30.03.2005 - Question au Gouvernement sur le plan 25 quartiers

30 mars 2005

Question de Mme Arlette GROSSKOST, Députée du Haut-Rhin à Dominique de VILLEPIN, Ministre de l'intérieur, de la sécurité intérieure et des libertés locales Mise en oeuvre du plan relatif aux quartiers difficiles Assemblée nationale.


Question de Mme Arlette GROSSKOST, Députée du Haut-Rhin

Monsieur le Ministre,

Voilà un an maintenant, en partenariat avec les collectivités locales, le Gouvernement engageait un plan national d'actions pour la sécurité et la prévention de la délinquance en faveur de 25 quartiers " sensibles " parmi lesquels figure notamment le quartier " Drouot ", à Mulhouse.

Les actions menées ont naturellement pour objectif de renforcer la lutte contre l'insécurité et la délinquance, préoccupation toujours majeure pour les habitants de ces quartiers ; mais à travers le traitement des problèmes d'éducation et d'emploi, cette démarche vise également 2 objectifs essentiels pour les jeunes de ces quartiers : la mobilisation pour l'insertion économique et la promotion de l'égalité des chances.

Certaines des actions conduites constituent ainsi de bonnes pratiques et prouvent que des coopérations élargies à divers partenaires, publics et privés, sont non seulement possibles mais souvent innovantes et efficaces.

Je prendrai pour exemples l'opération " coup de pouce à l'emploi " menée sur le quartier " Drouot " à Mulhouse avec le concours de 8 entreprises " citoyennes ", ou bien encore la formation-pilote au concours de sapeur-pompier professionnel menée sur le quartier " Hautepierre " à Strasbourg / 2 actions qui bénéficient du soutien efficace de la Région Alsace.

Mais je voudrais également citer l'initiative sur laquelle je travaille à Mulhouse, en bonne liaison avec le Sous-Préfet et le groupe " VEDIOR BIS ", pour orienter les jeunes de ces quartiers vers les métiers de l'humanitaire.

Pouvez-vous, Monsieur le Ministre, après déjà une année de mise en œuvre, nous donner un premier bilan de ce plan d'actions pour les 25 quartiers, et nous encourager ainsi à accompagner sur le " terrain " l'action volontariste menée, dans ce domaine également, par le Gouvernement ?

Réponse de Dominique de VILLEPIN, Ministre de l'intérieur, de la sécurité intérieure et des libertés locales

Madame la Députée,

Merci d'avoir rappelé les efforts qui ont été engagé avec ce plan des 25 quartiers, en particulier en Alsace.

C'est vrai sur l'ensemble du territoire et nous avons constaté un double progrès :

- Un progrès dans la lutte contre la délinquance : avec une baisse de la délinquance générale dans les quartiers de 5 %, une baisse la délinquance de voie publique de 10% ;

- Mais aussi, des progrès dans le domaine de l'égalité des chances par des initiatives qui sont originales et extrêmement variées : C'est le cas de la multiplication des stages en entreprise, c'est le cas, à travers le programme volontaire solidarité, c'est le cas aussi à travers le programme des cadets de la République ou encore la multiplication d'initiatives dans le domaine de la Justice ;

- Tous ces efforts sont le fruit d'un partenariat :
· partenariat avec les élus ;
· partenariat avec l'ensemble des travailleurs sociaux ;
· partenariat avec tous ceux qui peuvent concourir dans ces quartiers, et je pense en particulier aux maires, à l'amélioration des choses.

Je veux tirer les leçons et généraliser au niveau national cette expérimentation :

-ce qui veut dire mieux protéger la sphère privée et en particulier une lutte plus organisée dans la sphère intrafamiliale ;

- Ce qui veut dire aussi sécuriser davantage la voie publique, les écoles, les galeries marchandes, les transports en commun, les cimetières. Il y a là toute une série de cibles que nous devons mieux protéger.

- Cela veut dire surtout, faire un effort pour mieux protéger les personnes les plus vulnérables et en particulier les mineurs. Nous comptons en France plus de 80000 victimes mineures d'agressions, 185000 mineurs auteurs d'infractions ; c'est-à-dire qu'il y a là un chantier énorme et c'est pour cela que j'ai décidé de la création d'un Office central de la protection des mineurs et des personne vulnérables.

Vous le voyez à travers ce programme, nous sommes déterminés à mieux assurer la protection de nos compatriotes.