Le Second Empire

1 juillet 2015

De 1852 à 1870


Jean Gilbert Victor Fialin, duc de Persigny (1808-1872)
22 janvier 1852 - Renvoyé de l'armée en raison de ses positions républicaines (1831), il devint peu après bonapartiste, entra en relation avec Louis Napoléon Bonaparte (1834), auquel il apporta son aide lors des tentatives manquées de Strasbourg et de Boulogne (1840). Emprisonné quelque temps puis relâché, il soutint la candidature de Louis Napoléon Bonaparte à la présidence (décembre 1848), fut élu à l'Assemblée législative (1849) et participa au coup d'État du 2 décembre 1851. Après la démission de Morny, il accéda au ministère de l'Intérieur.

Persigny II
25 janvier 1852 - 23 juin 1854.

Adolphe Augustin Marie Billault (1805-1863)
23 juin 1854 - Avocat à Nantes, membre du conseil général (1834), député de tendance centre gauche (1837), il fut sous-secrétaire d'État dans le cabinet Thiers (1840) et après la démission de ce dernier, ne cessa de prendre position contre la politique de Guizot. Député à l'Assemblé constituante, après la révolution de 1848, puis membre du Corps législatif après le coup d'État du 2 Décembre 1851, il abandonna le Corps législatif pour le ministère de l'Intérieur après le renvoi de Persigny.

Charles Marie Esprit Espinasse (1815-1859)
7 février 1858 - Après avoir servi dans l'armée d'Afrique, il participa à l'expédition de Rome (1849). Il assista Louis Napoléon Bonaparte lors du coup d'État du 2 Décembre 1851 et fut promu général. Après l'attentat d'Orsini, il fut nommé ministre de l'Intérieur par Napoléon III qui lui demanda d'organiser la répression.

Claude Alphonse Delangle (1797-1869)
14 juin 1858 - D'abord engagé dans la carrière de l'enseignement, avant de devenir avocat, procureur, magistrat, Delangle atteignit les plus haut grades dans ses diverses fonctions. Il était président de la cour d'appel de Paris depuis près de six ans quand il fut appelé au ministère de l'Intérieur ; l'arrivée d'un magistrat à ce poste signifiait la fin de la répression à outrance suite à l'attentat d'Orsini.

Ernest Arrighi de Casanova, duc de Padoue (1814-1888)
15 mai 1859 - Nommé préfet de Seine-et-Oise, puis au Conseil d'État, il succéda à son père, général et duc d'Empire, au Sénat en 1853. Dévoué aux intérêts de l'Église, il devint ministre de l'Intérieur à la veille du départ de Napoléon III pour l'Italie, ce qui rassura les catholiques.

Billault II
1er novembre 1859 - 26 novembre 1860.

Persigny III
26 novembre 1860 (prise de fonction le 5 décembre) - 23 juin 1863.

Paul Boudet (1800-1877)
23 juin 1863 - Homme de confiance de Billault, ancien avocat et ayant appartenu à l'opposition dynastique sous la monarchie de Juillet, il fut appelé au ministère de l'Intérieur lorsque son protecteur devint ministre d'État.

Charles Jean Marie Félix, marquis de la Valette (1806-1881)
28 mars 1865 - Député guizotin (1846) puis rallié à Louis Napoléon Bonaparte, il fit sous le second Empire une carrière de diplomate, comme ambassadeur dans divers pays, en particulier en Turquie (1851-1853) où il fut chargé de la question des lieux saints. Il fut appelé au ministère de l'Intérieur quand son ami et protecteur Rouher était tout puissant.

Pierre Ernest Pinard (1822-1909)
13 novembre 1867 - Avocat puis magistrat, il se rendit impopulaire en poursuivant Les fleurs du mal et Madame Bovary. Conseiller d'État en 1866, il succéda à La Valette au ministère de l'Intérieur, après s'être converti à la nécessité d'une évolution libérale de l'Empire.

Jean Louis Victor Adolphe de Forcade La Roquette (1820-1874)
17 décembre 1868 - Après des études de droit, Forcade La Roquette fit carrière au Conseil d'État et dans l'administration. Il fut ministre des finances (1860-1861), sénateur (1861), ministre de l'Agriculture et du commerce (1867), avant d'obtenir l'Intérieur.

Eugène Napoléon Chevandier de Valdrôme (1810-1878)
2 janvier 1870 - Patron d'industrie, il fut envoyé en 1859 au corps législatif par le département de la Meurthe. Un des principaux chefs du tiers parti, il accéda à la vice-présidence de la Chambre en 1869, puis au ministère de l'Intérieur dans le cabinet d'Emile Olivier qui évinça Forcade La Roquette, qui deviendra un des chefs du parti autoritaire.

Julien Théophile Henri Chevreau (1823-1903)
10 août 1870 - Bonapartiste dévoué et fidèle, il fit carrière sous le Second Empire comme préfet et devint préfet du Rhône (1864) puis de la Seine (janvier 1870). Disposant de la confiance de l'impératrice-régente, il accepta le poste de ministre l'Intérieur en conservant ses responsabilités de préfet de la Seine.