COVID

Le contre-espionnage

Le contre-espionnage
5 juillet 2019

  

Plus que jamais, la menace de l’espionnage étranger sur notre territoire demeure prégnante. Elle est de nature à fragiliser profondément nos équilibres institutionnels, à saper notre indépendance nationale et à piller nos richesses.

Mission de sécurité nationale, le contre-espionnage relève de la compétence exclusive du service de sécurité intérieure qu’est la DGSI, tout en engageant l’ensemble de la communauté française du renseignement. Héritière de la DST dans ce domaine, la DGSI est en charge « (d’) une mission de sécurité qui vise à protéger les intérêts nationaux et les institutions contre les actions de renseignement, d’ingérence et d’influence inspirées, engagées ou soutenues par des puissances ou organisations étrangères. ».

Le contre-espionnage intègre une dimension préventive répondant à la nécessité de protéger le plus tôt possible les institutions et les intérêts nationaux. Tout en renforçant un dispositif de surveillance et de contrôle des activités de renseignement des puissances étrangères hostiles ou concurrents au plan international, la DGSI doit également porter son attention sur les stratégies mises en œuvre par les services de renseignement de pays partenaires mais concurrents dans les domaine économique, énergétique, stratégique ou militaire.

La mission de contre-espionnage consiste ainsi à identifier les vecteurs de ces stratégies d’ingérence et à en définir les objectifs dans une perspective de sécurité nationale. Les grandes puissances maintiennent sur le territoire français un dispositif de renseignement étoffé qui vise au recueil d’informations sensibles dans les domaines de souveraineté nationale et, le cas échéant, à peser sur certains processus décisionnels.

La surveillance des dispositifs de renseignement étrangers en France conduit la DGSI à régulièrement informer les autorités des opérations conduites par les services et à les neutraliser lorsqu’elles menacent nos intérêts fondamentaux.