COVID

Une majorité de très jeunes hommes parmi les personnes mises en cause par les forces de sécurité - Interstats Analyse N° 12 - Janvier 2016

28 janvier 2016

En 2015, les personnes mises en cause par les forces de sécurité dans le cadre d’infractions relatives aux atteintes aux biens ou à l’intégrité des personnes ont été très majoritairement des hommes, et surtout des jeunes. Parmi les auteurs d’homicides et de violences non liées à des vols, les personnes mises en causes de plus de 50 ans sont en nombre non négligeable. Les cambriolages sont quasiment tous attribués à des hommes de moins de 40 ans. En revanche, on trouve plus d’un quart de femmes parmi les mis en cause pour des vols sans violence.

Les vols violents et vols liés à l’automobile sont presque systématiquement le fait d’hommes, très jeunes : les personnes mises en cause ont souvent entre 15 et 17 ans.

Une nouvelle approche statistique

Les forces de sécurité, police et gendarmerie, sont chargées quand elles constatent (ou qu’on leur signale) un crime ou un délit, d’en rechercher les auteurs sous l’autorité des parquets. Quand, dans le cadre de leur enquête, elles auditionnent une personne et que des indices graves ou concordants rendant vraisemblable qu’elle ait pu participer comme auteur ou complice à la commission d’un crime ou d’un délit, elles signalent l’identité de cette personne aux autorités judiciaires. On considère dans ce cas et uniquement dans ce cas, que cette personne est « mise en cause ». La notion de mis en cause utilisée ici est donc plus restrictive que l’usage courant, qui désigne toute personne soupçonnée à un moment donné d’avoir participé à la réalisation d’une infraction. C’est la justice qui déterminera, ultérieurement, si une personne est ou pas l’auteur effectif de l’infraction : ne sont retracés ici que les résultats de l’enquête menée par les forces de sécurité.

Dans les comptages statistiques réalisés depuis 1995 à travers « l’état 4001 », chacun des auteurs présumés d’un crime ou d’un délit est pris en compte de façon unique au sein d’une procédure judiciaire : même si un individu a commis, au sein d’une même procédure, plusieurs infractions, il est comptabilisé une seul fois comme « mise en cause ». Ce choix de méthode permet de ne pas compter deux fois une même personne, mais pas d’appréhender correctement tous les auteurs présumés d’un certain type d’infraction. Il a l’avantage de permettre des comparaisons dans le temps (cf Interstats Analyse N° 11 ).

L’approche choisie dans ce texte est différente : elle permet d’analyser toutes les personnes mises en cause par type d’infraction, indépendamment des autres infractions qu’elle a pu commettre. Par exemple si un individu a frappé une personne qui gênait sa fuite à l’issue d’un cambriolage son profil sera pris en compte à la fois dans la catégorie des cambriolages mais aussi dans celle des coups et blessures volontaires.

L’application de cette nouvelle approche a été rendue possible par la généralisation au sein de la police nationale du nouvel outil de saisie des procédures, LRPPN1, en 2015. La gendarmerie nationale s’était pour sa part dotée d’un outil équivalent en 2012.

Par la suite, le terme de personne mise en cause sera employé afin de ne pas en alourdir la lecture.

Les indicateurs de la délinquance enregistrée par les forces de sécurité choisis dans cette étude visent les mêmes objectifs que ceux publiés sur le site Interstats , à savoir donner une bonne représentation des infractions dirigées contre des personnes physiques voire morales et relatives aux atteintes aux biens ou à l’intégrité des personnes (voir Interstats Méthode N° 3 pour la description précise de ces index) :

  • Homicides y compris sur enfant de moins de 15 ans ;
  • Coups et blessures volontaires (sur personnes de 15 ans et plus) ;
  • Vols à main armée avec armes à feu (contre des établissements financiers, industriels ou commerciaux, contre des entreprises de transports de fonds, contre des particuliers à leur domicile, contre d’autres victimes) ;
  • Vols avec violence sans arme ou avec arme autre qu’arme à feu (vols avec arme blanche ou vols violents sans arme contre des établissements financiers, industriels ou commerciaux, contre des particuliers à leur domicile, contre des femmes ou autres victimes) ;
  • Cambriolages de logements (résidence principale ou secondaire) ;
  • Vols liés aux véhicules (vols de véhicules, vols sur ou dans les véhicules y compris les deux-roues à moteur) ;
  • Vols simples (vols à la tire, à l’étalage, sur chantier, sur exploitation agricole, contre des particuliers ou établissements).

1 Voir à ce sujet «  Interstats Méthode N° 2 – l’enregistrement des crimes et délits non routiers pas la police et la gendarmerie ».

Des mis en cause de tous âges pour les crimes et délits non crapuleux …

Les mis en cause pour coups et blessures volontaires ou pour homicides, même s’ils sont beaucoup plus jeunes que l’ensemble de la population, sont présents dans toutes les tranches d’âge : la moitié d’entre eux ont plus de 30 ans, et un sur dix plus de 50.

Pour ces deux catégories de crimes et délits, la présence relativement importante d’une population assez âgée pourrait s’expliquer par le fait qu’une part significative des faits commis consiste en violences intra-familiales.

La structure par tranche d’âge est identique chez les deux sexes, et les plus gros effectifs se situent dans la tranche d’âge de 16 à 30 ans tant chez les hommes que chez les femmes.

La moitié des mis en cause pour coups et blessures volontaires ont entre 16 et 33 ans

En 2015, les hommes représentent 85% de l’ensemble des mis en cause pour coups et blessures volontaires, et les moins de 21 ans 20%.

Les âges les plus représentés parmi ces personnes sont les classes allant de 16 à 33 ans : à elles seules, elles représentent la moitié des personnes mises en cause.

On trouve même des personnes très jeunes parmi ces mis en cause : 6% ont entre 12 et 15 ans. 25% des femmes et 20% des hommes mis en cause pour coups et blessures volontaires ont moins de 21 ans.

En 2015, toutefois, 12% des auteurs présumés ont plus de 50 ans, et on dénombre même 1 508 hommes de plus de 70 ans dont 284 de plus de 80 ans (resp. 230 et 41 chez les femmes).

figure 1

Source : SSMSI - Base des crimes et délits enregistrés par la police et la gendarmerie. France métropolitaine.

13% des mis en cause pour homicide sont des hommes de plus de 50 ans

En ce qui concerne les homicides, les hommes représentent 87% des mis en cause. La moitié des mis en cause a moins de 31 ans et 15% ont plus de 50 ans. Sur l’ensemble des mis en cause pour homicide, 13% sont des hommes de plus de 50 ans. Toutes les tranches d’âge sont représentées avec 27 personnes de plus de 70 ans dont 10 de plus de 80 ans chez les hommes contre 3 de plus de 70 ans pour les femmes.

figure 2

Source : SSMSI - Base des crimes et délits enregistrés par la police et la gendarmerie. France métropolitaine.

Cambriolages et vols sans violence : beaucoup de jeunes hommes, mais quelques femmes et quelques quadragénaires

Les trois quarts des mis en cause pour cambriolages de logements sont des hommes de moins de 31 ans

Pour ce qui est des cambriolages de logements, les hommes représentent 93% des mis en cause en 2015. Parmi cet ensemble, une très large majorité, sont des hommes de moins de 31 ans : ils représentent à eux seuls 75% du total des mis en cause pour cambriolages de logements.

Un peu moins d’un auteur présumé sur trois a moins de 18 ans, et 12% ont entre 12 et 15 ans. Les âges les plus présents parmi les individus mis en cause en 2015 sont 16, 17 et 18 ans, avec plus de 2 400 personnes concernées pour chaque âge. Au-delà de 18 ans, le nombre baisse : il est inférieur à 1 000 à partir de 23 ans.

Les tranches d’âge supérieures sont également couvertes, mais de façon plus faible : 8% ont plus de 40 ans, et seuls 2% des mis en cause ont plus de 50 ans. On trouve cependant 26 hommes de plus de 70 ans et 5 femmes de plus de 70 ans.

figure 3

Source : SSMSI - Base des crimes et délits enregistrés par la police et la gendarmerie. France métropolitaine.

Plus du quart des mis en cause pour vols simples sont des femmes

On trouve 28% de femmes parmi les personnes mises en cause pour des vols sans violence contre des personnes : c’est nettement plus que dans toutes les autres catégories d’infractions étudiées ici (13% pour les homicides, 3% pour les vols à main armée, 9% pour les vols violents, 15% pour les coups et blessures volontaires, 7% pour les cambriolages de logements et 4% pour les vols liés à l’automobile).

Parmi les mis en cause, 62% ont moins de 31 ans et 9% plus de 50 ans. 27% des mis en cause pour vols simples sont des hommes de moins de 21 ans.

Le profil par âge est très proche de celui des cambriolages : un auteur présumé sur 3 a moins de 20 ans, et 13% a entre 12 et 15 ans. Les âges les plus présents parmi les individus mis en cause en 2015 sont 15, 16 et 17 ans, avec pour chacun plus de 8 200 personnes concernées. Au-delà de 17 ans, le nombre baisse : il est inférieur à 5 000 à partir de 21 ans.

La part des femmes est significative parmi les jeunes mis en cause : 27% parmi ceux qui ont moins de 30 ans.

Certes moins nombreux que les très jeunes adultes, les nombres de trentenaires et de quarantenaires ne sont pas négligeables : ils représentent respectivement 18% et 13% du total. Respectivement 27% et 31% des mis en cause de ces tranches d’âges sont des femmes.

Même s’ils représentent une part faible de l’ensemble, moins de 1%, on retrouve une population âgée très présente tant chez les hommes avec 590 personnes de plus de 70 ans que chez les femmes avec 349 personnes de plus de 70 ans.

figure 4

Source : SSMSI - Base des crimes et délits enregistrés par la police et la gendarmerie. France métropolitaine.

Une très forte concentration dans les très jeunes tranches d’âges pour les vols violents et les vols liés à l’automobile

Pour les vols liés à l’automobile, les vols violents et de façon un peu moins tranchée pour les vols à main armée, les populations se concentrent quasi exclusivement parmi certaines tranches d’âge jeunes voire très jeunes, probablement en raison des capacités physiques nécessaires pour commettre ces délits. Les femmes y sont très peu représentées.

81% des mis en cause pour vols avec arme à feu sont des hommes de moins de 31 ans

44% des individus mis en cause pour des vols à main armés sont des hommes de moins de 21 ans. Si l’on y ajoute la classe des 21-30 ans, ce taux monte à 81%.

Les âges les plus représentés sont 17, 18 et 19 ans, avec plus de 330 personnes mises en cause par âge. Au-delà de 28 ans, le nombre de mis en cause est inférieur à 100 par âge en 2015 : la concentration des âges est donc très forte pour ce type de crimes.

Les femmes sont extrêmement minoritaires sur l’ensemble des mis en cause pour vol à main armée : elles représentent moins de 3% de l’ensemble des mis en cause.

figure 5

Source : SSMSI - Base des crimes et délits enregistrés par la police et la gendarmerie. France métropolitaine.

43% des mis en cause pour des vols violents ont entre 12 et 17 ans

Pour ce qui est des vols violents sans arme à feu, la part des hommes de moins de 21 ans dans le total est encore bien supérieure puisqu’ils en représentent 58%.

Les classes d’âge les plus représentés sont les 15 à 17 ans : à eux seuls ils représentent un tiers des mis en cause. Le nombre de mis en cause diminue ensuite rapidement à chaque âge, pour devenir négligeable au-delà de 50 ans.

La part des femmes dans les mis en cause pour vols violents est le triple de celle pour les vols à main armée avec arme à feu avec 9%. La particularité de cette population féminine est qu’elle est très jeune : 60% a moins de 21 ans.

figure 6

Source : SSMSI - Base des crimes et délits enregistrés par la police et la gendarmerie. France métropolitaine.

Plus de la moitié des mis en cause pour vols liés à l’automobile sont des hommes de moins de 21 ans

96% des mis en cause pour vols liés à l’automobile sont des hommes. Plus de la moitié des mis en cause (54%), sont des hommes de moins de 21 ans. Si l’on y ajoute la tranche des 21-30 ans, ce taux atteint 79%. Avec une concentration des effectifs sur les deux classes d’âge inférieure, la distribution des mis en cause pour vols liés à l’automobile présente un profil identique à celle des mis en cause pour vol violent sans arme à feu.

Les jeunes de 15 à 17 ans représentent à eux seuls 27% des mis en cause.

Les classes d’âge les plus élevées sont très faiblement représentées avec 43 hommes de plus de 70 ans. Pour les femmes, la situation est identique avec 74% d’entre elles qui ont moins de 31 ans.

figure 7

Source : SSMSI - Base des crimes et délits enregistrés par la police et la gendarmerie. France métropolitaine.

Références