Projet de loi d'orientation et de programmation du ministère de l'Intérieur 2022-2027

Illustration de la Cour Beauvau

Pour répondre aux enjeux sécuritaires et territoriaux des années à venir, la LOPMI dote le ministère de l’Intérieur et des Outre-mer de nouveaux moyens humains, juridiques et budgétaires inédits, à hauteur de 15 milliards d’euros et 8 500 postes créés sur le quinquennat. Répondre aux défis présents et à venir suppose de prendre le tournant révolutionnaire du numérique, d’agir dans la proximité et de mieux prévenir les crises futures.

Levier de modernisation et de rapprochement avec les citoyens mais aussi champ d’action à investir pour lutter contre les nouvelles menaces, le numérique impose au ministère de l’Intérieur et des Outre-mer une « révolution copernicienne ». Près de la moitié des moyens de la loi est ainsi dédiée à la transformation numérique: démarches dématérialisées, outils de travail en mobilité, moyens d’investigation modernisés. En outre, le cyber constitue un nouveau territoire de délinquance de masse, face auquel le ministère se doit de lutter avec des outils et des équipes de pointe, d’accompagner les victimes et d’anticiper les crises cyber de demain.

Dans les cinq années à venir, le ministère de l’Intérieur et des Outre-mer se rapprochera des citoyens et des territoires ruraux, grâce notamment à son réseau territorial de préfectures et sous- préfectures. La présence des policiers et des gendarmes sur le terrain sera doublée d’ici 2030 ; le temps sur la voie publique sera la règle et le temps au commissariat ou à la brigade l’exception. Les victimes, notamment de violences intrafamiliales ou sexuelles, placées au centre d’un parcours modernisé, seront mieux accueillies et accompagnées. Policiers et gendarmes refléteront aussi davantage la diversité de la population, grâce à des dispositifs de recrutement diversifiés. Les agents seront équipés de matériels performants et innovants et bénéficieront d’un immobilier offrant des conditions de travail et d’accueil rénovées et répondant aux besoins accrus de formation.

La LOPMI donnera également les moyens de mieux faire face aux crises (ordre public, délinquance et criminalité, crises de sécurité civile). Répondre mieux qu’hier à la délinquance du quotidien et à la criminalité suppose ainsi de continuer de renforcer les moyens d’investigation. La subversion violente sera combattue grâce de nouvelles unités plus réactives. À l’approche de la Coupe du monde de rugby et des Jeux olympiques et paralympiques de 2024, des outils de gestion des grands évènements plus robustes seront bâtis. Face aux crises climatiques, nos moyens devront mieux s’adapter aux enjeux actuels mais aussi futurs. La gestion de crise sera professionnalisée, sous l’autorité des préfets, et saura mieux qu’avant s’appuyer sur une population dotée d’une meilleure culture du risque. Enfin, nos frontières seront mieux sécurisées, grâce à une meilleure coordination opérationnelle et à l’utilisation d’outils technologiques de pointe.

Découvrir d'autres articles sur le thème : Sécurité