20.10.2004 - Question au Gouvernement à propos rapport Warsmann

20 octobre 2004

Question de Bruno GILLES, Député des Bouches-du-Rhône à Dominique de VILLEPIN, à propos rapport Warsmann


Question de Bruno GILLES, Député des Bouches-du-Rhône
Monsieur le Ministre,

Le trafic de drogue représente une menace croissante, de forte ampleur et internationale :

Croissante parce que la drogue touche de plus en plus de nos concitoyens et notamment les mineurs, qui sont les proies les plus faibles et les plus démunies face aux réseaux criminels ;

De grande ampleur parce que l'économie mafieuse et souterraine produite par la drogue, dont les ramifications sont présentes dans toutes nos villes, nos régions et nos départements, menace la cohésion de notre société ;

Internationale enfin, car les trafiquants sont de plus en plus liés aux grands réseaux du crime international, du trafic d'armes au terrorisme en passant par le blanchiment d'argent.

La lutte contre la drogue constitue une priorité pour notre sécurité et il faut pour cela mobiliser tous les moyens et les volontés nécessaires.

Vous avez demandé à notre collègue Jean-Luc WARSMANN, député des Ardennes, de vous faire des propositions complètes dans ce sens. Il vous a remis un rapport vendredi dernier.

Aussi, Monsieur le Ministre, quelles impulsions nouvelles comptez-vous donner à la lutte contre les réseaux de trafiquants de stupéfiants

Réponse de Dominique de VILLEPIN

Lutte contre les trafics de drogue

1. Oui, le trafic de drogue constitue une grande menace pour la cohésion nationale

- Elle touche de nombreux français, notamment mineurs
- Elle génère une économie souterraine et un chiffre d'affaire de 3 milliards d'euros par an en France ;
- C'est une menace liée enfin aux grands réseaux du crime international.

2. C'est pourquoi j'ai confié à Jean-Luc Warsmann la responsabilité d'un chantier sur le démantèlement des réseaux.

- Il m'a remis un rapport riche de nombreuses propositions dont j'ai retenu d'ores et déjà 4 priorités :

a) Agir tôt : mieux lutter en amont des trafics, en liaison avec les pays producteurs, notamment à partir des aéroports de départ. Nous allons travailler dans ce sens à la suite de mes récentes rencontres avec mes homologues marocains et espagnols ;

b) Agir fort : frapper là où ça fait mal, au portefeuille, et accroître les saisies de patrimoine. Pour cela j'ai décidé la création d'une Cellule d'Identification des Patrimoines ;

c) Agir de façon plus coordonnée, au niveau national : il nous faut tirer les leçons des GIR. Il faut mutualiser les informations pour être plus efficace. Je souhaite mettre en place un Comité Opérationnel de Lutte contre les Trafics ;

d) Et au niveau international et européen : dès ce week-end le G5 s'est ralié aux propositions françaises
· La création de plate-formes communes sur la façade Atlantique et dans Balkans pour couper les routes de la drogue comme dans nous l'avons fait dans les Caraïbes ;
· La création d'officiers de liaison communs en Amérique latine, au Moyen-Orient et en Asie ;
· La création d'équipes communes d'enquêtes, comme les équipes franco-espagnoles ;
· Et le renforcement d'Europol, dont la compétence initiale.

Face à des organisations criminelles, marchands de mort, vous le voyez nous sommes déterminés à œuvrer sans répit.