Info-rapide n°7 : Quelles sont les populations préoccupées par l’insécurité dans leur quartier ?

13 décembre 2018

Résumé :

En moyenne depuis 2007, 11 % des personnes de 14 ans ou plus vivant en France métropolitaine se sentent « souvent » ou « de temps en temps » en insécurité dans leur quartier/village, et 8 % à leur domicile. La fréquence du sentiment d’insécurité en 2016 est proche de celle constatée en 2007. Pour autant, deux sous-périodes sont identifiables : une période de hausse du sentiment d’insécurité entre 2008 et 2013, puis une période de baisse comparable entre 2013 et 2016. L’opinion positive à l’égard de l’efficacité et de la présence des forces de l’ordre dans le quartier a en revanche tendanciellement progressé au cours de la décennie 2007-2016.

Quels sont les publics principalement touchés par le sentiment d’insécurité ?

Les femmes se sentent deux fois plus souvent en insécurité que les hommes (dans le quartier ou au domicile). À l’opposé sur l’échelle des âges, les jeunes et les séniors sont deux publics très concernés par le sentiment d’insécurité, bien que de manière différente : les 14-29 ans sont les personnes les plus sensibles à l’insécurité dans leur quartier/village tandis que les 60 ans et plus sont les personnes les plus sensibles au sentiment d’insécurité au domicile.

Le sentiment d’insécurité dans le quartier dépend fortement de la taille des agglomérations dans lesquelles vivent les habitants : il est beaucoup plus fréquent dans les grandes agglomérations que dans les zones rurales. De plus, cette tendance est exacerbée dans les cités «grands ensembles» et les anciens quartiers prioritaires de la politique de la ville (ZUS).

Le sentiment d’insécurité, dans le quartier comme au domicile, touche davantage les personnes modestes, les employés, les étudiants et autres inactifs.

Le fait d’avoir été soi-même victime de violence ou d’avoir déjà subi une atteinte aux biens possédés augmente très nettement la fréquence du sentiment d’insécurité.

Environ un français sur trois (35 %) trouve les forces de l’ordre insuffisamment présentes ou insuffisamment efficaces dans leur quartier, ou les deux à la fois.

Note : Par rapport à la précédente version d’octobre 2017, les informations concernant la variable relative à la « présence des forces de l’ordre » ont été modifiées : un traitement informatique inadapté invalidait le regroupement des modalités de cette variable.

Télécharger l'Interstats Info Rapide n°7 :  IIR7 Quelles sont les populations préoccupées par l'insécurité dans leur quartier?