COVID

25.09.2008 - Beaufort-en-Vallée

25 septembre 2008

Allocution de Monsieur Alain MARLEIX, Secrétaire d'Etat à l'intérieur et aux collectivités territoriales Inauguration de la gendarmerie de BEAUFORT EN VALLÉE le jeudi 25 septembre 2008


Monsieur le Préfet, (Marc CABANE)
Monsieur le Député - Maire,
Cher Jean-Charles TAUGOURDEAU,
Monsieur le Président du Conseil général,
Cher Christophe BECHU,
Mon Général, commandant de la région de la gendarmerie du Pays de Loire,
(Loïc CHANCERELLE),
Mon Général, commandant de l'Ecole Supérieure d'Application du Génie,
(Jean-Pierre TESAN),
Mon Colonel, commandant le groupement de gendarmerie de Maine-et-Loire,
(Jean-Luc PAYRARD),
Mesdames et messieurs les élus,
Mesdames et messieurs les officiers, sous-officiers et gendarmes adjoints volontaires,
Mesdames et messieurs,
Cher(e)s ami(e)s,

Je suis très heureux de me retrouver parmi vous, à l'occasion de l'inauguration de la caserne de gendarmerie de cette belle cité comtale qu'est BEAUFORT EN VALLEE.

Cette visite, mon Général, est aussi l'occasion pour moi de vous exprimer ma confiance, celle du Gouvernement et celle de la Nation toute entière.

En effet, hier au ministère de la Défense, aujourd'hui au ministère de l'Intérieur, comme l'ensemble de nos concitoyens dans leur vie quotidienne, je sais combien les conditions dans lesquelles vous intervenez sont lourdes, complexes et dangereuses.

Je sais tout autant avec quels discernement, courage et efficacité vous accomplissez l'ensemble de vos missions.

Mesdames et messieurs,

Ces missions, vous les conduirez dans un cadre nouveau qui sera, au 1er janvier 2009, celui du ministère de l'Intérieur.

Il ne s'agit pas de vous demander de renoncer à votre culture, à votre histoire, à votre identité, à votre statut.

Chacune, police et gendarmerie, a la sienne propre.

Il s'agit en revanche de renforcer les coopérations, de développer les mutualisations…et donc tout simplement de vous faire mieux travailler ensemble pour être plus efficaces.
Il faut donc trouver ce juste point d'équilibre entre le statut militaire et la mission de sécurité qui est principale et qui doit s'exercer en totale cohérence et sans redondance avec la police nationale.

C'est tout le sens du projet de loi qui rattache organiquement la gendarmerie nationale au ministère de l'Intérieur présenté le 21 août dernier en Conseil des ministres par ma collègue Michèle ALLIOT-MARIE.

Le ministère de l'Intérieur définira désormais l'emploi, l'organisation, les objectifs, les moyens d'investissement et de fonctionnement des deux forces toutes deux placées formellement sous l'autorité des préfets.

Ce rattachement unique permettra de mieux identifier les axes de mutualisation et de complémentarité.

Par ailleurs, s'il existe un important espace de mutualisation avec la police dans les domaines opérationnels et logistiques, les liens des gendarmes avec la communauté militaire seront maintenus dans de nombreux domaines de soutien : santé, social, paiement des soldes, entretien de l'immobilier…

Sur tous ces sujets, des conventions ont été  signées entre les deux ministères.

Toutefois, le statut militaire des gendarmes entraînera, de facto, leur maintien au sein du conseil supérieur de la fonction militaire, instance à laquelle le ministère de l'intérieur devra dorénavant être représenté.
Enfin, la gendarmerie restera maîtresse de son recrutement et de sa formation initiale, qui préserveront d'ailleurs fortement son ancrage militaire.

Dans ce projet de loi, votre statut militaire y est d'ailleurs réaffirmé puisque la gendarmerie y est définie comme "une force armée instituée pour veiller à la sûreté et à la sécurité publique".

Une nouvelle LOPPSI, loi d'orientation et de programmation pour la performance de la sécurité intérieure, sera le cadre de la mise en œuvre des réorganisations internes indispensables, et du développement des outils technologiques et juridiques permettant une efficacité et une performance plus grandes des deux forces.

Mesdames et Messieurs,

L'uniforme que vous portez est le symbole et le signe de l'autorité de l'Etat que vous devez faire respecter.

Dans une société qui manque parfois de repères, votre présence en uniforme et les valeurs que vous incarnez, contribuent au sentiment d'appartenance à une Nation solidaire régie par le droit.

Aussi, ce texte s'inscrit dans la politique menée par le Gouvernement pour moderniser l'organisation et le fonctionnement des forces de sécurité, de manière à mieux assurer la protection des Français.

En favorisant les synergies entre la police et la gendarmerie nationales tout en confortant l'existence de deux forces de sécurité, l'une de statut civil, l'autre de statut militaire, cette évolution répond davantage aux besoins de notre politique de défense et de sécurité.

Mesdames et messieurs,
Cher(e)s, ami(e)s,

Les différents acteurs, au premier rang desquels la commune de BEAUFORT EN VALLEE a voulu permettre à la gendarmerie de poursuivre sa mission dans un cadre plus adapté et modernisé.

Située sur un terrain appartenant à la ville et mis à la disposition de la société ADIM SOCOGIM dans le cadre d'un bail emphytéotique, cette brigade a été prévue pour accueillir 18 officiers, sous-officiers et gendarmes adjoints volontaires.

Le montant total des travaux s'élève à plus de 4 millions 125 mille euros, et l'Etat s'engage à verser à la commune un loyer annuel de 262 000 euros.

Cette nouvelle caserne offre bien plus que de simples locaux fonctionnels.

Elle permet en effet d'héberger, dans des conditions optimales, les familles des militaires qui y seront affectés.

Cette inauguration témoigne d'une part de votre dynamisme et de votre mobilisation au service de la sécurité, et d'autre part de la volonté du Gouvernement de vous donner les moyens d'exercer au mieux, en tant qu'homme et militaire, vos missions.

Par ailleurs, ces nouveaux locaux contribuent à renforcer l'attractivité de votre territoire dans la carrière des gendarmes.

Mesdames et messieurs,

Parce que la gendarmerie est constituée avant tout des hommes et des femmes qui la font vivre au quotidien, parfois jusqu'au sacrifice suprême de leur vie, je tiens particulièrement à leur rendre hommage.
Dans le Maine-et-Loire, sa présence sur le terrain est un élément structurant essentiel de l'action de l'Etat sur le territoire grâce à ce que l'on appelle votre « intelligence territoriale ».

Pivot de la prévention et de la répression de la délinquance menée par l'Etat dans des collectivités territoriales comme la vôtre, les 105 000 gendarmes mettent leur engagement au service de tous et notamment des plus faibles de nos concitoyens.

Je tiens donc à profiter de l'occasion qui m'est donnée pour évoquer les résultats obtenus par les gendarmes du Maine-et-Loire, dans la lutte contre la criminalité et la délinquance.

En l'espace d'un an, si l'on accepte de considérer ces chiffres, hors la circonstance exceptionnelle qu'a constituée l'affaire Métal Anjou, la délinquance générale a baissé de 1,35 % dans votre département en zone gendarmerie.

Les résultats sont encore plus remarquables si on regarde la seule emprise territoriale de la brigade de BEAUFORT EN VALLEE puisque la délinquance générale y baisse de plus de 20 %.

Dans le même temps, la délinquance de proximité baisse de plus de 11,5 % dans le Maine-et-Loire, et de près de 35 % pour la brigade de BEAUFORT EN VALLEE.

Je tiens donc à dire aujourd'hui, que la Gendarmerie nationale est fermement engagée et avec succès, dans la lutte contre la criminalité et la délinquance.

C'est le fruit de la politique déterminée qui est conduite depuis 2002 par le Président de la République, Nicolas SARKOZY.

Pour continuer sur cette voie, il faut que les moyens soient accordés à cette circonscription.

C'est l'objectif assigné à cette nouvelle caserne de gendarmerie.

La réalisation de cette opération immobilière constitue un grand progrès pour le service public de la sécurité dont les performances se trouveront encore améliorées.

Mesdames et messieurs,

La mission noble au service de nos concitoyens et des libertés publiques que vous menez, depuis que la loi du 16 février 1791 précisa dans son article 1er : "La Maréchaussée portera désormais le nom de Gendarmerie nationale", vous vaut le soutien et l'admiration légitimes des Français.

Il appartient désormais à votre nouveau directeur, le général d'armée Roland GILLES, dont la nomination conforte le principe de donner à la gendarmerie nationale un patron issu de ses rangs, de conduire votre évolution dans le respect de votre tradition militaire.

La Gendarmerie ouvre une nouvelle page de sa longue et prestigieuse histoire.

Je suis confiant dans sa réussite et dans son avenir.

En tout cas, elle peut compter sur l'appui total du Gouvernement et de la Nation toute entière.

Je vous remercie.