Insécurité et délinquance en 2021 : une première photographie

Publié le 27/01/2022
Statistiques

Cette publication présente le premier état des lieux chiffré de la délinquance enregistrée en France en 2021 avant un bilan plus complet qui sera publié en juin 2022.

Sont présentés ici des chiffres révisés par rapport aux chiffres publiés mensuellement par le SSMSI, après prise en compte notamment des requalifications des infractions, intervenues dans le cadre des procédures pénales. Les résultats régionaux et départementaux sont établis en lieu de commission des faits ou en lieu de résidence de la victime.

Pour la première fois, les résultats de cette publication porte sur le champ France entière (France métropolitaine et DROM). Pour la première fois également, ce bilan fournit des informations sur les infractions à la législation sur les stupéfiants

En France, les indicateurs de la délinquance enregistrée qui étaient en légère hausse sur l'année 2020 malgré le contexte de la crise sanitaire liée au Covid-19, poursuivent voire accélèrent en 2021 leur forte tendance haussière d'avant crise (voir annexe). Ainsi, le nombre de victimes de coups et blessures volontaires (sur personnes de 15 ans ou plus) enregistrées augmente très fortement en 2021 (+12 %, après +1 % en 2020 et +8 % en 2019) : +14 % pour les victimes de violences intrafamiliales et +9 % pour les victimes d'autres coups et blessures volontaires. La hausse est également très nette pour les escroqueries (+15 %, après +1 % en 2020 et +11 % en 2019) et encore plus forte pour les violences sexuelles enregistrées (+33 %, après +3 % en 2020 et +12 % en 2019). Concernant ces dernières, la part de faits anciens augmente (notamment pour les mineurs victimes) : en particulier, la proportion de violences sexuelles commises plus de 5 ans avant leur enregistrement est passée de 12 % en 2018, à 15 % en 2020, et 19 % en 2021.

Les indicateurs de la délinquance enregistrée qui avaient fortement reculé en 2020, dans le contexte de début de crise sanitaire, enregistrent des évolutions plus modérées en 2021 (voir annexe). Les vols sans violence contre des personnes augmentent (+5 %, après -24 % en 2020) ainsi que les vols d'accessoires sur véhicules (+4 %, après -18 % en 2020) et dans une moindre mesure, les vols dans les véhicules (+1 %, après -17 % en 2020) et les destructions et dégradations volontaires (+1 %, après -13 % en 2020). Les cambriolages de logements et les vols de véhicules sont stables (après respectivement -20 % et -13 % en 2020) et les vols violents diminuent encore en 2021 (-2 % pour les vols avec armes après -6 % en 2020, -6 % pour les vols violents sans armes après -19 % en 2020).

Enfin, en matière de lutte contre les stupéfiants, après avoir nettement baissé en 2020, le nombre de mis en cause augmente fortement en 2021 : +38 % pour usage dans un contexte de mise en place des amendes forfaitaires délictuelles et +13 % pour trafic.

Les fortes hausses observées au niveau national des coups et blessures volontaires sur personnes de 15 ans ou plus, dans ou en dehors du cadre familial, des violences sexuelles et des escroqueries se retrouvent sur la quasi-totalité des régions ou départements.

Pour les vols et cambriolages, les évolutions départementales sont nettement plus contrastées avec des évolutions dépassant les 20 % voire 50 % à la hausse comme à la baisse. Certains départements se démarquent en 2021, comme le Rhône dont les hausses contribuent fortement aux évolutions nationales pour les vols sans violence contre des personnes, les vols de véhicules, d'accessoires et dans les véhicules, et les vols violents sans arme.

Les données relatives à la délinquance enregistrée par la police et la gendarmerie nationales sont systématiquement complétées ici par des résultats de l'enquête de victimation « Cadre de vie et sécurité » (CVS) réalisée depuis 2007 par l'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee), en partenariat avec l'Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP, supprimé fin 2020) et le SSMSI (créé en 2014), auprès d'un échantillon de la population, car les victimes d'infractions ne déposent pas toujours plainte (1 sur 10 en cas de violences physiques ou sexuelles au sein du ménage contre 9 sur 10 en cas de vol de voiture). L'enquête n'ayant pas pu être menée en 2020 par l'Insee en raison de la crise sanitaire, et l'enquête 2021 ayant été conduite dans des conditions inédites, les indicateurs présentés ici n'ont pas été actualisés depuis la précédente publication.

Les données des tableaux, cartes et graphiques associés à cette étude, ainsi que des données complémentaires (notamment taux départementaux pour 1 000 habitants) sont disponibles sur Interstats, le site internet du SSMSI.

À propos du SSMSI

Le SSMSI est le service statistique en charge de la sécurité intérieure, au ministère de l'Intérieur. Il a pour mission de produire et de mettre à disposition du grand public des statistiques et des analyses sur la sécurité intérieure et la délinquance. Il compose avec l'Insee et 15 autres services statistiques ministériels le service statistique public. Le SSMSI respecte à ce titre un certain nombre de règles visant à maintenir la confiance dans les informations produites et diffusées, en particulier indépendance professionnelle, fiabilité, neutralité, qualité des processus, méthodologie solide, accessibilité. Comme les autres membres du service statistique public, son programme de travail fait l'objet d'une concertation avec l'ensemble des utilisateurs au sein du Conseil national de l'information statistique (Cnis), et son activité est évaluée par l'Autorité de la statistique publique (ASP).

Découvrir d'autres articles sur le thème : Statistiques