COVID

Les budgets « déconcentrés »

25 janvier 2018

De vraies marges de manœuvre, au plus près du terrain


Les budgets dits « déconcentrés » sont gérés au plus près du terrain par les chefs de services régionaux et départementaux. Ils servent à financer les travaux d’aménagement et d’entretien courant des services.

Conformément aux engagements qui ont été pris, notamment dans le cadre de la loi de finances pour 2018, la politique immobilière des forces de l’ordre sera marquée par la déconcentration, au plus près du terrain, de la gestion des budgets consacrés aux travaux d’aménagement et d’entretien courant. En effet, il s’agit d’éviter les situations fréquemment dénoncées et qui se traduisaient par une longue attente de la validation des petits travaux d’entretien (plomberie, vitrerie, peinture...) par la chaîne administrative.

Il était donc indispensable de redonner des marges de manœuvre aux gestionnaires locaux, notamment au niveau départemental, qui sont les plus à même d’évaluer les besoins et de prioriser ces dépenses qui contribuent à l’amélioration  quotidienne des conditions de travail des forces de l’ordre.

En sécurité publique, les budgets déconcentrés au niveau départemental seront augmentés dès 2018 sur l’ensemble du territoire pour un montant total de 45 millions d’euros, contre 19 millions en 2016. Ces crédits permettront de réaliser les travaux d’entretien courant.

Dans la gendarmerie nationale, une expérimentation de la déconcentration des crédits sera menée en 2018 dans la zone Est. Cette dernière disposera ainsi d’une enveloppe de 950 000 euros pour assurer des dépenses de maintenance courante (préparation, validation et conduite des opérations) en lien avec les unités territoriales de niveau régional et départemental.