La réserve civile de la police nationale accessible aux citoyens

15 décembre 2011

La réserve civile de la Police nationale était jusqu'à présent constituée uniquement de policiers retraités.


réserve civile

Elle est désormais accessible aux citoyens âgés de 18 à 65 ans qui veulent accomplir des missions de soutien dans le domaine de la sécurité.
Cette ouverture de la réserve vise à renforcer le lien entre la police et la population en permettant à des citoyens de s’impliquer et d’agir au quotidien pour la sécurité. Un dispositif qui doit, à terme, changer l’image et les représentations sur la police.
Les réservistes assurent des missions de soutien et de renfort afin de permettre aux policiers de se recentrer sur leur cœur de métier.
Une vingtaine de citoyens ont d’ores et déjà été recrutés et formés pour intégrer la réserve civile.
Focus sur leur profil, leur motivation, leur recrutement et leur formation.

    Instituée par la loi pour la sécurité intérieure du 18 mars 2003, la réserve civile était à l’origine constituée uniquement de policiers retraités. Les policiers, dans le cadre de la réserve statutaire, sont en effet soumis à une obligation de disponibilité limitée à 5 ans à compter de la date de départ à la retraite. Ils peuvent également en qualité de réserviste volontaire intégrer la réserve contractuelle pour participer à des missions rémunérées de soutien, de spécialiste ou d’agent de police judiciaire.
    L’entrée en vigueur de la loi 2011-267, d’orientation et de programmation pour la performance de la sécurité intérieure du 14 mars 2011 a modifié les règles d’accès à la réserve civile. Cette loi permet à des citoyens âgés de 18 à 65 ans, après avoir été recrutés et formés, de signer un contrat d’engagement d’un an renouvelable tacitement dans la limite de cinq ans pour participer à des missions rémunérées de soutien ou de spécialiste d’une durée maximum de 90 jours par an. En fonction des missions, les réservistes exercent en civil ou avec une tenue spécifique et ils ne sont pas armés.
    Les niveaux de fonction des réservistes varient selon les compétences identifiées lors de leur recrutement : auxiliaire (emploi ne nécessitant pas de technicité particulière), réserviste 2ème ou 1ère classe (emploi nécessitant la maîtrise d’une technicité de premier ou deuxième degré) et expert 1, 2 ou 3 (emploi nécessitant un niveau d’expertise intermédiaire, haut niveau et très haut niveau).
    Les policiers retraités et les citoyens réservistes, dans le cadre de la réserve contractuelle, sont rémunérés selon le niveau des fonctions exercées par une indemnité journalière de réserve variant : pour la province de 50 à 195 euros et pour Paris et l’Ile-de-France de 55 à 203 euros.

Premiers réservistes ENP Nîmes
Nathalie Carlier, commandant de police, responsable de la mission nationale de la réserve civile à la Direction des ressources et des compétences de la police nationale
  •  Quel est l’enjeu pour la police de ce nouveau recrutement ?

La Loi du 14 mars 2011 a profondément modifié les règles d’accès à la réserve civile de la Police nationale en la rendant accessible à tous les citoyens âgés de 18 à 65 ans.

La réserve civile constituée, depuis 2003, de policiers retraités s’enrichit donc de nouveaux réservistes issus de la société civile. Force d’appoint, aux missions définies par la loi, les réservistes sont chargés d’apporter un soutien à l’activité des services de police.

Cette ouverture de la réserve permettra à la police de disposer de nouvelles compétences et aux citoyens d’agir pour la sécurité. Elle vise ainsi à établir un rapprochement entre la police et la population à l’image de la réserve opérationnelle de la gendarmerie nationale.

Les enjeux sont multiples et portent sur le recrutement, la formation, les conditions d’emploi et l’équipement de ces nouveaux réservistes. Non armés, ils n’ont pas vocation à participer à des missions à risque mais pourront être dotés de gilet pare-balle et seront tous formés (10 jours pour les réservistes, 1 journée pour les experts).

Ce dispositif mis en place en collaboration avec les directions d’emploi de la Police nationale, les SGAP et les STAPN fait l’objet par ailleurs d’un suivi et d’une évaluation permanente afin de procéder à d’éventuelles adaptations.

  •  Quel est le profil des premiers citoyens qui vont intégrer la réserve civile et quels seront leurs missions et leurs services d’emploi ?

Sur les 248 premières candidatures spontanées, 128 candidats ont été retenus pour intégrer la réserve civile de la police nationale soit 51 %.

55 d’entre eux étaient disponibles pour effectuer une mission à la mi-décembre et 24 pour suivre une formation en école entre le 28 novembre et le 9 décembre 2011.

38 % des candidats retenus sont issus du secteur privé et 33 % du secteur public. Parmi eux 36 % sont des anciens adjoints de sécurité (ADS).

57 % ont entre 18 et 35 ans et 17 % ont un niveau supérieur au BAC.

Les candidats recrutés pourront exercer sur différents niveaux de missions, ainsi 45 % des candidats seront susceptibles d’être employés en qualité d’expert, 36 % en qualité de réserviste 1ère ou 2ème classe et 38 % en qualité d’auxiliaire.

Ils seront employés principalement par les services territoriaux de la direction centrale de la sécurité publique (DCSP) et à la préfecture de police sur des missions essentiellement de soutien et d’appui.

  •  Quelles sont les démarches à effectuer pour devenir citoyen réserviste de la Police nationale et quand se dérouleront les prochains recrutements ?

Une campagne d’affichage et de communication va être prochainement initiée en direction de la population sur la base du slogan : "Vous voulez aider et agir pour la sécurité ? Devenez citoyen réserviste de la Police nationale. Renforçons le lien police-population".

Des dépliants d’information seront disponibles dans les commissariats de police et sur les salons nationaux et régionaux.

Il sera également possible d’obtenir des renseignements pratiques et des dossiers de candidatures sur internet en consultant la rubrique « réserve civile de la police nationale » sur www.interieur.gouv.fr , en appelant le numéro d’appel gratuit le 0800 22 0800 ou en écrivant à la Mission Nationale pour la Réserve Civile .

La gestion des dossiers de candidatures des réservistes sera assurée par le service administratif et technique de la police nationale (SGAP ou STAPN) du domicile du réserviste.

Les recrutements sont assurés en continu par les SGAP et les directions d’emploi.
Les prochaines formations seront organisées en janvier 2012.

Roubaix
Didier LOUESDON, commandant de police, ayant participé au jury de recrutement des citoyens réservistes de Paris et de la petite couronne parisienne
  •     Comment se sont déroulés les entretiens de recrutement ?

Les entretiens des candidats parisiens se sont déroulés sur 2 jours, les 9 et 10 novembre 2011. Le jury était composé de représentants des directions et services d’emploi et d’un représentant R.H.
20 candidats dont 2 femmes se sont entretenus avec le jury. Le plus jeune avait 26 ans et le plus âgé 62 ans. Ils avaient majoritairement une profession (sauf un) et leur niveau d’études variaient (essentiellement des BEPC, des CAP, des BAC et quelques diplômes d’études supérieures).
Ils ont été recrutés au titre essentiellement de réserviste 1ère classe et 6 d’entre-eux au titre d’experts 1, 2 ou 3. Il est en effet attribué aux réservistes un niveau de fonction selon les compétences repérées : auxiliaire (emploi ne nécessitant pas de technicité particulière), réserviste 2ème ou 1ère classe (emploi nécessitant la maîtrise d’une technicité de premier ou deuxième degré) ou expert 1, 2 ou 3 (emploi nécessitant un niveau d’expertise, intermédiaire ou de haut niveau ou de très haut niveau).
La finalité et l’objectif de l’entretien ont été préalablement expliqués aux candidats.
Les entretiens de recrutement ont duré quinze à vingt minutes. Chaque candidat était invité à présenter son parcours scolaire et professionnel puis ses motivations et ses compétences pour intégrer la réserve civile étaient évaluées. Des questions plus techniques pouvaient également être formulées par les représentants des directions spécialisées à l’intention des experts.

  •     Quelles étaient les motivations et les compétences des candidats ?

Ces premiers candidats provenaient majoritairement de milieux professionnels en lien avec la sécurité.
Au delà de la motivation personnelle du candidat, le but de cet échange était aussi d’identifier ensemble les types de missions qu’il pouvait accomplir au sein de la réserve civile.
La plupart d’entre-eux, même s’ils avaient une expertise, souhaitaient participer à des activités de police sur la voie publique. Ils voulaient faire de l’accueil, de la prévention, participer à des dispositifs de sécurité aux côtés de policiers.
    Aux termes de ces entretiens, quelles étaient les impressions du jury ?
Le jury n’a prononcé qu’un seul avis défavorable concernant ces premiers recrutements.
La détermination affichée par les candidats a particulièrement été appréciée. Ils s’étaient informés, se sont montrés disponibles et volontaires pour s’adapter aux besoins des services.
Un second recrutement a eu lieu le 12 décembre 2011 pour les candidats parisiens.

Christian PERIN, commissaire de police, Thierry RAPPENEAU, commandant de police et Jean-Luc GASSMANN, commandant de police, en charge de la conception du programme de formation à la sous-direction de la formation et du développement des compétences (DRCPN)
  •     Quelle est la finalité et les objectifs de la formation des citoyens réservistes ?

Tous les réservistes, issus de la société civile, seront formés dans des structures de formation de la police nationale sur des durées différentes en fonction de leur profil : auxiliaire et réserviste 2ème et 1ère classes ou expert.
Il s’agit d’apporter aux futurs réservistes les connaissances nécessaires pour exercer des missions de soutien, d’accueil et d’assistance dans les différents services où ils seront affectés : sécurité publique, police aux frontières, police judiciaire, etc.
Les principaux contenus abordés portent sur :
- l’organisation et les missions de la Police nationale ;
- la déontologie et le droit de réserve ;
- l’accueil du public ;
- les notions de discrimination ;
- les règles de sécurité lors d’interventions sur la voie publique.

  •     Comment se sont déroulées les premières sessions de formation ?

La formation pour les réservistes auxiliaires, de 1ère et 2ème classe dure 10 jours.
La première formation s’est déroulée dans les écoles de police de Nîmes et de Roubaix du 28 novembre au 9 décembre 2011. Les 26 stagiaires étaient très motivés et impliqués.
Les formateurs des écoles avaient été préalablement réunis le 22 novembre 2011 à la sous-direction de la formation et du développement des compétences de Lognes afin d’avoir une présentation du programme et de s’approprier le contenu de la mallette pédagogique élaborée spécifiquement pour l’animation de ces actions.
Les réservistes experts bénéficieront également d’une journée de formation, organisée dans les délégations interrégionales au recrutement et à la formation (DIRF) ou les délégations au recrutement et à la formation (DRF) les plus proches de leur domicile.

  •     Quelles seront les formations complémentaires ?

Certains réservistes pourront participer ultérieurement à une formation juridique de 10 jours, dispensée dans les structures de la sous-direction de la formation et du développement des compétences afin d’acquérir la qualité d’agent de police judiciaire adjoint, APJ 21 du code de procédure pénale.
Des formations complémentaires pourront aussi être organisées par les directions d’emploi, en fonction des missions confiées et des postes occupés.