COVID

Le consulat et l'Empire

1 juillet 2015

De 1799 à 1814


Pierre-Simon, marquis de Laplace (1749-1827)
12 novembre 1799 - Astronome et mathématicien, membre de l'Académie des sciences en 1785, il a ouvert la carrière militaire du jeune Bonaparte comme examinateur d'entrée à l'École militaire. Il fut choisi comme premier ministre de l'Intérieur immédiatement après le 18 Brumaire.

Lucien Bonaparte (1775-1840)
25 décembre 1799 - Après des études au séminaire d'Aix-en-Provence, d'où il est renvoyé, il participa avec Paoli aux luttes politiques Corses. Député de la Corse en Avril 1798, il devint président du Conseil des Cinq Cents et participa activement au coup d'État du 18 Brumaire. Il remplaça Laplace, démis par Bonaparte, qui lui fit le reproche de manquer de vue générales sur son administration.

Jean Antoine Chaptal, comte de Chanteloup (1756-1832)
21 janvier 1801 - Fondateur des premières fabriques de produits chimique en France, il institua les chambres de commerces et créa la première Écoles d'Arts et métiers. En charge du portefeuille de l'Intérieur par intérim depuis le 6 novembre 1800, il fut confirmé dans ses fonction quelques semaines plus tard, succédant à Lucien Bonaparte, envoyé comme ambassadeur en Espagne, suite à des conflits avec son frère.

Jean-Babtiste Nompère de Champagny, duc de Cadore (1756-1834)
8 août 1804 - Officier de la marine royale, député de la noblesse aux États généraux, il fut un des premiers députés de la noblesse à se rallier a Tiers État. Emprisonné sous la terreur, il revint à la vie publique après le 18 Brumaire. Protégé de Lebrun, il entra au Conseil d'État, fut envoyé comme ambassadeur à Vienne de 1800 à 1804, avant d'être appelé à l'Intérieur par Napoléon le 8 août 1804, fonctions qu'il n'occupa réellement que le 4 novembre.

Emmanuel Cretet, comte de Champmol (1747-1809)
9 août 1807 -Né dans l'Isère, appartenant à la haute bourgeoisie commerçante, député de la côte d'or en 1795, sénateur et conseiller d'État en décembre 1799, il devint directeur général des Ponts-et-Chaussées en 1804. Gouverneur de la Banque de France en 1806, il fut nommé ministre de l'Intérieur le 9 août 1807.

Joseph Fouché, duc d'Otrante (1759-1820)
Intérim 1809 - Ancien oratorien, professeur devenu avocat, il vota la mort du roi à la Convention nationale. En 1797, Barras lui confia la police secrète du régime, et en 1799 le poste de ministre de la Police général qu'il occupa jusqu'en 1802 puis de 1804 à 1810. Confirmé en effet dans ses fonction par Bonaparte, il entama alors un important travail de réorganisation de la police.

Jean-Pierre Bachasson, comte de Montalivet (1766-1823)
1er octobre 1809 - D'abord gentilhomme des hussards de Nassau, il prit un congé de longue durée pour se consacrer à l'étude du droit à Valence. Conseiller au parlement de Grenoble de 1785 à 1790 il rencontre lors de ses séjours à Valence, un jeune officier Bonaparte, auquel il se lie. Pendant la terreur, il s'engage dans l'armée d'Italie ; entre 1794 et 1796 maire de Valence, commissaire du Directoire pour la Drôme, il devient commissaire ordonnateur adjoint de l'armée d'Italie. Après Brumaire, il fut nommé préfet de la Manche (avril 1801) puis de la Seine-et-Oise (mars 1804). Napoléon 1er l'appelle le 5 mai 1806 à la direction générale des ponts-et-chaussées puis au ministère de l'Intérieur le 1e octobre 1809.