COVID

12.07.2010 - Inauguration du poste de police municipale de Nîmes

12 juillet 2010

Allocution de M. Alain Marleix, secrétaire d'Etat à l'intérieur et aux collectivités territoriales - Nîmes.


- Seul le prononcé fait foi -

Monsieur le préfet (Hugues Bousiges),
Monsieur le sénateur-maire (Jean-Paul Fournier),
Mesdames et Messieurs les policiers municipaux,
Mesdames et Messieurs,

Je suis très heureux de me retrouver parmi vous pour inaugurer le nouveau poste de police municipale de Nîmes.

I. Je voudrais commencer par rappeler que les policiers municipaux ont une place essentielle dans le dispositif de sécurité intérieure.

Par vos missions, vous assurez un rôle indispensable au service de vos concitoyens. Par votre présence et votre action au plus près des réalités, vous contribuez significativement à rassurer les personnes les plus fragiles, à maintenir la tranquillité et la sécurité dans votre ville, à créer les conditions d'une vie sociale paisible.

Je sais cependant que tant les maires que les organisations syndicales représentant les polices municipales, s'interrogent parfois sur leur positionnement par rapport aux forces de sécurité nationales.

C'est pourquoi Brice Hortefeux a annoncé lors de la réunion du 27 mai en présence des six syndicats représentatifs des policiers municipaux, le lancement d'une étude de l'inspection générale de l'administration sur la place des polices municipales dans le dispositif de sécurité intérieure.

Cette étude permettra de bien préciser les missions de la police municipale. Dès à présent, j'ai demandé que les conventions de coordination fassent l'objet d'un réexamen.

Toutefois, et j'ai eu l'occasion de le répéter aux syndicats représentant les policiers municipaux, chaque maire restera libre, tant de créer ou non une police municipale que de définir ses missions.

Il est en tout état de cause très important à mes yeux que les agents de police municipale disposent de tous les matériels, notamment des moyens de protection, adaptés aux missions qui leur sont confiées. Je sais que c'est le cas dans votre ville monsieur le maire.

II. L'Etat est également très attentif aux évolutions statutaires qui doivent accompagner le développement des missions des policiers municipaux.

C'est pourquoi j'avais demandé un rapport au préfet Ambroggiani, afin de formuler quelques propositions dont certaines sont en cours de mise en œuvre (formation, revalorisation des catégories B, simplification de l'agrément) ou le seront prochainement (rapprochement des gardes-champêtres et des policiers municipaux, création d'une médaille d'honneur, réforme de la catégorie A).

Je sais que certains d'entre vous auraient souhaité des avancées complémentaires en matière de salaires et de retraites.

Cependant, il faut tenir compte du contexte financier qui s'impose actuellement à l'ensemble des administrations publiques. Le gouvernement ne peut imposer à l'association des maires de France, qui représente les employeurs, des mesures salariales, sans concertation. De même l'équilibre de la caisse nationale de retraite des agents des collectivités locales ne permet plus d'octroyer des bonifications nouvelles.

Néanmoins, afin de montrer l'importance que le gouvernement accorde aux policiers municipaux, j'ai réuni les syndicats représentatifs de la police municipale le 28 mai en présence du président de l'association des maires de France, Jacques Pelissard. Deux groupes de travail techniques ont été mis en place, l'un sur la formation avec le CNFPT, l'autre sur l'amélioration du régime indemnitaire avec l'AMF qui s'est réuni dernièrement et se réunira à nouveau à la rentrée.

III. Je n'insisterai pas trop longtemps sur le projet immobilier car les précédents intervenants ont dit l'essentiel. Je me contenterai de souligner trois points.

Tout d'abord, un nouveau bâtiment était important pour la qualité du travail des policiers municipaux et l'accueil du public. C'est à vous, monsieur le Maire, cher Jean-Paul Fournier, qu'en revient tout l'honneur et le mérite. C'est un effort important que vous consentez avec un coût d'aménagement de 97 000 euros et un loyer de 100 404 euros.

Par ailleurs vous vous êtes engagé dans un plan de développement de la videosurveillance sur trois ans, représentant un investissement de 1,5 millions d'euros.
C'est un choix important puisqu'il permettra de sécuriser les espaces publics sensibles et sera, le cas échéant, une aide précieuse pour les enquêtes. L'Etat vous apporte son aide à travers le fonds interministériel pour la prévention de la délinquance qui vous a déjà attribué une subvention de 186 000 euros pour 2010.

Enfin, je précise que le poste de police municipal abritera un « point contact police », c'est à dire un bureau affecté à la police nationale où pourront être déposées des plaintes et traitées les convocations pour affaires judiciaires.

Au-delà de l'indéniable service de proximité que cela représente pour la population, je suis très satisfait d'avoir une nouvelle preuve de la bonne entente qui règne entre services polices municipale et nationale.

Je termine en ayant une pensée pour votre jeune collègue, Aurélie Fouquet, décédée dans des circonstances dramatiques. Je veux assurer à sa famille mon soutien ainsi que celui du Gouvernement.

Je vous remercie.