La traite et l'exploitation des êtres humains depuis 2016 : une approche par les données administratives

Publié le 22/10/2021
Statistiques

En 2019, 933 procédures pour des infractions de traite et d'exploitation des êtres humains ont été enregistrées par les services de police et de gendarmerie nationales. Ce nombre a augmenté de 31 % entre 2016 et 2019. En 2020, dans le contexte particulier de la crise sanitaire, les nombres de procédures, victimes, mis en cause, personnes poursuivies et condamnées ont baissé.

Retrouvez la publication ici.

Interstats Analyse n°36, paru le 22 octobre 2021

En moyenne, parmi ces procédures, 15 % comprennent au moins une infraction de traite des êtres humains. Pour près d'un tiers d'entre elles, une infraction de proxénétisme est également enregistrée dans l'affaire. Le nombre de victimes enregistré a lui aussi augmenté (+4 %) sur la même période. Depuis 2018, le phénomène de l'exploitation sexuelle de personnes mineures ou jeunes majeures de nationalité française augmente. Le nombre de mis en cause a lui aussi augmenté (+18 %). Comme pour les mis en cause, parmi les personnes poursuivies par les parquets une majorité d'hommes est enregistrée. Cependant, les profils sont différents selon les infractions retenues, par exemple, la part des femmes est plus importante dans les affaires d'exploitation de la mendicité. La réponse pénale n'est pas similaire selon les infractions : les peines sont les plus lourdes pour des infractions de traite avec en moyenne 3,8 ans fermes.

À propos du SSMSI

Le SSMSI est le service statistique en charge de la sécurité intérieure, au ministère de l'Intérieur. Il a pour mission de produire et de mettre à disposition du grand public des statistiques et des analyses sur la sécurité intérieure et la délinquance. Il compose avec l'Insee et 15 autres services statistiques ministériels le service statistique public. Le SSMSI respecte à ce titre un certain nombre de règles visant à maintenir la confiance dans les informations produites et diffusées, en particulier indépendance professionnelle, fiabilité, neutralité, qualité des processus, méthodologie solide, accessibilité. Comme les autres membres du service statistique public, son programme de travail fait l'objet d'une concertation avec l'ensemble des utilisateurs au sein du Conseil national de l'information statistique (Cnis), et son activité est évaluée par l'Autorité de la statistique publique (ASP).

https://www.interieur.gouv.fr/Interstats/Actualites

https://twitter.com/Interieur_stats

Découvrir d'autres articles sur le thème : Statistiques