Ce dispositif est unique au niveau européen et j'ai demandé que cette spécialité soit entretenue par de la formation continue au cours de l'année 2005.
Dans le cadre de vos échanges avec la Gendarmerie, je tiens également à ce que vous puissiez bénéficier des possibilités de mutualisation des réseaux radio ACROPOLE et RUBIS et des accès communs aux fichiers STIC et JUDEX.

Mais vous donner plus de moyens c'est aussi améliorer vos conditions de travail, à l'image du casernement de Vélizy. C'est pourquoi j'entends accroître de 60% l'effort immobilier au profit des CRS entre 2003 et 2005.
· Outre Vélizy pour la CRS 61, le casernement de la CRS 34 à Roanne, et les cantonnements de Debrousse à Paris et de l'Ariane à Nice ont été mis à disposition.
· Le cantonnement de Furiani en Corse sera livré en 2005.
· Les projets de Meaux et Mantes sont à l'étude pour une réalisation dès 2007.

Vous le voyez, la modernisation de la police nationale est en marche, comme est en marche la réforme de corps et carrières. Je sais que la direction centrale des CRS s'est fortement impliquée dans cette démarche. Nous avons voulu ensemble mieux récompenser vos mérites et votre courage. Les nomenclatures de postes ont été établies et s'adaptent parfaitement aux structures pyramidales de votre organisation.

Mesdames, Messieurs,

60 ans, c'est l'âge de la maturité et de l'expérience. Votre institution a traversé ces décennies avec sagesse, en innovant, en progressant. Rien, dans votre action, ne correspond aux clichés que certains continuent d'entretenir et qu'il nous appartient de réfuter. Etre CRS aujourd'hui, c'est maîtriser des techniques d'intervention sophistiquées, adaptées à des situations de plus en plus complexes, c'est savoir garder son sang-froid dans l'urgence, malgré les provocations et souvent en situation de crise.

Les Français le savent, et ils reconnaissent votre contribution à leur sécurité quotidienne. Bien souvent, ce sont nos élus, dans les départements, dans nos villes qui sollicitent votre concours. Et d'ailleurs, de nombreux pays imitent aujourd'hui votre modèle.

Je suis fier de cette évolution et je salue votre initiative d'avoir publié pour ce 60éme anniversaire un ouvrage intitulé " CRS au service de la Nation".

Je suis fier de pouvoir fêter ici avec vous, à Vélizy, le 60ème anniversaire des compagnies républicaines de sécurité. Vous avez fait vos preuves. J'ai confiance en vous. J'ai confiance dans l'avenir de votre institution qui restera fidèle à sa devise : "Servir".

Je vous remercie.