Police de Sécurité du Quotidien : lancement de la concentration

28 octobre 2017

Avec la Police de Sécurité du Quotidien, le Gouvernement s’est engagé dans une évolution des missions de la police et de la gendarmerie pour répondre à la première préoccupation  des Français : la sécurité.

Aujourd’hui, malgré l’engagement de nos policiers et de nos gendarmes, nos concitoyens sont en perte de confiance en la capacité de l’Etat à les protéger. Comme l’a souligné le Président de la République dans son discours du 18 octobre, l’insécurité ressentie par nos concitoyens provient autant de la menace terroriste que des infractions commises  au quotidien.

La sécurité du quotidien, c’est lutter contre tout ce qui fait naître un sentiment d’insécurité chez nos concitoyens et qui leur donne l’image de l’impuissance publique : les cambriolages, les infractions routières, les implantations et campements illicites, les rodéos sauvages, les occupations des halls d’immeubles, les incivilités dans la rue et dans les transports, ou le harcèlement de rue pour les femmes.

Pour répondre à cette ambition, cet impératif doit aujourd’hui être replacé au cœur de la mission confiée à la police et à la gendarmerie autours de trois fondamentaux : la satisfaction des besoins des usagers, leur protection et la résolution de leurs problèmes.

Gérard Collomb, ministre d’Etat, ministre de l’Intérieur, a souhaité donner la parole à l’ensemble des  policiers et des gendarmes pour s’assurer que « l’évolution de leurs missions sur le terrain soit au plus proche de leurs besoins et de leurs attentes ».

Le ministre d’Etat, ministre de l’Intérieur, lance aujourd’hui, samedi 28 octobre, une large concertation qui aura pour objectif de permettre aux forces de l’ordre de donner leur avis et de mettre en avant leurs retours d’expérience sur le terrain via des questionnaires et des réunions de proximité. Cette démarche sera reproduite à l’échelon national.

Chaque agent fonctionnaire de police et militaire de la gendarmerie sera également consulté en ligne et pourra faire part directement de ses propositions.

Cette phase de concertation débute aujourd’hui et se poursuivra jusqu’à la fin de l’année. Les consultations qui seront conduites au niveau national seront déclinées, en parallèle, dans chaque département, sous la responsabilité des préfets avec les associations d’élus, organisations syndicales de la Police et instances de concertation de la Gendarmerie, représentants des policiers municipaux, acteurs de la sécurité privée et des transports, la justice, les associations, les usagers, les bailleurs sociaux ainsi que des universitaires.

Ces travaux permettront la rédaction en fin d’année d’une feuille de route, qui sera la référence pour les prochaines années en matière de sécurité publique. Ils pourront également donner lieu à des évolutions législatives et règlementaires.

Enfin, de nouveaux dispositifs et de nouvelles méthodes de travail seront expérimentés, à partir de janvier 2018, dans une série de territoires reflétant la diversité du pays et de ses problématiques (quartiers urbains, zones péri-urbaines, territoires ruraux), dans l’hexagone et outre-mer.

La Police de Sécurité du Quotidien devra répondre à 5 grands objectifs pour renforcer l’efficacité des forces de l’ordre dans leur quotidien :

  • Une police et une gendarmerie recentrées sur leurs missions premières,
  • Une police et une gendarmerie respectées avec des agents mieux équipés et mieux protégés,
  • Une police et une gendarmerie « sur-mesure » qui apporteront à chaque territoire de l’hexagone et d’outre-mer la réponse la plus adaptée pour restaurer la tranquillité,
  • Une police et une gendarmerie connectées pour plus d’efficacité et plus de facilité,
  • Une police partenariale qui travaillera avec tous. Les acteurs, publics ou privés, doivent travailler ensemble, et pas côte à côte.

Communiqué de presse de Gérard Collomb, ministre d'Etat, ministre de l'Intérieur, en date du 28 octobre 2017