COVID

23.10.2008 - Entretien avec Monsieur Saâd HASSAR

28 octobre 2008

Introduction de Monsieur Alain MARLEIX, secrétaire d'Etat à l'intérieur et aux collectivités territoriales, lors de son entretien avec Monsieur Saâd HASSAR, secrétaire d'Etat à l'intérieur marocain, le jeudi 23 octobre 2008.


Monsieur le Ministre,
Cher Saâd HASSAR,
Messieurs les wallis et gouverneurs,
Messieurs les Préfets et Directeurs,
Colonels,

C'est avec plaisir, cher Saâd HASSAR, que je vous accueille au ministère de l'intérieur afin de faire le point sur un grand nombre de dossiers qui font la richesse de notre coopération et qui font suite à notre entretien d'avril dernier.

Vous le savez, mon souhait tout comme le vôtre, est que nous puissions avancer toujours plus loin sur le chemin de cette coopération en matière de décentralisation, de déconcentration, de protection civile et de synergie entre nos collectivités territoriales respectives telle que définie par le Document Cadre de Partenariat France-Maroc (2006-2010).
Je rappelle par ailleurs qu'il y est fait explicitement mention (je cite) « qu'une plus grande place sera progressivement donnée à l'intervention des collectivités territoriales pour le développement de partenariats avec leurs homologues marocains ».

C'est la raison pour laquelle, j'ai demandé au Directeur Général des Collectivités Territoriales, Edward JOSSA, au Directeur de la Modernisation et de l'Action Territoriale, Secrétaire général adjoint au ministère de l'intérieur, le préfet Christophe MIRMAND, au Colonel Philippe NARDIN, de la Direction de la Défense et de la Sécurité Civiles de se joindre à nous afin d'intervenir sur leur matière propre.

Je remercie chacun de leur présence qui témoigne de l'intérêt que le ministère de l'intérieur français porte à son homologue marocain.

***

Monsieur le Ministre, vous le savez, le Ministère de l'Intérieur participe activement à la mise en œuvre du partenariat stratégique qui lie la France au Maroc et je sais que nous souhaitons tous les deux que l'accompagnement français du processus de décentralisation et de déconcentration marocain se renforce dans les années à venir conformément au PAD-MAROC.

Cette coopération prendra cette fois la forme d'un fonds de solidarité spécifique à compter de septembre 2009 ainsi que s'y sont engagés nos deux chefs de Gouvernement lors de la 9ème rencontre maroco-française du 18 avril dernier.

Je me félicite ainsi que ma venue en avril dernier ait permis d'accélérer l'accueil de 12 délégations de préfets en France dont la première, par le Préfet de la région Centre, Monsieur                 Jean-Michel BERARD, durant cette semaine.

Je sais que cet échange était très attendu par votre administration et notamment par Monsieur Mustafa KHEIDRI.

Pour ma part, je reformule mon souhait de voir des préfets délégués à l'égalité des chances se rendre au Maroc afin d'étudier le programme Initiative Nationale de Développement Humain, qualifiée de «chantier de règne» par sa Majesté le Roi Mohammed VI, et qui a, entre autre, pour objectif de permettre la réinsertion sociale des jeunes en difficultés.

Cette initiative accompagnée de la visite du site de TEMARA m'avait séduit, et je crois qu'il y a pour la France des enseignements à en tirer.

Monsieur le Ministre,

Nous aurons, je l'espère, l'occasion, de franchir une étape supplémentaire lors du deuxième forum civil de partenariat entre la France et le Maroc, qui se tiendra, comme je m'y étais engagé à MARSEILLE, au cours de second semestre 2009.
Je sais, Monsieur le Ministre, que vous aviez le souhait que celui-ci se déroule plus tôt, au premier trimestre 2009, mais la tenue à AGADIR les 18 et 19 décembre prochains, des assises de la coopération décentralisée compromet l'entière et parfaite mobilisation, en si peu de temps, de l'ensemble des acteurs.

J'ai donc reçu l'accord du Sénateur-Maire de MARSEILLE, mon ami Jean-Claude GAUDIN, dont je vous transmets le courrier et j'ai d'ores et déjà demandé à mon cabinet de se mettre en relation avec Monsieur Jacques ROCCA-SERRA, adjoint au maire, en charge des relations internationales, pour l'organisation de ce forum.

***

Je souhaite par ailleurs que ce forum soit pour nous l'occasion de signer un accord bilatéral portant programme national de coopération décentralisée France-Maroc, ayant vocation à se décliner en programmes régionaux de coopération décentralisée, afin de rendre opérationnel sur tout le territoire français des projets tel Maieutica.

Vous savez que j'ai demandé au Préfet placé sous mon autorité, Monsieur  Christian MASSINON, d'envisager le dispositif qui permettrait d'étendre Maieutica à l'ensemble des régions françaises dans le cadre d'un accord national entre nos deux pays et au sujet duquel j'ajouterais un mot avant de donner la parole à Monsieur Edward JOSSA.

***

Je sais que le Préfet MASSINON a eu l'occasion de s'en entretenir dernièrement avec votre Chef de cabinet, Monsieur Aziz BENZZOUBEIR.

Je dois pour ma part recevoir le Préfet MASSINON, pour un premier bilan de son action, et prendre attache auprès de mes collègues du Gouvernement.

Cette action nécessite une coordination entre ministères, je pense au ministère de l'industrie, au ministère de l'enseignement supérieur ou encore au ministère des affaires étrangères, mais je pense également à l'Agence française de Développement, à l'Association des Régions de France, aux représentations locales du MEDEF, et aux Chambres du Commerce et de l'Industrie.

En effet, dans le cadre de la Déclaration commune du sommet de PARIS pour la Méditerranée du 13 juillet dernier et notamment la promotion du dialogue pour apprendre à mieux se connaître et travailler ensemble, l'objectif est de mettre en place un outil avec la fonction spécifique d'agir comme un réseau.

L'enjeu est simple : dans le cadre de l'Union pour la Méditerranée, il s'agit de promouvoir le développement économique et social au bénéfice de l'ensemble des citoyens de la région euro-méditerranéenne, et vous savez le souhait du Président de la République, de renforcer ce « partenariat privilégié » entre nos deux pays.

Je rappelle à ce sujet que le premier discours marquant la création de cette Union a été « l'appel de TANGER » lancé par le Président de la République le 23 octobre 2007 lors de la visite d'Etat au Maroc.

Aujourd'hui, à l'occasion de la septième session du Conseil d'Association entre l'Union européenne et le Maroc, l'officialisation du « statut avancé » du Maroc pour l'Union européenne, conduira à l'intégration progressive du Maroc dans plusieurs politiques sectorielles de l'UE, ce dont le Gouvernement français se félicite.

Vous comprenez que le lien de confiance qui m'unit au Président de la République me conduit à faire de notre coopération une des priorités de mon action.

Je crois qu'il est essentiel de renforcer la synergie entre les acteurs d'une région française et leurs homologues d'une région marocaine aux bénéfices de nos entreprises car l'amélioration de la compétitivité des entreprises marocaines et françaises est un enjeu majeur pour nos deux pays, et elle peut trouver, dans le cadre de la coopération décentralisée, la solution optimale.

La France est le premier partenaire commerciale et économique du Maroc, et entend se donner les moyens de le rester.

Je souhaite donc que nous puissions avancer de concert sur ce sujet afin de conclure par une signature cette convention de partenariat de principe national entre la France et le Maroc à la date du prochain forum sur le partenariat civil.

***

Tels étaient, Monsieur le ministre, les éléments que je souhaitais porter à votre connaissance, et vous redire que je souhaite défendre ardemment, dans mes fonctions de ministre, tout ce qui nous unit à votre pays.

Avant de donner la parole à Monsieur Edward JOSSA, Directeur général des collectivités locales, et qui va nous présenter les perspectives de coopération en matière de décentralisation si elles vous agréent, je vous invite, si vous le souhaitez, Monsieur le Ministre, à me faire part de vos observations.