La Garde républicaine au Tour de France : "Richard Virenque m’a proposé d’échanger son vélo contre ma moto !"

Publié le 15/07/2021
Motards de la Garde républicaine sur le Tour de France

C’est la 24e et dernière fois cette année, que le major Philippe participe au Tour de France. Sa première, c’était en 1988. Après avoir expérimenté les différents postes en tant que motocycliste de la Garde républicaine sur le Tour de France, de la caravane sécurisée, jusqu’à l’échelon responsable de course, le major travaille, pour sa dernière boucle, au cœur du centre de coordination du Tour de France. Ce centre, installé aux arrivées des étapes, « revêt un intérêt sensible, et regroupe en son sein tous les services du ministère. Son rôle est de récolter des informations pendant l’étape, afin d’intervenir rapidement, de déployer des secours, de calmer les manifestants le long de l’itinéraire et d’enlever des banderoles par exemple », explique-t-il. « Dans l’échelon course, on circule à moto devant les cyclistes pour sécuriser le peloton. Dans les descentes et les cols, certains cyclistes ont pris l’habitude d’adapter leur freinage par rapport aux feux stops de nos motos. »

Vingt-quatre fois présent sur le Tour, et autant de souvenirs et d’anecdotes que le major Philippe aime partager : « Les passages du Tour de France à l’étranger resteront gravés dans ma mémoire : l’Angleterre, les Pays-Bas, l’Espagne, l’Andorre, ou encore l’Italie. Tous ces pays nous ont réservé un accueil formidable et chaleureux. » Mais, son plus beau souvenir et le plus précieux de tous, restera l’édition 1995, celui où l’un des grands champions, Richard Virenque - coureur ayant remporté sept fois le maillot à pois du meilleur grimpeur, et sept étapes du Tour de France - s’est glissé dans le costume de gendarme : « C’était à l’arrivée, sur les Champs-Élysées. Une fois la compétition terminée, on a défilé avec toutes les équipes. Et, au moment de défiler, Richard Virenque m’a rejoint, spontanément, et m’a proposé d’échanger son vélo contre ma moto ! Voilà comment je me suis retrouvé en tenue de gendarme sur sa petite reine ! », confie-t-il le sourire aux lèvres. Nostalgique, le major Philippe ne regrette pas sa dernière participation en tant que membre de la Garde républicaine sur la grande boucle : « Il faut laisser la place aux jeunes ! »

Un motard de la Garde Républicaine sur le vélo de Richard Virenque

Le capitaine Jean-François, lui, participe au Tour de France pour la deuxième fois, en tant que capitaine commandant de l’escadron motocycliste de la Garde républicaine. « J’ai pris la tête de l’escadron moto le 1er août 2020. Nous sécurisons l’échelon course, c’est-à-dire les coureurs et le peloton. Dans les virages et les cols, je suis dans la voiture qui ouvre et matérialise la bulle de sécurité. Mon rôle est d’annoncer l’arrivée des coureurs. Nous devons garder le contact avec la course, régler la distance et toujours avoir le contact radio avec les motards à l’arrière ». Tout comme Philippe, le Tour de France reste un événement mémorable dans la vie de Jean-François : « La rencontre de certains coureurs sur le Tour reste inoubliable. On a la chance de les côtoyer de près et de pouvoir échanger avec eux. »

Encore quelques jours avant la dernière étape du Tour de France, le dimanche 18 juillet. Au total, les coureurs auront parcouru 3 383 kilomètres.

Retrouvez le témoignage du major Philippe et du capitaine Jean-François :

 

Imprimer
Partager

Découvrir d'autres articles sur le thème : Nos métiers

Le pont d'arc en Ardèche
27 août 2021

Les gendarmes des gorges

Le bateau de la brigade nautique de la police nationale de Toulon
27 août 2021

Un été au cœur de la brigade nautique de la Police nationale de Toulon

Garde Républicaine - 14 Juillet
13 juillet 2021

Défilé du 14 juillet : retour en grand sur les Champs-Elysées !