COVID

Affectation de 200 policiers et gendarmes supplémentaires dans le Calaisis depuis le mois de juillet

Affectation de 200 policiers et gendarmes supplémentaires dans le Calaisis depuis le mois de juillet
9 novembre 2020

Gérald Darmanin annonce l’affectation de 200 policiers et gendarmes supplémentaires dans le Calaisis depuis le mois de juillet


Gérald Darmanin, ministre de l’Intérieur, a présidé une réunion de travail au sujet de la situation migratoire dans le Calaisis, avec plusieurs élus de la région et les services de l’État. Mme Brigitte Bourguignon, ministre déléguée auprès du ministre des Solidarités et de la Santé, chargée de l’Autonomie, a également participé à cette rencontre.

Depuis le printemps 2020, la région du Calaisis est confrontée à la hausse des traversées maritimes  clandestines. Ces nouveaux modes de passage présentent des dangers majeurs pour les migrants et rendent les flux migratoires particulièrement complexes à juguler.

Gérald Darmanin a décidé, depuis son arrivée au ministère de l’Intérieur,  d’un changement de posture opérationnelle avec :

  • une augmentation forte des effectifs déployés sur le littoral : depuis 4 mois, 200 gendarmes et policiers supplémentaires ont été déployés dans la zone, permettant non seulement une meilleure présence humaine sur le littoral et une surveillance renforcée des frontières et des voies d’accès vers le Calaisis
  • le renforcement de la lutte contre les filières de passeurs (18 filières de passeurs ont été démantelées depuis le début de l’année 2020, dont la moitié sont des passeurs small boats) ;
  • la mise en place d’un état-major opérationnel dédié à la lutte contre l’immigration clandestine, présidé par le Préfet de Zone et réunissant l’ensemble des services de l’État concernés ;
  • l’extension du centre de rétention administrative de Coquelles (25 places supplémentaires).

Dans le même temps, des opérations régulières de mise à l’abri sont menées, portant à 2 217 personnes le nombre de migrants mis à l’abri depuis le début de l’année. Par ailleurs, Gérald Darmanin a rappelé que l’État dépense 3,6 millions d’euros par an pour assurer la mise à disposition de 1 450 repas par jour aux 750 migrants errants.

Gérald Darmanin s’est enfin félicité de l’engagement renforcé du Royaume-Uni dans cette lutte commune contre l’immigration clandestine.

Ce « dialogue de Calais », inauguré cet été, se poursuivra. Les élus ont été invités à partager leurs propositions pour qu’elles soient étudiées en partage avec les services de l’État.