Le ministère de l’Intérieur se mobilise pour le 3ème référendum en Nouvelle-Calédonie

Publié le 13/12/2021
Illustration du référendum en Nouvelle-Calédonie

Comme pour les précédents référendums, le ministère de l’Intérieur s’est largement mobilisé pour que ce nouveau scrutin se déroule dans les meilleures conditions. Des moyens humains et matériels ont été envoyés depuis la métropole pour renforcer les dispositifs sur place.

252 délégués de la commission de contrôle en renfort

La commission de contrôle a pour mission de veiller à la régularité et à la sincérité de la consultation. Pour cela, elle doit dresser la liste des partis et groupements habilités à participer à la campagne officielle, contrôler les opérations de propagande et faire procéder aux rectifications de la liste électorale spéciale pour la consultation (LESC) nécessaires après la période de révision annuelle. Elle proclame les résultats officiels du scrutin et annexe un rapport contenant ses observations au procès-verbal des opérations de vote.

Pour assurer cette mission, la commission s’est adjointe 260 délégués (magistrats des ordres judiciaire et administratif, cadres de préfectures rompus aux questions électorales). 252 délégués en provenance de métropole sont arrivés sur le sol calédonien le 1er décembre 2021, les 8 autres ont été recrutés localement. 93 d’entre eux ont déjà participé aux précédents scrutins.

Francis LAMY, Président de la commission de contrôle, conseiller d’État nous explique le rôle de la commission de contrôle :

Quel est le rôle des délégués de la commission de contrôle ?

Le rôle du délégué est d’être le relais de la commission de contrôle auprès des présidents de bureau de vote. Il procède à tout contrôle et vérifications utiles. Les maires et les présidents de bureau de vote sont tenus de lui fournir tout renseignement et de lui communiquer tout document nécessaire à l’exercice de sa fonction. Pour remplir cette mission, les délégués ont bénéficié d’une formation de deux jours afin, d’une part, de se familiariser avec la culture et les coutumes de la Nouvelle-Calédonie et d’autre part, de mieux appréhender leur rôle avant d'être déployés dans chaque bureau de vote.

Décryptage en image :

Pierre-Etienne Bisch, délégué de la commission de contrôle, préfet de région honoraire et conseiller d’État.

Stéphanie Vera, déléguée de la commission de contrôle, colonelle de gendarmerie détachée au Conseil d’État comme maître des requêtes en service extraordinaire

Forces de sécurité : des renforts envoyés en Nouvelle-Calédonie

En vue de la 3e consultation référendaire, des forces de sécurité ont également été envoyées en renfort. Leur présence en amont du vote a permis de lutter contre la délinquance du quotidien et le sentiment d’insécurité dans les semaines précédant et suivant le scrutin. La projection de ces renforts a également permis d’acheminer des matériels destinés au renouvellement de l’équipement des forces de sécurité intérieure et de contribuer ainsi à l’amélioration des conditions de travail des policiers et gendarmes, comme s’y est engagé le gouvernement.

Gendarmerie nationale : des renforts humains et matériels

Au-delà de ses missions du quotidien la gendarmerie a mis en place un dispositif sécuritaire renforcé aux abords des bureaux de vote afin d’assurer le bon déroulement des opérations de vote et de limiter au maximum les éventuels troubles à l’ordre public avant, pendant et après le scrutin.

Au total, environ 1 500 gendarmes ont été envoyés sur l’ensemble de la Nouvelle-Calédonie pour la fin de l’année 2021 :

  • 15 escadrons de gendarmerie mobile (1100 gendarmes mobiles) dont 5 venus relever ceux stationnés en permanence sur le territoire et 10 pour une mission d’au moins 3 mois ;
  • des militaires des forces spécialisées d’intervention ;
  • des militaires en détachement de courte durée armant un état-major opératif

Coté matériels, 130 véhicules ont été acheminés afin de compléter le parc automobile à hauteur de 600 véhicules dont près d’une trentaine d’engins blindés. Divers matériels, des systèmes d’information et de communication ont également été expédiés.

Image
Engagement de la Gendarmerie nationale en Nouvelle-Calédonie

Police nationale : des renforts humains et matériels

La mission dévolue a consisté à prévenir tout trouble à l’ordre public aux abords des bureaux de vote afin de garantir la sincérité du scrutin  et à assurer une vigilance accrue sur les sites sensibles dans la ville de Nouméa (zones d’intérêt économique, points d’importance vitale).

Au total, plus de 100 policiers ont été envoyés sur le territoire dont :

  • des policiers affectés au seins  des unités de police secours arrivés le 12 octobre 2021 ;
  • des policiers en provenance des brigades anti-criminalité ;
  • des policiers venus renforcer la compagnie d’intervention ;
  • des réservistes spécialisés dans la « gestion de crise ».

Coté matériels, 30 nouveaux véhicules, 110 nouvelles bases radio numériques automobile et portatives et du matériel de protection individuels (casques, jambières…) ont été acheminés.

Image
Engagement de la Police nationale en Nouvelle-Calédonie

Ces renforts viennent compléter le travail quotidien des 200 agents administratifs du Haut-Commissariat de la République en Nouvelle-Calédonie mobilisés depuis plus de 6 mois pour l’organisation et la préparation de ce 3ème référendum.

 

Découvrir d'autres articles sur le thème : Élections