Les violences conjugales enregistrées par les services de sécurité en 2019

Publié le 16/11/2020
violences conjugales

Ces violences conjugales sont peu fréquemment suivies de plaintes, en particulier lorsqu’il s’agit d’agressions à caractère sexuel.

En 2019, au niveau France entière (y compris les collectivités d’outre-mer), les forces de sécurité ont enregistré un peu plus de 142 000 victimes de violences commises par leur partenaire (soit une hausse de 16 % sur un an), dont près de 126 000 femmes. Cette hausse conforte un possible effet positif du Grenelle des violences conjugales qui s’est déroulé du 3 septembre au 25 novembre 2019, lequel a pu inciter les victimes à davantage déposer plainte et favoriser un meilleur accueil par les services de sécurité.

Il s’agit majoritairement, comme en 2018, de violences volontaires ayant entraîné ou non une incapacité totale de travail. Globalement, les proportions des violences volontaires par conjoint restent relativement stables d’une année sur l’autre parmi les délits enregistrés par la Police et la Gendarmerie nationale. Le Doubs se distingue particulièrement pour le niveau des violences conjugales enregistrées (comme en 2018). Il est suivi, mais à un niveau moindre, par la Côte-d’Or, les Côtes-d’Armor et la Seine-Saint-Denis.

Selon l’étude de la Délégation aux victimes, les morts violentes au sein du couple ont concerné 173 victimes en 2019 (contre 149 en 2018), majoritairement des femmes (146 contre 121 en 2018).

Retrouvez la publication ici.

Valérie Bernardi et Safiedine Hama (SSMSI)

Interstats Info rapide n°15, SSMSI, paru le 16 novembre 2020

Deux ans d’outrages sexistes enregistrés par les services de sécurité

Deux ans après la promulgation d'une loi créant des infractions spécifiques, 1 746 infractions d’outrages sexistes ont été enregistrées en France par les forces de sécurité : 1 004 entre le 1er août 2019 et le 31 juillet 2020 et 742 sur la même période un an plus tôt.

Il s'agit le plus souvent d' "outrages sexistes portant atteinte à la dignité ou créant une situation intimidante, hostile ou offensante imposée à une personne" : ils représentent 65 % des outrages sexistes depuis la promulgation de la loi.

La répartition des différents types d'infractions pour outrages sexistes enregistrées par les forces de sécurité est relativement stable d’une année sur l’autre.

Les régions qui enregistrent le plus d’infractions d’outrages sexistes sont les Hauts-de-France, l’Île-de-France et la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, comme l’année précédente.

Retrouvez la publication  ici.

Valérie Bernardi, Safiedine Hama et Florence Roux (SSMSI)

Interstats Info rapide n°16, SSMSI, paru le 16 novembre 2020

À propos du SSMSI

Le SSMSI est le service statistique en charge de la sécurité intérieure, au ministère de l'Intérieur. Il a pour mission de produire et de mettre à disposition du grand public des statistiques et des analyses sur la sécurité intérieure et la délinquance. Il compose avec l'Insee et 15 autres services statistiques ministériels le service statistique public.

Le SSMSI respecte à ce titre un certain nombre de règles visant à maintenir la confiance dans les informations produites et diffusées, en particulier indépendance professionnelle, fiabilité, neutralité, qualité des processus, méthodologie solide, accessibilité. Comme les autres membres du service statistique public, son programme de travail fait l'objet d'une concertation avec l'ensemble des utilisateurs au sein du Conseil national de l'information statistique (Cnis), et son activité est évaluée par l'Autorité de la statistique publique (ASP).

https://www.interieur.gouv.fr/Interstats/Actualites

https://twitter.com/Interieur_stats

Imprimer
Partager

Découvrir d'autres articles sur le thème : Sécurité

Rapport annuel de l'inspection générale de la gendarmerie nationale
21 juillet 2021

Rapport annuel de l'Inspection Générale de la Gendarmerie Nationale…

rapport de l'IGPN
20 juillet 2021

Rapport annuel de l'Inspection Générale de la Police Nationale - 2020

Renforts saisonniers sur une plage
16 juillet 2021

Des renforts saisonniers pour l’été