COVID

Situation et positionnement de l'encadrement intermédiaire dans les directions départementales interministérielles (DDI)

1 février 2018
Auteur : Sylvie ESCANDE-VILBOIS (IGA) - Gérard BESSIERE (IGJS) - Anne BRUANT-BISSON (IGAS) - Alain LOPEZ (IGAS) - Marie-Pierre GOUBY (CGEDD) - Sylvie MATHON (CGEDD) - François KIRSCHEN (IGSCCRF)- Anne-Marie MITAUT (CGAAER)

En 2017, le Secrétaire général du Gouvernement a demandé qu’une mission interministérielle réalise l’évaluation de la situation et du positionnement de l’encadrement intermédiaire dans les directions départementales interministérielles (DDI). Le rapport final a été remis au commanditaire en octobre 2017 par les inspections et conseils généraux participant au comité de pilotage inter-inspections sur l’organisation et le fonctionnement des DDI, coordonné par l'IGA. Environ 1 500 cadres exercent en appui direct des directeurs et directeurs adjoints de DDI (n) au niveau hiérarchique n-1 et environ 5 000 des fonctions d’encadrement intermédiaire du niveau n-1 au niveau n-3. Ces cadres sont issus des ministères chargés de l’écologie, de l’agriculture, des solidarités, de la jeunesse et des sports, de l’intérieur et de l’économie dont relève leur gestion. Le rapport recommande d’adopter un plan national d’action pour notamment renforcer le socle interministériel de leur gestion, ouvrir les formations des ministères à chacun, expérimenter un assouplissement des règles budgétaires qui freinent la mobilité des parcours. La clarification et la réaffirmation des réseaux métiers doivent permettre de consolider l’expertise qui caractérise ces cadres.