COVID

L'époque de la Révolution

1 juillet 2015

De 1789 à 1799


François Emmanuel de Guignard, comte de SAINT-PRIEST (1735-1821)
7 août 1790- Chevalier de Malte, ministre plénipotentiaire à Lisbonne puis en Turquie, ambassadeur en Hollande (1787), il fut ministre d'État peu avant la Révolution (1788-1789). Renvoyé puis rappelé avec Necker (juillet 1789), il fut bientôt nommé ministre de la maison du roi ; c'est sous son administration que celle-ci prit le nom de ministère de l'Intérieur.

Antoine Claude de Valdec de Lessart (1742-1792)
25 janvier 1791 - Ami de Necker, grâce auquel il fut nommé contrôleur général des Finances (1790), il fut ensuite ministre des Finances (décembre 1790-avril 1791) puis des Contributions (avril-mai 1791) où il fut accusé de mauvaise gestion par Clavière et les Girondins. Ministre de l'Intérieur de janvier à novembre 1791, il fut accusé de sympathie pour les prêtres réfractaire. Devenu ministre des Affaires étrangères (1791) et hostile à la déclaration de guerre à l'Autriche (1792), il tomba sous les coups des Girondins et fut tué lors des massacres de septembre 1792. Montmorin, ancien ministre des Affaires étrangères, fut pendant quelques mois ministre de l'Intérieur par intérim.

Claude Cahier de Gerville (1751-1796)
29 novembre 1791 - Son père était receveur de la ville de Bayeux. Bon Claude ajouta à son nom un nom de terre, étudia le droit à Paris, fut reçu avocat au parlement. En 1789 électeur à Paris et représentant de la commune pour le district du Sépulcre, il fut ensuite envoyé à Nancy lors de la révolte des soldats de Châteauvieux (août 1790). Il fut porté au ministère de l'Intérieur (novembre 1791) par le parti patriote de l'Assemblé législative qui lui sut gré du rapport sur l'affaire de Nancy concluant à l'incivisme des officiers royaux.

Jean Marie Roland de la Platière (1734-1793)
24 mars 1792 - Acquis aux idées nouvelles, il siégea comme notable du Conseil de la commune de Lyon (1790) et fonda le club des Jacobins de cette ville. Venu à Paris, en 1791, il s'y lia avec Brissot et devint un des chefs du mouvement girondin avec sa femme, Mme Roland. Sous l'Assemblé législative, il fut nommé ministre de l'Intérieur dans le cabinet girondin formé en mars 1792 et renvoyé par Louis XVI après sa "lettre comminatoire" au roi du 10 juin 1792.

Jacques Antoine Mourgue (1734-1818)
13 juin 1792 - Il dirigeait les travaux du port de Cherbourg lorsque Dumouriez le présenta à Louis XVI. Il remplaça Roland au ministère de l'intérieur pendant cinq jours et quitta la vie politique.

Antoine Marie René Terrier, marquis de Monciel (1757-1831)
18 juin 1792 - ministre plénipotentiaire près l'Électeur de Mayence, il devint ministre de l'Intérieur en juin 1792. Royaliste convaincu, il donna sa démission en juillet 1792.

Etienne de Joly (1756-1837)
17 juillet - 21 juillet 1792

Anne Clément Félix Champion de Villeneuve (1748-1844)
21 juillet 1792 - Fils d'un valet du roi, il fut reçu avocat au parlement de Paris et devint secrétaire du cabinet de la comtesse de Provence (1784) puis avocat aux conseils du roi (1787). Partisan modéré des idées nouvelles, il fut envoyé comme commissaire extraordinaire du roi en Avignon et au Comtat-Venaissin ; il présenta son rapport sur les troubles le 17 novembre 1791. Louis XVI l'appela au ministère de l'Intérieur le 21 juillet 1792.

Roland de la Platière II
10 août 1792 - 23 janvier 1793

Dominique Joseph Garat (1749-1833)
14 mars 1793 - Avocat, élu député du Tiers-État aux États généraux (1789), il succéda à Danton comme ministre de la Justice (novembre 1792). Chargé du ministère de l'Intérieur par intérim dès le 23 janvier 1793, il en devint le titulaire le 14 mars.

Jules François Paré (1755-1819)
20 août 1793 - Ancien condisciple et ami de Danton, il lui doit sans doute sa nomination au ministère de l'Intérieur en août 1793.

Jean-Marie Claude Alexandre Goujon (1766-1795)
2 avril 1794 - officier de marine, il revient de l'Ile de France, révolté par les excès de l'esclavage et passionné de liberté. Élu suppléant de Collot d'Herbois à la Convention, il rejoint l'Assemblée lors de l'arrestation de Collot d'Herbois. Nommé ministre de l'Intérieur, il démissionne quelque jours plus tard. Il demande alors à partir comme commissaire aux Armées.

Armand Martial Joseph Herman (1759-1795)
7 avril 1794 - Avocat en 1783, substitut de l'avocat général du Conseil d'Artois en 1786, partisan modéré de la Révolution, il fut élu juge au tribunal d'Arras en 1791. Son ami Robespierre l'imposa en octobre 1793 au tribunal révolutionnaire à Paris. C'est lui qui présida le procès de Marie-Antoinette, puis des Hébertistes et Dantonistes. Ministre de l'Intérieur à titre provisoire chargé de la mise en place des commissions exécutives, il en présidera la première (administration générale et tribunaux).

Pierre Bénézech (1749-1802)
3 novembre 1795 - Il fit des études de droit et devint procureur des États du Languedoc auprès de la cour. Il se fixa à Paris ou il acquit en 1778 le privilège des "affiches annonces et avis divers". A la Révolution élu commandant de la garde nationale de Boissy-Saint-Léger, il devint administrateur de la Seine-et-Oise (1791). Appelé à présider le onzième commission exécutive de l'armement, ses bonnes relations avec Bonaparte et Barras le feront désigner comme ministre de l'Intérieur en novembre 1795.

Nicolas François dit François de Neufchateau (1750 -1828)
15 juillet 1797 - Il devint procureur général à Saint-Dominique en 1783 et de retour en France (1788), fut élu député suppléant à l'Assemblé nationale constituante, puis chargé de l'organisation du département des Vosges. Réélu à la Convention (1792), il refusa son siège de député. Emprisonné en 1793 pour sa comédie Pamla ou la Vertu récompensée, et libéré après le 9 Thermidor, il fut nommé ministre de l'Intérieur (1797), il y resta deux mois avant d'être nommé Directeur.

François Sébastien Letourneux (1752-1814)
13 septembre 1797 - Avocat d'origine, il devint en 1791 procureur général syndic de la Loire-Atlantique. Il fut appelé au ministère de l'Intérieur en septembre 1797, à la suite de François de Neufchâteau, dont il ne fit que l'intérim.

François de Neufchateau II
17 juin 1798 - 22 juin 1799,
(29 prairial an VI - 4 messidor an VII).

Nicolas Marie Quinette de Rochemont  (1762-1821)
22 juin 1799 - Député à l'Assemblé législative puis à la convention, membre du premier Comité de salut public (mars 1793), il fut chargé d'enquêter sur la conduite de Dumouriez. Celui-ci le livra, avec ses collègues, aux Autrichiens, qui en 1795 l'échangèrent contre Marie-Thérèse, fille de Louis XVI. Membre du Conseil des Cinq Cents, ministre de l'Intérieur (1799), il se rallia à Bonaparte.